Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les routoirs de la commune de Camlez

Dossier IA22133105 réalisé en 2016

Fiche

Á rapprocher de

Des traces du passé linier du Trégor sont encore visibles aujourd'hui dans le paysage avec les routoirs. Ce sont des bassins maçonnés à ciel ouvert où s'effectuaient le rouissage aquatique du lin. Le rouissage est le processus de macération des plantes textiles destiné à faciliter la séparation de l'écorce filamenteuse d'avec la tige. Utilisée pendant plusieurs siècles, cette méthode est définitivement interdite à la fin du 19e siècle pour cause de pollution, elle est alors remplacée par le rouissage sur pré, à même le sol.

Aires d'études Schéma de cohérence territoriale du Trégor
Dénominations bassin de décantation
Adresse Commune : Camlez
Lieu-dit : Trostang Pen Ar Stang Le Rudonou Launay Kerhuel Bras

Sur la grosse dizaine de routoirs figurée sous la forme de rectangles bleus sur le cadastre ancien de 1834, six sont encore visibles à l'état de vestiges. Jean-Baptiste Ogée mentionne dans son ''Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne'' l'existence de vingt-trois routoirs à Camlez en 1843, soit treize de plus qu'en 1834. Ces derniers sont situés à proximité du lit d'un ruisseau, il n'est donc pas étonnant de les retrouver à proximité des limites communales. Après l'interdiction de leur usage par les arrêtés préfectoraux de 1896 et 1909, pour cause de pollution, les routoirs sont abandonnés, reconquis par la nature, détruits ou reconvertis en lavoirs. Bien qu'envahis par la végétation, envasés pour certains, quelques routoirs restent visibles à Camlez aujourd'hui : le routoir du Rudonou, le routoir du moulin de Trostang, les routoirs du Launay, le routoir de Kerhuel Bras et le routoir de Pen Ar Stang.

Période(s) Principale : Temps modernes
Principale : 19e siècle

Les routoirs sont des bassins à ciel ouvert, creusés dans le lit d'un ruisseau ou à proximité d'une source, utilisés pour rouir le lin, c'est à dire pour faire pourrir la "moelle" contenue dans la tige de lin et faciliter l'extraction de la fibre. De taille variable et approximativement rectangulaires, ces bassins sont construits en pierre sèche. Les routoirs sont reliés au cours d'eau qui les alimentent par des biefs de dérivation. Des galets sont utilisés pour lester les bottes de lin, et ainsi maintenir la fibre submergée.

Murs granite moellon
schiste moellon

Références documentaires

Documents figurés
  • Fonds du cadastre ancien. Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Camlez, 1834. Série 3P33/1

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P33/1
Bibliographie
  • OGEE Jean (Nouv. éd. rev. et augm. par Marteville A., Varin P). Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Rennes, Molliex, 1843, tome 1, 534 p. + 263 p.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)