Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes sur la commune de Nouvoitou

Dossier IA35031330 réalisé en 2004

Fiche

Voir

Le recensement du patrimoine bâti, réalisé durant le mois de février et mars 2004, a porté sur les ouvrages construits avant le milieu du 20e siècle. Ce dossier réunit l'ensemble des maisons ou des fermes documentées et illustrées individuellement. Ces édifices sont appréhendés dans une unité fonctionnelle où le logis de la ferme, par exemple, n'est pas séparable de ses parties constituantes. Ainsi, les puits, les fours ou d'autres parties agricoles ne sont pas traités à part.

L´habitat dans la commune de Nouvoitou ne semble pas très ancien, il est constitué en majorité de fermes modestes construites à la fin du 18e siècle ou dans la 1ère moitié du 19e siècle. Il s´agit le plus souvent de fermes à fonctions combinées regroupant logement et espace à usage agricole sous un même toit. Au cours du 19e siècle, des constructions complémentaires : étable, grange ou remise sont venues s´ajouter aux premières mais la cour reste ouverte. Peu de fermes ont été crées ex-nihilo dans la 2e moitié du 19e siècle mise à part la ferme-modèle de l´Eclosel, ou la ferme de Veauzelle construite en 1860. Dans la 2e moitié du 20e siècle, la ferme est remaniée par les exploitants : transformations de parties agricoles en chambre, ou en salle d´eau mais très rarement aménagement d´une chambre à l´étage. Depuis les années 1980, de nombreuses fermes sont devenues maisons (Sur 129 fermes documentées, 102 sont aujourd´hui des maisons, et 3 sont ruinées).

Nombreuses organisations en « longères » sur le territoire communal. Il s´agit « d´ensembles de bâtiments contigus sans qu´il soit présumé de leur éventuel lien organique ». Sous le terme longère, nous retrouvons tantôt un hameau-rangée (alignement de plusieurs fermes comme à La Landelle aux Ménards), tantôt une ferme (c´est à dire, une seule et même unité d´exploitation : Malmousse, ferme actuellement maison).

Dans la ferme dite longère du 18e siècle, le logis est situé le plus souvent en partie centrale tandis que les parties agricoles (le plus souvent en bauge) sont situées de part et d´autre. Organisation des fermes en rez-de-chaussée surmonté d´un niveau de grenier et plus rarement deux niveaux de grenier dans les édifices les plus anciens (La Roncinais, Seiche, La Rembourgère, Venecelle).

Orientation des fermes au Sud et utilisation du cellier (en partie arrière donc situé au Nord) comme bouclier thermique.

Nouvoitou se situe dans une zone de construction mixte employant principalement des moellons de schiste et la terre. Les matériaux les plus utilisés sont : l´argile, le schiste, la brique (en encadrement des ouvertures) l´ardoise (couverture) et le bois. Les mares à proximité immédiate des fermes témoignent du lieu d´extraction primitif de l´argile des constructions : La Mare, La Pierre...

Dans le bourg, le schiste bleu-verdâtre est très souvent associé à la brique dans les constructions de la 2ème moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle.

Aires d'étudesIlle-et-Vilaine
Dénominationsmaison, ferme
AdresseCommune : Nouvoitou
Période(s)Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 164
étudiées 0

Références documentaires

Bibliographie
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Editions Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, Rennes, 2002.