Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les fours à goémon (île-de-Batz)

Dossier IA00132137 réalisé en 2016

Fiche

Aires d'études Pays de Morlaix
Dénominations four
Adresse Commune : Île-de-Batz

La récolte et le brûlage du goémon étaient pratiqués par les familles d’agriculteurs de l’île.

Le goémon avait autrefois une grande importance pour les îliens. Il servait aussi bien d’amendement pour l’agriculture, que de combustible pour la cuisine et le chauffage des foyers. Le brûlage du goémon, pour la production de soude, commença sur l’île-de-Batz dans le dernier tiers du XIXème siècle, pour atteindre un pic en 1934. Il perdura jusque dans les années 1950.

Les algues, principalement des laminaires (« tali» en breton ), récoltées en bateau sur le littoral nord et ouest de l’île, étaient séchées sur la dune. Le brûlage avait lieu en été. Le goémon incandescent formait une bouillie grise que l’on devait remuer avec de grandes spatules en fer appelées « pifouns ».

Après refroidissement on obtenait des blocs solides de 50 à 70 kg, « les pains de soude ». Ils étaient vendus à une usine de traitement de Plouescat pour en extraire de l’iode, utilisé en pharmacie. Le prix d’achat de la soude était déterminé par sa teneur en iode.

Cinq à six tonnes de goémon frais, donnent une tonne de goémon sec dont on extrait environ 200 kg de soude et uniquement 2 kg d’iode.

Cette activité apportait un revenu complémentaire aux agriculteurs.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : milieu 20e siècle
Principale

Le four à goémon est un fossé creusé dans le sol aux parois et au fond tapissé de pierres plates de granite jointoyées avec de la glaise. D’autres pierres plates forment des cloisons pour compartimenter le four dans lequel on brûlait le goémon sec.

Les fours mesurent environ 5 à 10 mètres de longueur et de 60 à 80 cm de large.

Une vingtaine de fours situés principalement au nord et à l’est de l’île ont été inventoriés. Il en reste probablement d'autres à découvrir.

La plupart de ces fours, envahis par la végétation sont à l'état de vestiges. Cependant un léger sillon permet de les situer. Deux fours en bon état ont été nettoyés par les membres de l'association GladEnez : le four de Prat ar c’hanap en 2015 et le four de Teven ar ru, situé sur la Grève Blanche, en juin 2016.

Murs granite moellon

Annexes

  • FICHE four n°1
  • FICHE four n°2
  • FICHE four n°3
  • FICHE four n°4
  • FICHE four n°5
  • FICHE four n°6
  • FICHE four n°7
  • FICHE four n°8
  • FICHE four n°9
  • FICHE four n°10
  • FICHE four n°11
  • FICHE four n°12
  • FICHE four n°13
  • FICHE four n°14
  • FICHE four n°15
  • FICHE four n°16
  • FICHE four n°17
  • FICHE four n°18
  • FICHE four n°19
  • FICHE four n°20

Liens web

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Pays de Morlaix - Association Gladenez
Association Gladenez

Association dont l'objectif est de préserver, valoriser et animer le patrimoine de l'Ile de Batz


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles
Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles

L’AMARAI est une association type Loi de 1901, née en 1988 (JO du 03/02/1988), à l’initiative d’archéologues, aussi bien des chercheurs statutaires que des amateurs bénévoles, partageant le même intérêt pour les îles et le littoral de l’Ouest de la France et leur patrimoine culturel.

Les principaux objectifs de l’AMARAI sont :

– le développement des études archéologiques sur les îles et le littoral français de la Manche et de l’Atlantique,

– la mise en œuvre ou le soutien aux opérations archéologiques touchant le patrimoine littoral et insulaire : inventaires, fouilles, prospections, analyses…

– le développement des approches diachroniques et pluridisciplinaires menées dans ce cadre géographique.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Perrine Céline