Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lycée du Léon, boulevard de la République (Landivisiau)

Dossier IA29132225 réalisé en 2018

Fiche

Les effets des évolutions pédagogiques sur l'architecture d'un lycée

Le lycée du Léon ouvre en 1990. C'est un des premiers lycées construits par le Conseil régional de Bretagne, dans un territoire où la concurrence scolaire avec l'enseignement catholique est aiguë.

S'il est dépourvu des audaces, en termes de matériaux et de formes, qui symbolisent les lycées de la décentralisation, il traduit cependant assez bien, dans son architecture et son organisation, les évolutions pédagogiques en cours. Les programmes pédagogiques et techniques de cet établissement sont en effet manifestes de la place centrale que le ministère de l’Éducation nationale, responsable du premier, et la Région, maître d'ouvrage, souhaitent donner aux centres d'information et de documentation, à la fin des années 1980.

Le cahier des charges prescrivait d'ailleurs, en matière d'organisation des espaces intérieurs :

"La zone de convergence et d'animation de l'établissement est le centre de documentation et d'information qui comporte la bibliothèque, la salle de lecture et de documentation ainsi que le bureau d'orientation. A proximité peut se trouver l'amphithéâtre, bien que la situation préférentielle de ce dernier soit à proximité immédiate de la salle polyvalente de 200 m2 (demi-pension) (...)

Les locaux destinés aux enseignants sont situés de façon à pouvoir utiliser les équipements du centre de documentation et d'information.

Tous les locaux d'enseignement doivent disposer d'une liaison facile avec le centre de documentation et d'information et plus particulièrement ceux utilisant de façon plus constante la documentation que l'on y trouve (histoire et géographie, langues vivantes,...)"

Dénominationslycée
Aire d'étude et cantonBretagne
AdresseCommune : Landivisiau
Adresse : Boulevard de la République

Un lycée public en terre de mission

Aucun lycée public n'est implanté dans le Haut-Léon jusqu'à la création du lycée de Landivisiau, en 1990. En 1913, dans le premier ouvrage de sociologie politique, Tableau politique de la France de l'Ouest, André Siegfried expliquait déjà que le Léon était une terre très influencée par l’Église. Aussi, cet ancien évêché situé à l'extrême nord-ouest de la Bretagne, est-il un "fief" de l'enseignement catholique, dans une région très marquée par la concurrence scolaire. La mise en place, en 1981, d'un comité de soutien à l'implantation d'un lycée public symbolise la mobilisation des familles en faveur de celle-ci.

Parmi les villes moyennes du Léon qui peuvent y prétendre, c'est Landivisiau qui est choisie, de préférence à Saint-Pol-de-Léon ou Lesneven. La commune dont le maire est alors M. Charles Miossec, cède le terrain, à titre gratuit, à la Région - la situation étant régularisée plus tard, par délibération du conseil municipal, en date du 7 mai 1993.

Le lycée ouvre donc en 1990. C'est ainsi un des premiers lycées construits par le Conseil régional.

Un lycée sans internat

En 2018-2019, le lycée, conçu pour accueillir jusqu'à 600 élèves, en accueille 416. Le programme prévoyait la construction ultérieure d'un internat de 100 places qui n'a finalement pas été réalisée, ainsi que d'équipements sportifs qui ont été pris en charge par la municipalité. Les formations dispensées préparent aux bacs généraux, à deux bacs technologiques en gestion et finances ainsi qu'en marketing, et au BTS "management des unités commerciales".

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates1990, daté par source
Auteur(s)Auteur : Leopold Bernard
Auteur : Jallais Christian architecte attribution par source
Auteur : Stéphan Jacques
Jacques Stéphan

Agréé en architecture, 32 avenue Foch, Landivisiau


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Cloarec Yves
Yves Cloarec

Agréé en architecture, 17 avenue de Coat-Mez, Landivisiau


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

Un lycée implanté en périphérie de Landivisiau, dans un cadre pavillonnaire peu dense

Construit sur des terres agricoles, le lycée, demeure situé en périphérie de la ville, même si les abords immédiats se sont un peu densifiés en habitat de type pavillonnaire. Au sud du lycée est implanté un complexe sportif municipal, doté d'une salle omnisports (étudiée dans le cadre de l'opération d'inventaire du patrimoine des sports).

Le lycée est adressé en bordure du boulevard de la République qui permet d'accéder au centre ville. La route départementale 69, qui fait office de "rocade" sud-est de Landivisiau, tangente le complexe sportif, mais n'est pas directement accessible.

Le lycée est implanté sur une parcelle de de 1ha 88 a 13 ca, boisée dans sa partie nord-est.

Un bâti compact, organisé autour d'une rue centrale et du CDI

Les architectes ont proposé l'organisation suivante afin de répondre au cahier des charges (cf. "historique").

Une fois entrés dans le lycée, les élèves ne sortent plus à l'extérieur, malgré un cadre naturel verdoyant. L'espace est en effet organisé autour d'une rue centrale couverte et lumineuse qui leur offre un cadre convivial. Au premier étage de la rue, les ailes sont desservies par une mezzanine qui laisse passer la lumière provenant de la couverture, composée d'une charpente métallique en demi-cercle recouverte de panneaux translucides.

Cette rue dessert, dans sa partie ouest, trois ailes perpendiculaires, en rez-de-chaussée, abritant respectivement l'administration ("bâtiment D"), l'espace dédié aux professeurs et le service de restauration (F). A l'est de cet axe central se succèdent 3 ailes r + 1 : la première est dédiée aux classes des enseignements scientifiques et aux BTS (A), la deuxième au CDI (C) et la troisième aux salles conçues pour les matières à caractère littéraire (B). A l'extrémité sud du hall est implanté l'amphithéâtre (E).

De part et d'autre de la rue, et dans la mezzanine, sont aménagés de nombreux espaces ouverts, équipés de bancs, tables et chaises, qui permettent aux élèves de s'installer, par petits groupes, lors des récréations et de la pause méridienne.

A l'exception du CDI, les ailes ont un plan rectangulaire, mais les architectes ont positionné à leurs extrémités des escaliers, des entrées et une salle de réunion de forme convexe. Ils ont rythmé les façades en installant des pilotis, encorbellements ou portiques, et en utilisant des aplats de couleurs vives.

Deux fonctions positionnées en périphérie de parcelles : abris deux roues et logements.

Des abris à vélos sont situés au sud de l'établissement. Leur architecture à grandes bâtières de tôle ondulée, qui descendent presque jusqu'au sol, est assez singulière. Ils avaient dû être agrandis mais sont aujourd'hui totalement désertés. Les dispositions liées au plan "Vigipirate" obligent les lycéens et professeurs à se présenter à l'accueil. Les abris à vélos sont toujours implantés à l'opposé.

Une rangée de maisons de fonction, mitoyennes mais non uniformes, est positionnée au sud-ouest de la parcelle. Ces logements reprennent certains des principes architecturaux du bâtiment principal. Une partie des façades pastiche l'entrée du lycée.

Collections pédagogiques et œuvres d'art

Le lycée ne possède pas d’œuvre réalisée au titre du 1% artistique, ni de collections pédagogiques notables, hormis quelques cartes de géographie.

Mursbéton
Toitacier en couverture
Couvertures
Statut de la propriétépropriété de la région

Annexes

  • Plan topographique du lycée :

Références documentaires

Bibliographie
  • BRANCHEREAU, Jean-Pierre, CROIX, Alain, GUYVARC'H, Didier, PANFILI, Didier. Dictionnaire des lycées publics de Bretagne. Geriadur liseoù publik Breizh. Histoire, culture, patrimoine. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012. 656 p.

Liens web