Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lycée Eugène Freyssinet, 32 rue Mansart (Saint-Brieuc)

Dossier IA22133447 réalisé en 2018

Fiche

Le lycée Freysssinet est un témoignage bien préservé de l'architecture scolaire des années 1960. La conception de l’École nationale professionnelle du bâtiment de Saint-Brieuc a été confiée à l'architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux,Yves Moignet (1920-2007), implanté à Angers.

L’œuvre illustre bien ses partis-pris : une diagonale et une référence artistique lui servent souvent de points de départ. Ici, la plus longue diagonale de la parcelle structure le plan masse. Il a confessé s'être inspiré de l'Alcazar de Tolède. Vu de la profonde vallée du Gouet, sur son plateau beaucoup moins urbanisé qu'aujourd'hui, le lycée pouvait en effet sembler une forteresse. Vues en coupe, la silhouette des barres n'est-elle pas celle d'un pan de muraille, entre deux tours ? La colorimétrie, tout en rappelant la pierre bretonne, reste proche de celle de sa référence arabo-ibérique.

Le programme d'origine est donc marqué par une composition soignée, celle d'un grand prix de Rome (en 1948), qui sait également manier le vocabulaire de l'architecture moderne.

Un seul bâtiment s'éloigne de la diagonale : le gymnase dont l'originalité était, à l'origine, de comporter un bassin de natation.

Yves Moignet est par ailleurs l'architecte, en tout ou partie, de huit des actuels lycées de Bretagne, dont trois à Saint-Brieuc, sa ville natale. Tous n'ont cependant pas la même ambition.

Le programme initial a été enrichi, à partir des années 1990, de différents agrandissements. Le plus marquant, construit en 2006, sous maîtrise d'ouvrage du Conseil régional de Bretagne, est d'un bel exemple d'architecture contemporaine (Thierry Soquet, architecte).

Précision dénomination
Dénominations lycée
Aire d'étude et canton aire d'étude de la région Bretagne
Adresse Commune : Saint-Brieuc
Adresse : 32 rue Mansart

Le projet initial : une École nationale d'enseignement technique construite selon les plans d'Yves Moignet

La genèse du lycée général, technologique et professionnel Eugène Freyssinet est résumée dans une plaquette promotionnelle de la société Lafarge, éditée à l'ouverture du lycée. Elle précise :

"C'est par une décision interministérielle du 12 février 1957 qu'a été décidée la construction d'une École nationale d'Enseignement technique, devenue plus tard Lycée technique d’État. (...)

[Il] répond a des besoins d'ordre national : il est destiné à préparer des cadres supérieurs - 2 brevets de technicien supérieur - et moyens - 10 brevets de techniciens - et des ouvriers qualifiés - 22 C.A.P.- dans les spécialités se rattachant essentiellement aux industries du bâtiment, du Génie civil et des Travaux publics. Il accueillera 1200 élèves dont 200 étudiants - dans un complexe pédagogique moderne et prototype. (...)

La construction a été réalisée en un temps record, par l'action coordonnée de 17 entreprises : la rentrée des élèves (octobre 62) a eu lieu 18 mois après l'achat des terrains."

Le lycée polyvalent (général, technologique et technique) Eugène Freyssinet

L'établissement était appelé lycée du Vau-Meno jusqu'en 1975, année où il est baptisé du nom de l'inventeur du béton précontraint, Eugène Freyssinet. Un nom ô combien symbolique étant donnée la nature des formations dispensées.

Il devient lycée polyvalent en 1989, avec l'introduction de bacs généraux et technologiques. Ses effectifs ont varié au cours de l'histoire : 400 en 1962, 1800 à la fin des années 1990, un peu moins de 1000 en 2018-2019. L'internat accueille 49 élèves de l'établissement, mais aussi les internes du lycée Renan. L'intitulé des formations de techniciens montre l'évolution des métiers du bâtiment et du vocabulaire associé : "architecture et construction", "énergies et environnement", "étude et économie construction"... Il a obtenu le label "lycée des métiers".

Un lycée agrandi par la Région depuis les années 1990

L'ensemble bâti reste principalement marqué par les barres et les ateliers originels. D'autres immeubles ont été construits, essentiellement depuis le début des années 1990. Outre les restructurations, ravalements et autres mises aux normes, l'établissement s'est agrandi, principalement :

- d'un foyer pour les internes (actuellement infirmerie), au nord-est du bâtiment A : Jean Bouget, architecte (plans dessinés en janvier 1989) ;

- d'une extension de 20 classes, au nord du bâtiment C : Jean Bouget, architecte (plans de l'avant-projet détaillé, 13 septembre 1989) ;

- d'un atelier domotique, à proximité du gymnase ;

- d'un nouvel atelier pour les équipes mobiles d'assistance technique, au nord-ouest de la parcelle.

Enfin, en 2006, a été livré un bâtiment qui accueille le nouveau CDI, la salle des professeurs et un amphithéâtre. Les plans ont été donnés par l'architecte Thierry Soquet, à partir de 2003.

En 2017, le lycée est lauréat d'un appel à projets de la caisse des dépôts et consignations, pour concevoir et expérimenter de nouveaux espaces pédagogiques. Une salle a été équipée de mobilier spécifique permettant toute sorte de configuration en cours de séance. Deux espaces ouverts ont été aménagés, dans le très grand hall, pour favoriser le travail collaboratif des élèves et des pédagogies hors salle de classe. Le lycée privilégie la conception et la fabrication de mobilier intérieur et extérieur en interne.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 4e quart 20e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates 1957, daté par source
1962, daté par source
1992, daté par source
2006, daté par source
Auteur(s) Auteur : Moignet Yves
Yves Moignet (19 mai 1920 - juillet 2007)

Architecte DPLG, 21 boulevard du roi René, Angers.

Etudes à l'ENSBA de 1941 à 1948, Grand Prix de Rome en 1948, médaille d'or des hautes études supérieures de l'architecture de la SADG, agréé par le MRU.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Soquet Thierry,
Thierry Soquet (1960 - )

Fonde en 1990 l'agence Architecture Plurielle, 99 allée Saint-Hélier, Rennes. Obtient en 1994 le Prix d’Architecture Bretagne pour le Lycée agricole de Merdrignac.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Bouget Jean,
Jean Bouget

Architecte DPLG, Lannion.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Implantation

La plaquette promotionnelle de la société Lafarge, éditée à l'ouverture du lycée, indique :

"Le lycée technique d’État de Saint-Brieuc a été édifié en bordure de la vallée du Gouet, situé dans un cadre remarquable, en surplomb de la baie de Saint-Brieuc. (...)

Les poteaux d'ossature, les poutres, les planchers et les chaînages sont réalisés en béton armé ; les murs en élévation et les refends en béton banché. Ce sont les entreprises régionales Quémeneur, entreprise-pilote, Le Grignou et Courte qui ont exécuté le gros-œuvre. L'ensemble de l'ouvrage est revêtu d'un enduit lavé en gravillon de granit. Le SUPERBLANC LAFARGE qui a été utilisé pour la réalisation de cet enduit a permis de constituer un fond clair portant en valeur la teinte et l'aspect du granulat si caractéristique de la construction bretonne (...). Intérieurement tous les murs sont enduits en 861 LAFARGE. Ce liant a été choisi pour sa plasticité et son adhérence qui rendent l'exécution plus rapide. Il a permis d'obtenir des surfaces régulières, sans aucun faïençage et d'une dureté inhabituelle à l'intérieur." Les parties concernant les procédés de la société Lafarge, en gras dans la brochure, soulignent le côté promotionnel du document. Elles n'en sont pas moins intéressantes en termes de description technique.

Organisation du bâti

L'établissement est conçu en trois parties distinctes regroupant des fonctions distinctes : les externats, l'internat, le service de restauration et les logements à l'est de la parcelle, les ateliers au nord-ouest, le gymnase et le plateau sportif au sud-est. Symbole de l'un de ses principes architecturaux, l'architecte Yves Moignet utilise au mieux la plus longue diagonale de la parcelle, du sud-est au nord-ouest, en organisant de part et d'autre de celle-ci l'ensemble des bâtiments, tous reliés entre eux, à l'exception du gymnase.

La première partie est composée de trois barres de plan rectangulaire, les bâtiments A (internat, restaurant scolaire et logements), B (externat, accueil, hall, logements) et C (externat, grand hall, administration). A et C sont parallèles mais décalés. Le bâtiment B leur est perpendiculaire et les relie entre eux. La composition de l'architecte joue beaucoup sur cette disposition, mais aussi sur les décrochements de hauteur. Internats (A) et externats (C) sont desservis par des couloirs centraux. B, de moindre épaisseur, par un couloir latéral. L'architecte a composé les façades dans un souci de symétrie. Il utilise différentes tailles de fenêtres afin de rompre la monotonie des longues façades qui reproduisent, à l'infini, la même trame de 1,75m.

La deuxième partie est composée de deux vastes ateliers parallèles reliés entre eux et au bâtiment C, par le bâtiment D, de plan rectangulaire, qui abrite des vestiaires, magasins et salles de classes et est éclairé en sa partie centrale par un lanternon, dont les deux pans de la toiture convergent vers un caniveau central.

La troisième partie, beaucoup moins dense, est dédiée aux sports, avec un vaste plateau de plein air et un gymnase et une piscine, aujourd'hui transformé en salle de musculation.

Évolution du bâti

Les nouveaux bâtiments construits depuis le début des années 1990, bousculent la composition d'ensemble, sans l'altérer complètement.

L'extension de 20 classes conçue par Jean Bouget, est accolée au nord du bâtiment C. Elle semble vouloir rétablir une certaines symétrie sur les façades arrières que n'avait pas voulue Yves Moignet. Le foyer des internes (actuelle infirmerie), dû au même architecte, est accolé au nord-est de la façade arrière du bâtiment A. Le plan masse n'est cependant pas trop perturbé par ces adjonctions d'une surface au sol somme toute modeste.

Tout aussi modeste par son emprise au sol, l'atelier domotique (1992) reste très discret à l'échelle de l'établissement, malgré le modernisme inhérent à son objet.

Il en est autrement du CDI, bâtiment contemporain en totale rupture de par ses formes incurvées et ses matériaux dont l'usage explose dans les années 2000 : verre, métal en façade... Cette innovation assumée ne perturbe cependant pas trop le plan d'ensemble puisque le bâtiment implanté en bordure nord-ouest de la parcelle réduit simplement la surface de la cour intérieure. Il devient sans doute, avec celle-ci, le nouveau cœur de l'établissement.

Il masque cependant la perspective sur la vallée du Gouet et donne un centre, un "cœur", à un établissement dont la composition initiale organisait les fonctions (internats, externats, ateliers, logements, administration...), sans les hiérarchiser.

La perception d'ensemble, depuis l'entrée et depuis le plateau sportif, n'est quant à elle pas impactée. Le lycée Freysssinet est ainsi un témoignage bien préservé de l'architecture scolaire des années 1960, enrichi d'un bel exemple d'architecture contemporaine, symbolique de l'importance croissante des CDI, des espaces dédiés aux échanges et aux rencontres entre les professeurs, et de grandes salles de type amphithéâtre.

Œuvre du 1%

La décoration au titre du 1% artistique est une sculpture de plein air, en granit rose, composée de trois éléments. Elle est l'un des toutes dernières œuvres du sculpteur Henri-Georges Adam (1904-1967). Cet artiste, d'origine malouine, est également graveur, auteur de tapisseries monumentales... Son art n'est pas figuratif. Si l'on se réfère au tableau national du 1%, l’œuvre a pour titre : "La grande table de conférence. Oiseau." Un reportage télévisé a été diffusé sur le canal 01 de l'ORTF, le 1er septembre 1967. Il est consacré à l'inauguration posthume de ce "monument" d'Henri-Georges Adam. Le film a disparu mais la notice RXF02005315 de l'INA indique la présence de M. Anthonioz pour représenter André Malraux. Elle précise que les formes du monument symbolisent "le sol breton et rappell[en]t les échanges entre professeurs et élèves".

Travaux d'élèves

Le lycée est le lieu d'exposition de sculptures métalliques réalisées par des élèves, ainsi que de mobilier extérieur, voire pédagogique, créé dans l'établissement.

Collections pédagogiques

Le lycée possèdes de petites collections pédagogiques, dans les laboratoires de physique, chimie et sciences naturelles, mais aussi dans les ateliers, bien que les outils obsolètes ne soient généralement pas conservés.

Murs béton béton armé
béton
Statut de la propriété propriété de la région

Annexes

  • ST BRIEUC_LYCEE EUGENE FREYSSINET_PLAN-Topo
  • Plan de de masse bâtiments A, B, C_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan de de masse bâtiments D, E, F_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan de situation_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan extention 20 classes_archives CRBretagne _209W74
  • Plan exterrnat, bât C, RDC, salles de physique et de chimie_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan exterrnat, bât C, RDC_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan foyer de internes_archives CRBretagne _209W74
  • Plan internat, bât A, 1er étage_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan internat, bât A, 2,3, 4e étages_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan internat, bât A, Cuisine, réserve-aménagement-terrasse_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan internat, bât A, cuisine_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Plan internat, bât A, Plan des toilettes, détail_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Projet plantations_Y. Moignet_AD49-221J256
  • Schéma de répartition des services_Y. Moignet_AD49-221J256

Références documentaires

Bibliographie
  • BRANCHEREAU, Jean-Pierre, CROIX, Alain, GUYVAR'H, Didier, PANFILI, Didier. Dictionnaire des lycées publics de Bretagne. Geriadur liseoù publik Breizh. Histoire, culture, patrimoine. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012. 656 p.

  • Moignet [Mme Y.] et Moignet [A.], "Yves Moignet (1920-2007), Architecte Grand Prix de Rome, et l'idée d'architecture", in Mémoires de l'Académie d'Angers, tome 26, 2011, pp. 169-176.

  • Le Gac [Yves], "Le lycée technique d’État. Une réalisation unique sur les plans architectural et pédagogique", Ouest France, Saint-Brieuc, 22-23/06/1963.

Liens web