Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les fours à soude dits fours à goémon (3) (île-Molène)

Dossier IA29131238 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination four à soude
four à goémon
Dénominations four
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional d'Armorique - Saint-Renan
Adresse Commune : Île-Molène

Le goémon est omniprésent dans l'archipel de Molène. Ressources exploitées, depuis longtemps, par les îliens mais aussi par des goémoniers venus du continent, comme c'est aujourd'hui encore le cas.

L'île de Ledenez conservait il y a peu un abri de goémoniers construit de galets et de planches en bois. La cale, située face à l'île-Molène, a été construite en 1971 afin de permettre le déchargement du goémon sur l'île.

Si aujourd'hui la transformation du goémon se fait sur le continent, à la fin du 19e siècle, à l'instar de plusieurs communes sur le continent, deux usines à soude s'installent à Trielen et à Beniguet.

Odette du Puigaudeau, ethnologue, décrit, dans son ouvrage Grandeur des îles, l'activité de goémoniers à Molène "[qui] touche les redevances de sa Ledenez étendue de l'autre côté du port et qu'elle tient au bout d'une chaussée de galets découverte à marée basse. De mars à septembre, elle loue aux goémoniers venus de Landéda et de Plouguerneau ce maigre sol usé par le travail des hommes, le brûlage du goémon, le pied et la dent des chevaux."

De l'activité de transformation du goémon en soude il reste 3 fours à goémons à Molène.

Période(s) Principale : 19e siècle

Vestiges patrimoniaux de pratiques anciennes liés à une économie toujours florissante : transformation du goémon.