Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le Petit Bon Espoir, couvent des soeurs du Saint-Esprit (Taden)

Dossier IA22133298 réalisé en 2017

Fiche

Le couvent des sœurs du Saint-Esprit se signale par son grand portail avec porte charretière et piétonnière de la période gothique provenant du manoir de la Grand’Cour. Les bâtiments dont les usages ont évolué ont été transformés. Le grand verger arrière ne fait plus partie de la propriété, de même que le vieux colombier circulaire et son jardin attenant.

Appellations Le Petit Bon Espoir
Dénominations manoir, couvent
Aire d'étude et canton Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Taden

Mention de la chapellenie Sainte Anne au 16e siècle

Dans l’aveu de 1552 concernant le domaine et le manoir de Taden, par Marie Le Voyer, il est fait mention d’ une maison située vis à vis du portail de La Grand’Cour où s’y trouve un pressoir,une chambre sur cellier réservée au chapelain de la chapelle Sainte Anne située dans l’église paroissiale de Taden. Marie le Voyer déclare également un vieux colombier dans un jardin contenant un demi journal de terre.

Ces bâtiments encore en place longent la rue principale. La chambre du chapelain conserve toujours sa fenêtre dont la moulure à cavet indique une campagne du 16e siècle. Quant au pressoir, il a été transformé en habitation, une pierre réemployée dans la façade sud-est avec coquille et blason pourrait provenir d’un décor du manteau de la cheminée de la chambre du chapelain.

Le cadastre de 1844 indique au nord-ouest du manoir, la «Maison Sainte Anne», vraisemblablement un déplacement de site.

Le Petit Bon Espoir

La maison noble du Petit Bon Espoir, en retour d'équerre, orientée à l'ouest, n’apparaît pas dans l’acte de 1552. Elle est mentionnée lors de l’installation des sœurs du Saint-Esprit en 1729.

La tour d’escalier arrière du logis dessinée sur le cadastre de 1843 indique par son emplacement et sa forme une tour de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle. La façade antérieure présente actuellement des ouvertures dont les plus anciennes remontent au 18e siècle. Quelques pierres, aux chaînages des angles, en appui de fenêtre ... attestent de réemplois de belles pierres de taille.

le couvent des sœurs du Saint-Esprit

Les sœurs du Saint esprit de Plérin s'installent entre 1729 et 1733 dans la maison noble du Petit Bon Espoir, grâce à la bienveillance de Claude Toussaint Marot, seigneur et comte de la Garaye et de son épouse Marie-Marguerite Picquet. (voir acte en annexe). Elles étaient chargées de l’instruction et des soins des malades. Les bâtiments ont été très transformés dans leur distribution. La vente des biens nationaux en 1793 mentionne la présence d’une chapelle avec tribunes, y étaient placés six vieux confessionnaux, une chaire à prêcher garnie de vieille indienne, une table d’autel, des gradins, un petit retable, un ciel au-dessus en papier, deux rideaux d’indienne et leur gaule en fer, six chandeliers d’autel en bois, deux petits tableaux en papier, une vieille niche en soie, taffetas, rose, un petit tabernacle. Aucun de ces éléments mobiliers n’ont pu être conservés.

Remploi provenant de Commune : Taden Lieu-dit : La Grand' Cour
Période(s) Secondaire : 14e siècle
Secondaire : 16e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

Ensemble clos de murs. Le portail du manoir de la Grand'Cour a été déplacé avec une part des murs sur lesquels s'est adossé un logis. Ce dernier est attenant à l'ancien pressoir transformé depuis fort longtemps en habitation.

Les matrices cadastrales de 1843 mentionnent un grand jardin sud et deux vergers à l'ouest et à l'est.

Le vieux colombier fait actuellement partie de la propriété de Bon Espoir.

Murs granite
granulite

Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvrements
Couvertures
États conservations restauré, remanié

Annexes

  • Maison noble du Petit Bon Espoir

    A. D. des côtes d’Armor : A 71

    Extrait d’un aveu de 1552 présenté par Marie le Voyer, dame de Taden et Nicolas Le Voyer, curateur et tuteur respectivement des enfants de George de Vaucouleur.

    « une maison située à vis la porte de Tadain, en laquelle y a ung pressouez et une chambre au bout qu’est de la chapelenie de saincte Anne contenant cinquante trois piedz de longc et ung celier dessoulz ladite chambre et ung collombier situéz en un jardin contenant (un) demy journal de terre et joignant d’une part au chemin qui vient de Dinan à l’église de Tadain et d’aultre costé au chemin allant de la maison de Tadain à la fontaine Guillaume, d’aultre costé à terre de Guillaume le Moulgnier.(…) »

  • Donation de la maison noble du Petit Bon Espoir, le 15 novembre 1729

    Archives de la congrégation des soeurs à Plérin. Document dactylographié. Extraits.

    "Nous soussignants avons passé le présent acte tant pour nous que pour nos successeurs (...) scavoir que moy Messire Claude de la Garayz, baron de Blaizon, vicomte de Chemeliers, de Beaufort en Dinan et de Taden (...) dame Marie-Marguerite Picquet mon épouze (...) demeurant à notre château de la Garaye, paroisse de Taden, evesché de St Malo d'une part (...) et demoiselle Marie Allenou demoiselle de Grand Champ supérieure des soeurs de la Charité de Plerin, evesché de St Brieuc (...) par lequel nous dits seigneur et dame de la garaye suivant les intentions de sa majesté marquées par les édits et déclaration au sujet de l'instruction de la jeunesse, voulant pourvoir au bien, édification, instruction et soulagement de nos sujets de ladite paroisse de Taden (...) avons par le présent donné et donnons pour tenir l’écolle aux sœurs de la communauté de Plérin qui seront établies à Taden, la maison noble du Petit Bon Espoir avec ses appartenances en bâtiments située dans le bourg de Taden avec un verger enclos de murailles avec un vieux colombier non couvert et le droit de colombier et la somme de cent livres annuelle payable en deux termes égaux scavoir cinquante livres à noël et cinquante livres à la Saint Jan Baptiste par le métayer du château de Taden à commencer à noël prochain...à condition d’y faire l’écolle et de plus moy dite dame comtesse de la Garaye...donne la somme de cent livres par an à la dite communauté qui sera établie à Taden, pour être employée à fournir des bouillons aux malades de la dite paroisse de Taden ou des remèdes ou du linge pour changer les malades selon que les sœurs le jugeront nécessaires...».

  • Vente de 1792, des soeurs de Taden dite du Saint-Esprit

    A. D. des côtes d’Armor : 1Q 123

    1792

    Estimation de Christophe Jan Restif,notaire à Dinan, Dépendances de la maison des sœurs de la Charité et files du St Esprit, établies au bourg de Taden

    les maisons, grange, étables et autres bâtiments, chapelle, cour et jardin, deux vergers, le tout s’entretenant, situé à peu de distance de la rivière de Rance et contenant ensemble environ un jour et demi, joignant vers occident le chemin du dit bourg de Taden, vers Orient terre de la métairie de (Mirette) appartenant au citoyen des Nétumières, vers nord masures et terres de la veuve la haye, de gilles houille, prêtre et et de jeanne rouault, et vers midi le chemin conduisant dudit lieu à la rivière de Rance, estimé valloir, en capital la somme de de deux milles livres.

    1793

    Biens mobiliers des émigrés et autres qui doivent être vendus au profit de la nation.

    Vente des sœurs de Taden dite du Saint- Esprit. Vente des ustensiles par pièce

    - cuisine,

    - dans un petit cabinet près la cuisine,

    - dans la salle,

    - dans la grange,

    - dans le cellier,

    - dans le premier réfectoire,

    - la classe,

    - dans la chambre au premier étage,

    - chambre sur le réfectoire,

    - dans un autre appartement joignant cette dernière.

    - Chambre auprès.

    - dans le grenier sur la salle

    - greniers de dessus les réfectoires

    - autre greniers

    - chambres au-dessus de la chapelle (7) (

    - dans la chapelle et tribunes ( six vieux confessionnaux, une chaire a prêcher garnie de vieille indienne et son marche pied, une table d’autel, des gradins, un petit retable, un (ciel) au-dessus en papier, deux rideaux d’indienne et leur gaule en fer, six chandeliers d’autel en bois, deux petits tableaux en papier, une vieille niche en soie, taffetas, rose, un petit tabernacle, et le marche pied du dit autel.

    - dans la sacristie

    - chambre sur la sacristie

    - dans un petit cabinet auprès

    - dans le jardin (cinq ruches à miell)

Liens web