Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes de la commune de Pont-Péan

Dossier IA35047718 réalisé en 2008

Fiche

Voir

81 ouvrages repérés

dont 11 sélectionnés

Les matériaux du gros oeuvre :

La géologie particulière de la commune où un nombre important de minéraux différents sont identifiés ne reflète que très partiellement les matériaux répertoriés dans le bâti, les maçonneries de schiste sont majoritaires et de qualité moyenne, d´où une mise en oeuvre en moellons. Seuls les encadrements des ouvertures, plus soignés, utilisent la pierre de taille, parfois du calcaire comme à la ferme de la Galasière.

24% sont par ailleurs construits en terre selon la technique de la bauge couramment utilisée dans le bassin rennais. Un solin de schiste isole la terre du sol et évite la remontée d´humidité dans les murs par capillarité.

La brique employée surtout à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, est le matériau de prédilection pour l´encadrement des baies et les chaînages des angles. La proximité des briqueteries de Chartres de Bretagne dont l´activité a cessée dans les années 1920, peut l´expliquer.

L´ardoise est le matériau de couverture le plus employé. L´utilisation de la tuile mécanique est récente et concerne les constructions des années 1920, telles les maisons du lotissement minier. La Villa Désirée emploie des tuiles de diverses provenances qui indiqueraient que la tuile chartraine ait été largement concurrencée à cette période par les autres centres de production française.

Chronologie :

Un certain nombre de fermes présentent sur le cadastre ancien ont été conservées, surtout dans la partie la plus rurale de la commune, à la Galasière, à Gaubert, aux Cormiers ou encore à Tellé. Cependant la majorité des logis repérés datent des 19e et 20e siècles et sont liés à l´essor de la mine durant cette période. Le lotissement ouvrier dessiné et conçu à la fin des années 1920 contribue encore au maillage de l´urbanisme actuel. Dans notre étude celui-ci est envisagé en tant qu´ensemble, du fait de la répétition des modules de maisons d´ouvriers et de contremaître.

Typologie des logis repérés

La maison élémentaire à une pièce :

Ce type d´habitat comporte une seule pièce d´habitation chauffée, la salle, de 35 à 50 m². L´agencement y est rudimentaire. Cet espace de vie est complété souvent à l´arrière par un appentis à usage de cellier. Au dessus de la salle se situe le grenier, éclairé par une lucarne, il est accessible le plus souvent par une échelle extérieure.

La maison élémentaire à deux pièces :

La distribution du logis consiste en deux pièces en rez-de-chaussée, salle et chambre ayant chacune une porte de distribution extérieure avec également une communication intérieure via le mur de refend. Ce type d´habitat relativement courant est datable de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle.

La maison à plusieurs unités d´habitation :

Sous cette appellation nous avons regroupé plusieurs types de logis qui sont réunis par une toiture unique. Cette mitoyenneté assure l´économie d´un mur pignon.

Il peut s´agir d´un logis double dont l´élévation est symétrique comme au logis de la Croix des Landes, ou encore d´un logis réunissant trois unités d´habitation juxtaposées, chaque pièce étant chauffée par une unique cheminée.

Le logis à plusieurs unités d´habitations juxtaposés et superposés est proche du type immeuble tout en s´y écartant dans sa distribution. Chaque logis ayant son entrée bien identifiée, exemple le Coron.

La maison de type ternaire :

La maison de type ternaire est caractérisée par une élévation à trois travées avec porte d'entrée axiale menant à un escalier central. Elle est localisée aux abords des grandes artères comme la route de Nantes et à proximité de la mine. Ce type de maison se diffuse particulièrement dans le dernier quart du 19e siècle et le premier quart du 20e siècle. Les encadrements des baies sont souvent en brique.

Plusieurs variantes existent : simple en profondeur, comme la Villa Désirée ou la maison des Ingénieurs, ou double en profondeur comme celle du 18 route de Nantes. De plain-pied ou en rez de chaussée surélevé, ces maisons sont souvent bourgeoises comme celles du docteur et du directeur de la mine à la Clôture.

La maison à travées :

Parmi les maisons de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle, certaines ne présentent pas d'organisation symétrique mais des travées rythmiques avec des accès aménagés selon la nécessité, fonction commerciale comme les cafés Sauvaget et de la Gibotière.

Le pavillonnaire :

Le pavillonnaire correspond à des maisons construites en série dans un même secteur. Il regroupe des maisons d´ouvriers, élevées en modules de deux ou trois logis mitoyens, et des maisons de contremaître, non mitoyennes, situées en parcelle d´angle.

Le logis à fonctions multiples :

Ces logis abritent sous une même toiture une partie habitation et une partie exploitation, le plus souvent une étable. Deux variantes ont été rencontrées sur la commune : la formule simple, à deux portes, l´une desservant la salle, l´autre la partie agricole comme c´est le cas à la ferme du Pavillon ; la formule à trois portes, à la ferme de la Galasière, où une pièce froide centrale est accolée de part et d´autre de deux pièces à feu.

Le logis sur dépendance :

Le logis sur dépendance correspond à un édifice qui comporte une pièce par niveau et dont la salle à l´étage est distribuée par un escalier extérieur. Le cellier de plain-pied n´a pas de communication interne avec la salle à l´étage.

Le pavillon :

Contrairement aux autres types cités ci-dessus, cette famille typologique ne s´attache pas à la distribution mais à la forme.

Le pavillon désigne un bâtiment carré de plan massé dont la toiture possède des croupes latérales et abrite ordinairement, des combles. Plusieurs exemples existent sur la commune, en particulier aux abords de la route départementale 137, le pavillon le plus ancien repéré est situé au 7 route de Nantes.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Pont-Péan
Période(s) Principale : Epoque contemporaine
Décompte des œuvres repérées 77
étudiées 0

Annexes

  • Statistique sur l´occurrence des matériaux du gros oeuvre, à partir des 113 oeuvres repérés .

    Schiste : 62

    Enduit : 53

    Brique : 28

    Terre : 27

    Schiste et terre : 22

    Calcaire : 4

    Granite : 3.

  • Statistique sur l´occurrence des périodes de construction à partir des 113 oeuvres repérées et documentées.

    16e siècle : 1

    17e siècle : 11

    18e siècle : 37

    19e siècle : 79

    20e siècle : 31 (antérieur à 1940, ce chiffre n´est pas tout à fait exact, puisque le lotissement de la mine a été considéré comme une unité correspondant au dossier ensemble).

  • Statistique sur l´état de conservation du patrimoine de la commune à partir des 113 oeuvres repérées et documentées.

    Remanié : 38

    Restauré : 37

    Remanié et restauré : 20

    Etat moyen : 30

    Bon état : 19

    Bon état et restauré : 8

    Désaffecté : 4.

  • Statistique sur l´occurrence des différents types de logis, à partir des 81 maisons et fermes repérées.

    Sans objet, remanié ou dénaturé : 30

    Maison élémentaire à une pièce : 04

    Maison élémentaire à deux pièces : 06

    Maison à deux foyers juxtaposés : 04

    Maison à plusieurs unités d´habitation juxtaposées : 05

    Maison de type ternaire : 05

    Maison à travées : 06

    Maisons en série de type pavillonnaire : 02 ensemble repérés de plusieurs maisons.

    Logis à fonctions combinées : 10

    Pavillon : 03

    Salle sur dépendance : 01.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.C. Pont-Péan : Analyse et préconisations, commune de Pont-Péan. Pact Arim, juillet 2007.

  • A.C. Pont-Péan : Etude du patrimoine bâti, commune de Pont-Péan. Pact Arim, juillet 2007.

Bibliographie
  • BANEAT, P. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, archéologie, monuments. Mayenne : éditions Régionales de l'Ouest, 1994 (réed de 1927), 4 vol, 1.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 vol. (Le patrimoine des communes de France)., t. 1.

  • CUDENNEC, Jean-Pierre. Pont-Péan au fil du temps. (http://envor2004.free.fr/cariboost1).