Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le patrimoine mobilier de l'église Saint-André

Dossier IM56007057 inclus dans Église paroissiale Saint-André, rue Pen en Tour (Ploemel) réalisé en 2006
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Belz
Localisation Commune : Ploemel

L'église de Ploemel a été reconstruite entre 1832 et 1845, mais a conservé une partie du mobilier et des objets du culte de l'ancien édifice. Sur un total de 57 objets ou ensemble d'objets et mobiliers recensés, 25 ont été sélectionnés pour étude et traités en dossier individuel. Parmi les éléments les plus importants de l'église antérieure, le retable du bras nord, qui porte la date de 1777, montre un des derniers exemples d'une tradition locale de retables d'inspiration lavalloise ou angevine, mais réalisés par des artisans morbihannais, dont d'autres exemples sont conservés alentour : Carnac, Locmariaquer, ainsi que celui de l'église d'Erdeven, plus ancien, mais disparu depuis les années 60. Le tableau du martyre de saint Sébastien est contemporain du retable. Ce retable était contemporain de l'autel du Rosaire, daté 1769, adossé à la longère nord, disparu lors de la reconstruction de l'église. De la même époque, le retable du choeur a perdu son autel ainsi que son tableau d'origine, remplacé au milieu du 19e siècle par un tableau du peintre morbihannais Pobéguin. Les statues de saint André et saint Isidore qui accompagnent le retable en sont contemporaines et semblent être l'oeuvre du sculpteur Le Brun de Lorient en 1880. La statue la plus ancienne contenue dans l'édifice est celle de saint Goal datée 1576, une des plus anciennes statues datées de Bretagne. Elle provient de la chapelle détruite de Saint-Goal à Kergal. Outre un buste reliquaire du 17e siècle et une série incomplète de stalles du 18e siècle, un chandelier pascal du 17e ou 18e siècle, plus rare, complète les objets antérieurs à la Révolution La reconstruction de l'église au milieu du 19e siècle est l'occasion d'un renouvellement important du mobilier et de l'orfèvrerie : de nouvelles stalles prennent place dans le choeur, oeuvre comme les boiseries du choeur du sculpteur lorientais Le Brun ; une tribune au fond de l'église supporte l'orgue. A l'exception d'un buste de saint Cornély, peut-être aussi de Le Brun, la statuaire d'alors ne présente pas d'intérêt.

Auteur(s) Auteur : Favier, orfèvre
Auteur : Jamain, orfèvre
Auteur : Chevron, orfèvre
Auteur : Demarquet, orfèvre
Auteur : Thierry Marie, orfèvre
Auteur : Le Brun, sculpteur
Auteur : Lafolye, revendeur

Annexes

  • Liste supplémentaire

    Dans l'église :

    - Fonts baptismaux, marbre noir, fin 19e siècle (fig. 23).

    - Monument aux morts, tableau en bas-relief, plâtre polychrome, vers 1920 (fig. 24).

    - Tribune et buffet d'orgues, bois peint, faux marbre, doré, tourné, 2e moitié 20e siècle.

    - Ensemble de deux lutrins, bois, milieu 20e siècle.

    - Statue de l'Education de la Vierge, plâtre polychrome, achetée chez Lafolye à Vannes en 1889.

    - Statue de l'Immaculée Conception, plâtre polychrome, début 20e siècle.

    - Statue du Sacré-Coeur, plâtre polychrome, fin 19e siècle.

    - Statue de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, plâtre polychrome, début 20e siècle.

    Dans la sacristie :

    - Retable, bois polychrome, 17e siècle, éléments démontés, vestiges (fig. 2 à 5)

    - Statue de l'Enfant Jésus Roi, plâtre polychrome, fin 19e siècle.

    - Statue de saint Joseph, plâtre polychrome, fin 19e siècle.

    - Ampoules au saintes huiles (2), métal argenté, ampoules reliées par deux tiges en métal, inscription SC et OS ; fin 19e siècle. (fig. 6)

    - Baiser de paix, bronze doré, fin 19e siècle

    - Calice et patène n°4, titre et garantie gros ouvrages Paris 1838-1873, orfèvres Jamain et Chevron, entre 1865 et 1879. (fig. 7, 8)

    - Calice et patène n°5, titre et garantie gros ouvrages Paris 1838-1873, orfèvres Demarquet Frères, fin 19e siècle. (fig. 9, 10)

    - Calice n°1, argent, coupe en argent doré, fausse coupe, titre et garantie gros ouvrages Paris 1838-1873, orfèvre ? M (Thierry Marie), fin 19e siècle (fig. 11).

    - Chapelle regroupant dans un coffret de bois une patène en argent doré de Favier, un ensemble plateau et burettes de la fin du 19e siècle ; le calice a disparu.

    - Croix de procession n°3, métal argenté, fin 19e siècle (fig. 12).

    - Custode n°1, argent, titre et garantie Paris 1838-1873, orfèvre Demarquet frères, fin 19e siècle. (fig. 13)

    - Custode n°2, métal argenté, intérieur de la coupe doré, fin 19e siècle. (fig. 14)

    - Ostensoir n°2, métal doré, verres colorés, lunule en argent doré avec poinçon de titre et garantie après 1838, fin 19e siècle (fig. 15).

    - Patène, argent doré, titre et garantie gros ouvrages Paris 1838-1873, orfèvre A. Favier, début 20e siècle (fig. 16).

    - Plateau d'offrandes, métal doré, fin 19e siècle.

    - Reliquaire de Saint-André, métal doré, verre coloré ; la monstrance contient une petite boîte en argent contenant la relique, datée par authentique de 1838 (confirmation par le cahier de paroisse). Le reliquaire date de la fin du 19e siècle (fig. 17).

    - Reliquaire en forme de chapelle, métal doré, contenant deux boîtes cylindriques en argent avec les reliques de saint Clément et sainte Gudule. Le cahier des reliques mentionnent que les reliques sont arrivées dans la paroisse en août 1826 pour sainte Gudule, en 1788 et 1837 pour Saint Clément. Reliquaire de la fin du 19e siècle (fig. 18).

    - Ensemble de trois chandeliers, métal argenté, h = 100, fin 19e siècle (fig. 19).

    - Ensemble de deux chandeliers, laiton et bronze doré, fin 19e siècle (fig. 20).

    - Ensemble de deux chandeliers, laiton et bronze doré, fin 19e début 20e siècle (fig. 21).

    - Ensemble de cinq chandeliers, bronze, fin 19e début 20e siècle (fig. 2).

    - Ensemble de quatre cloches à main, bronze, 19e siècle (fig. 2).

    - Lutrin, laiton doré, médaillons en émail (les quatre évangélistes), fin 19e siècle.

    - Bannière n°2, soie blanche, galons dorés, application, fin 19e début 20e siècle (fig. 22).

    La documentation atteste en outre la fonte de deux nouvelles cloches par la fonderie Havard de Villedieu les Poeles, achetées en 1850 après de la construction de la tour. La cloche ancienne fut placée dans le clocher de Notre-Dame de Recouvrance.

Références documentaires

Bibliographie
  • LE TALLEC, Frédéric. Histoire de la paroisse de Ploemel..

    p. 70-74