Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les églises et les chapelles sur la commune de Locoal-Mendon

Dossier IA56005662 réalisé en 2006
Aires d'étudesRia d'Etel
Dénominationséglise, chapelle
AdresseCommune : Locoal-Mendon

La commune de Locoal-Mendon doit à son histoire complexe l'existence de deux églises paroissiales (cf. Présentation de la commune). Formée par la réunion de deux anciennes paroisses, Locoal et Mendon, la commune est composée toujours pour le culte de deux succursales. Aux 6e et 7e siècles, les Bretons occupèrent le territoire de l'actuel Locoal-Mendon et contribuèrent à l'extension du christianisme. Bientôt des monastères y furent fondés dont la toponymie a gardé le souvenir : le Moustoir, le Minihy et Locoal (monastère de Goal). Ce dernier étant le seul semble-t'il à avoir été reconstruit comme prieuré après les invasions scandinaves du 10e siècle puis offert en 1037 à l'abbaye Saint-Sauveur de Redon (Cartulaire de Redon, p. 327). De cet ensemble considérable formé par l'église, le prieuré et le couvent ne subsiste aujourd'hui que l'église paroissiale Saint-Goal qui a conservé des vestiges de la fin du Haut Moyen Age. Les possessions du prieuré embrassaient, entre autre, les presqu'îles de Locoal et du Plec et formèrent la paroisse de Locoal avec son recteur, seigneur à la fois spirituel et temporel qui avait haute, moyenne et basse justice. L'église Saint-Pierre du bourg de Mendon est également mentionnée dans une charte du cartulaire de Redon à l'occasion de la donation précédement évoquée en 1037. Vers le début du 14e siècle, le siège du doyenné de Ponbelz fut transféré de Belz à Mendon, de sorte que le recteur de Mendon devint en même temps doyen de Ponbelz. Une quittance de l'an 1306, conservée aux archives de Nantes, est scellée du sceau de l'officialité de Ponbelz, et ce sceau représente le buste de saint Pierre, patron de Mendon. De l'église Saint-Pierre, il ne reste que quelques vestiges du 18e siècle sur la place dite de l'église. En revanche, la chapelle Notre-Dame construite à proximité immédiate a conservé un très beau porche sud et un chevet du 16e siècle. Devenue église paroissiale dès le 18e siècle, elle a subi des travaux d'agrandissement considérables dans la seconde moitié du 19e siècle. Le voisinage entre chapelle et église paroissiale est un phénomène récurrent dans le diocèse de Vannes : une chapelle est souvent construite au 16e siècle à côté de l'église paroissiale pour des raisons encore mal connues. Ainsi sur le canton de Belz, toutes les communes (à l'exception d'Etel) présentaient cette disposition. Les paroisses étaient divisées en frairies, c'est à dire en un regroupement de villages autour d'une chapelle. Les frairies de la paroisse de Mendon étaient groupées autour des chapelles suivantes : La Madeleine au village de Kerhouarn, Sainte-Marguerite au sud, Saint-Paul et Saint-Cado au village du Ménec, Saint-Gildas au village de Locqueltas, Saint-Vincent-Ferrier au Moustoir, Saint-Paul au village de Lapaul (partiellement reconstruite au 20e siècle). Les frairies de la paroisse de Locoal étaient : celle du Plec autour de la chapelle Sainte-Brigitte, celle du Minihy ou du dehors (aujourd'hui disparue), composée de la côte ouest de Mendon, retournée depuis à cette paroisse, enfin, celle de l'Ile comprenant toute l'île même de Locoal. Quant à la frairie de Sainte-Hélène ou de la terre d'Hennebont qui faisait partie de la paroisse de Locoal sous l'Ancien Régime, elle est devenue paroisse indépendante à la Révolution. Dans leur état actuel, aucune de ces chapelles n'est antérieure au 16e siècle, la plupart datent du 17e siècle, parfois remaniées au 19e siècle.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Les chapelles des villages présentent toutes un plan très simple : allongé, à chevet plat et clocheton au-dessus du pignon occidental. Certaines sont appareillées en pierre de taille, d'autres sont en moellon enduit ou non. Deux églises et sept chapelles sont sélectionnées pour étude. La chapelle de Lapaul reconstruite en oratoire dans la seconde moitié du 20e siècle est repérée.

Décompte des œuvres repérées 10
étudiées 9