Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les liaisons maritimes et les passages (Parc naturel régional du Golfe du Morbihan)

Dossier IA56132141 réalisé en 2017

Fiche

Voir

Le territoire d’étude est un paysage maritime qui se caractérise, notamment, par un fonctionnement de type estuarien avec des côtes très découpées et la présence de nombreuses îles. La navigation y a occupé et y occupe toujours une place considérable. Ainsi, pour connecter les différents secteurs du territoire et faciliter les échanges, les aménagements sont nombreux. Ensembles portuaires, cales, rampes d’accès, jetées et gués rythment le trait de côte.

Les cales

Les cales et les rampes d’accès au littoral sont présentes en très grand nombre sur le territoire d’étude. Elles peuvent être isolées ou associées à des aménagements plus conséquents, comme les chantiers ostréicoles. Les cales et les rampes d’accès sont soit maçonnées, soit en béton.

Les cales isolées ont joué un rôle important dans le développement des réseaux maritimes. Implantées, en forte densité, elles constituent les extrémités de ces liaisons maritimes et des réseaux viaires communaux. Avant le milieu du XIXe siècle1, les cales du Golfe du Morbihan sont construites par des particuliers.

A partir de 1840-1850, l’État décide d’édifier des infrastructures à usage public pour répondre à la demande de la population locale et à l’essor du trafic maritime lié, notamment, à la présence de nombreux estivants. Les cales construites par l’État suivent un modèle type2. Elles sont adaptées à la côte faiblement pentue et aux marnages conséquents, c’est pourquoi elles sont peu inclinées et relativement longues. C’est notamment le cas de la cale de Badel à Séné qui mesure environ 122 mètres de long. Ces cales présentent la même architecture. Elles sont maçonnées par des parements extérieurs et comblées à l’intérieur par des pierres. Les cales sont couronnées en mœllons et présentent des chaînages d’angle en pierre de taille. Ces ouvrages accueillent généralement des anneaux d’amarrage et des perches de signalisation (balisage maritime) permettant de signaler au bateau la cale qui peut être recouverte par la marée.

Les passages et l’activité de passeur

Les cales permettent de connecter différents points stratégiques du territoire. Sur ces sites, l’activité de passeur s’est développée pour permettre le transport de passagers et de marchandises par voie d’eau. Ainsi, à travers l’activité de passeur, le plan d’eau (Golfe du Morbihan) et les rivières estuariennes (rivière d’Auray, rivière de Noyalo et rivière de Pénerf) deviennent des espaces de circulation privilégiés. En effet, cette activité permet d’assurer une continuité territoriale entre les espaces insulaires, les côtes extrêmement découpées, et aussi de joindre entre elles des rives continentales.

Les passages et passeurs étaient présents en très grand nombre sur le territoire. Au fil du temps, cette activité a évolué. On peut citer quelques lieux dont les témoignages de cette activité sont attestés : Kerisper (Saint-Philibert), le Guilvin (Locmariaquer), la Pointe et Moréac (Arradon), Béluré et Brouel (l’Île d’Arz ), Montsarrac et Barrarac’h (Séné), Pénerf (Damgan), Port-Navalo et Kerners (Arzon), Pen Cadénic et Banastère (Le Tour-du-Parc), etc.

Historiquement, de 1850 à 1940, un passeur reliait les 600 mètres de la rivière de Pénerf qui séparent la cale de Pen Cadénic à celle de Pénerf. Ailleurs sur le territoire, un passeur connectait les communes de Séné (Montsarrac) et de Saint-Armel jusque dans les années 1950. Ce raccourci était un passage très emprunté pour les déplacements quotidiens des habitants, notamment pour ceux de la presqu’île de Rhuys (Sarzeau, Saint-Gildas-de-Rhuys, Arzon et Le Hézo) pour se rendre à Vannes (200 mètres de traversée maritime pour 20 kilomètres de route).

Aujourd’hui, à la saison estivale, le passage Séné/Saint-Armel est assuré. En effet, en 1994, le Parc naturel régional du Golfe du Morbihan, alors en préfiguration, l’a réhabilité. Il est géré par Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération. En 2017, c’est 6 600 passagers qui ont profité du service du “Petit Passeur”, entre fin avril et fin septembre. La mairie de Séné a sollicité l’agglomération vannetaise pour lancer une nouvelle navette entre la cale de Barrarac’h à Séné et Conleau à Vannes. Il s’agit d’une expérimentation pour la saison estivale de 2018. Si celle-ci est concluante, ce service pourra être mutualisé, dès 2019, avec “Le Petit Passeur”.

Le passage pour l'Ile d’Arz et l’Ile aux Moines est, quant à lui, assuré toute l’année par des compagnies privées. Le passage de Pen Cadénic/Pénerf est également assuré par un passeur indépendant.

Aux lieux-dits de Montsarrac et de la Garenne à Séné, deux bornes en granite sont implantées en abord du trait de côte. Toutes deux présentent des inscriptions. Ces bornes sont liées à l’activité de passeur et sont dites “bornes de limite de port”. Elles permettaient de déterminer l’étendue du littoral sur laquelle le passeur était autorisé à travailler.

Les gués

Dans le cadre de notre étude, nous avons recensé deux gués : l’un à Saint-Philibert, l’autre à Séné. Les gués permettent aux populations littorales de rejoindre deux endroits du territoire à marée basse. Ils sont formés de pierres sèches.

Le gué de Saint-Philibert permettait de rejoindre le bourg et le lieu-dit de Kerlioret. Il n’est plus praticable aujourd’hui, une ouverture a été réalisée. Le gué de Séné, toujours praticable aujourd’hui, permet de rejoindre Cadouarn et l’île de Boëd. Il était emprunté dès le XVIIIe siècle par les agriculteurs qui cultivaient le froment sur l´île3.

Il semblerait qu’un gué ait, également, existé pour franchir le Loc’h à Saint-Goustan (Auray)4, ainsi qu’au niveau de l’étier de Kerboulico, entre les communes de Sarzeau et du Tour-du-Parc5.

Les ensembles portuaires

Plusieurs infrastructures portuaires, réalisées à différentes époques, ont été recensées à Pénerf (Damgan), Locmariaquer, Arradon, Île d'Arz (port de Béluré), Port-Anna (Séné), Saint-Goustan (Auray), Saint-Gildas de Rhuys, Arzon (port du Crouesty et Port-Navalo).

(Marianna Fustec ; Christelle Nicolas)

1Cales de passage du golfe du Morbihan [en ligne], disponible sur : http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/cales-de-passage-du-golfe-du-morbihan/a55afce3-37d1-46e2-8fac-2296b0402eff (consulté le 13 avril 2018).2Cales de passage du golfe du Morbihan [en ligne], disponible sur : http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/cales-de-passage-du-golfe-du-morbihan/a55afce3-37d1-46e2-8fac-2296b0402eff (consulté le 13 avril 2018).3Gué du Gornevez [en ligne], disponible sur : http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/cales-de-passage-du-golfe-du-morbihan/a55afce3-37d1-46e2-8fac-2296b0402eff (consulté le 13 avril 2018).4Pont de Saint-Goustan à Auray [en ligne], disponible sur : https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/pont-de-saint-goustan-a-auray (consulté le 13 avril 2018).5D’après GUILLO André, “ Banastère, havre au sel ”, p.45-48, in Association Culturelle de Rhuys, Les salines de Rhuys, dans le cadre du concours “Patrimoine des Côtes et Fleuves de France” organisé par les revues Chasse-Marée et Armen, Le Roche-Bernard, 1996, 151 p.
Aires d'études PNR Golfe du Mobihan

Références documentaires

Bibliographie
  • AMGHAR Julien, La construction portuaire et les activités maritimes dans le Golfe du Morbihan, du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, DEA d'Histoire, Université de Bretagne Sud, Lorient, 2001, 380 p.

  • DALLIC Morgane, Parc naturel régional du Golfe du Morbihan, Fiche d'inventaire du patrimoine culturel immatériel, Passeur de passagers, octobre 2015, 16 p.

  • ROME Yannic, Le passage de Saint-Armel – Séné, Liv’Editions, s.l., 2010, 120 p.

  • Association Culturelle de Rhuys, Les salines de Rhuys, dans le cadre du concours “Patrimoine des Côtes et Fleuves de France” organisé par les revues Chasse-Marée et Armen, Le Roche-Bernard, 1996, 151 p.

  • ROME Yannic, Bacs et ponts en Morbihan, Liv’Editions, s.l., 2010.

  • BEAULIEU François de, Dictionnaire du golfe du Morbihan, E Le Télégramme, s.l., 2010.

Périodiques
  • ROLLANDO Camille, Passeurs, passages et passagers du Golfe du Morbihan, Supplément au bulletin de la société Polymathique du Morbihan, n°9, avril 1999.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) PNR Golfe du Mobihan - Fustec Marianna - Nicolas Christelle