Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lycées de Bretagne (enquête thématique régionale en cours...)

Dossier IA35132658 réalisé en 2018

Fiche

Aires d'études Bretagne

Opération d'inventaire des lycées de Bretagne

Située à la confluence des compétences du Conseil régional en matières de lycées et d'inventaire, l'opération ici présentée vise à situer chaque lycée breton dans son contexte historique et architectural. Le corpus de l'étude est constitué par l'ensemble des établissements publics et privés implantés sur le territoire la région administrative. L'étude concerne le patrimoine architectural, des éléments mobiliers ainsi que d'éventuels lieux de mémoire.

La Région Bretagne exerce des compétences en matière de lycées et d'Inventaire du patrimoine.

Les lois de décentralisation de 1983 et 2004 ont confié aux Régions la propriété des lycées publics (effective en 1986), leur construction, leur entretien, ainsi que des compétences larges en termes de fonctionnement : accueil, restauration, hébergement des lycéens. Deux directions du Conseil régional de Bretagne sont tout particulièrement en charge de leur mise en œuvre : la direction de l’immobilier et de la logistique (DIL) et la direction de l’éducation, des langues de Bretagne et des sports (DELS).

La loi de 2004 a également transféré aux Région l’Inventaire du patrimoine culturel. Ce transfert est effectif depuis 2008. Le service de l’Inventaire du patrimoine (SINPA) est intégré à la direction du tourisme, du patrimoine et des voies navigables (DTPVN).

En Bretagne, ce service est engagé dans une démarche qui vise à étudier certains éléments du patrimoine immobilier dont la Région est propriétaire. Le service mène ainsi deux opérations thématiques sur le patrimoine des voies navigables et, à l’instar d’autres Régions, la Région Bretagne engage une opération d’Inventaire thématique sur le patrimoine des lycées de Bretagne.

L’opération d’Inventaire du patrimoine des lycées bretons participe d’une démarche proposée par plusieurs Régions pour créer du lien et de la transversalité entre les compétences exercées par les Régions. Depuis plusieurs années, les chercheurs et chargés d’études en charge de cette thématique se réunissent pour partager l’avancée de leurs travaux, leurs expériences et les outils qu’ils utilisent.Plusieurs régions ont d’ores et déjà entrepris l’Inventaire du patrimoine des lycées . Des publications sont issues de ces travaux, dont : - Mairot, Philippe, Les lycées comtois, un patrimoine, Besançon, Région Franche-Comté, 2014.- Girard, Karine (et Al.), Le lycée Gambetta de Tourcoing, une histoire militante, (coll. Images du Patrimoine, n°302) éditions Lieux-Dits, septembre 2017, 144 p.

L’enquête d’inventaire menée en Bretagne est complémentaire des deux dictionnaires historiques : le Dictionnaire des lycées publics de Bretagne, paru en 2012 et le Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne, paru en 2018. Ces ouvrages comportent des notices "Architecture" ainsi que des notices sur chaque établissement. Mais ces dernières ne comportent pas de description systématique du bâti ou des collections d’objets mobiliers, par exemple. Écrites par des auteurs différents, sous un angle qui leur est propre, elles contiennent au cas par cas des informations sur la création du lycée, ses évolutions, les formations dispensées, les événements historiques qui l’ont marqué… Elles constituent donc un apport documentaire essentiel à l’opération d’inventaire qui cependant va plus loin. Cette dernière s’appuie en effet sur une méthodologie spécifique et produit une base de données vivantes et actualisables.

Jalons historiques pour les lycées publics.

Il est vain de prétendre synthétiser en quelques lignes l’histoire des lycées, ces établissements d’enseignement secondaire qui préparent au baccalauréat et ont vu passer les générations d’élèves, en vue de former, dans un premier temps, les élites administratives et économiques et aujourd’hui plus de 80% d’une classe d’âge. Cette histoire est jalonnée d’évolutions des enseignements et de la pédagogie qui ne seront pas plus développés ici. Retenons simplement quelques jalons.

Napoléon Bonaparte crée les lycées par la loi du 11 floréal an X (1er mai 1802). La construction des deux premiers lycées bretons, à Rennes et Napoléonville (Pontivy) est décidée, dès 1803. Les premiers lycées s’inscrivent cependant dans la continuité des collèges d’ancien régime. Ils reprennent le nom de collèges royaux sous la Restauration, puis redeviennent lycées impériaux sous le Second empire.

L’institution est exclusivement masculine jusqu’à ce que la République organise l’enseignement secondaire des jeunes filles (loi Camille Sée, 1880). Elle organise, de même, après la Première Guerre mondiale, l’enseignement technique et industriel (loi Astier, 1919). Dès les débuts de la 3e République, le rythme de construction des lycées s’accélère ainsi que celui des collèges communaux et des écoles primaires supérieures qui seront progressivement transformés en « lycées ».

Après la Seconde Guerre mondiale, les effectifs scolaires explosent sous le double effet du baby boom et de la généralisation de l’enseignement secondaire (scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, 1959). Le nombre des constructions explose. La destruction quasi-totale de certaines villes bretonnes (Lorient, Brest, Saint-Malo) crée un contexte spécifique. Progressivement, l’ensemble des établissements secondaires (généraux, technologiques, techniques) qui hébergent les classes après la troisième prennent le nom de lycée. C’est définitivement le cas à partir de la réforme Haby (1975) qui généralise également la mixité.Les lois de décentralisation de 1983 confient aux Régions la propriété des lycées (celle-ci devient effective en 1986).

Approche sommaire de la typologie architecturale des lycées publics en Bretagne :

Les premiers lycées reprennent le plan de type couvent des collèges d’ancien régime, dans lesquels les tout premiers d’entre eux s’installent souvent. La 3e République réforme l’enseignement secondaire (loi du 2 août 1880), crée une commission des bâtiments des lycées et collèges, met à contribution le conseil des bâtiments civils. Un programme clair se généralise : emplacement du lycée dans le tissu urbain, sur un terrain favorable à l’aération et à l’ensoleillement, organisation du plan en quatre blocs : les quartiers des grands, moyens, petits et celui de l’administration. Aucun plan type n’est imposé mais l’application de ce programme conduit souvent à des plans en grille, à une typologie, celle du « lycée caserne ».

Le second grand type lui succède chronologiquement, c’est celui des « lycées du mouvement moderne » dont les principes architecturaux influenceront l'architecture des lycées des trente glorieuses : lycées campus, construits en utilisant le béton et des procédés de préfabrication.

La standardisation est progressivement abandonnée au cours des années 1970, en lien avec de nouveaux besoins pédagogiques. Une diversité architecturale apparaît pour les constructions nouvelles. Elle correspond à peu près, chronologiquement, aux années de la décentralisation.

Cette typologie, simple et pratique, a le défaut d’être très « schématique ». Trop, sans doute, tant au plan national (le mouvement moderne ne se confond pas avec les trente glorieuses), qu’au plan régional. Jean-Yves Andrieux (Dictionnaire des lycées publics de Bretagne), parle du « temps des palais bretons » pour qualifier les édifices, lycées ou écoles primaires supérieures devenues lycées ultérieurement, construits pendant l’entre-deux-guerres. Philippe Bonnet (Architectures en Bretagne au 20e siècle), constatent l’influence de deux « écoles » : le régionalisme d’une part et le classicisme structurel d’autre part.

Lycées publics et privés : deux corpus différents ?

L’opération d’inventaire des lycées de Bretagne inclut l’étude des lycées privés sous contrat d’association et permettra de souligner les spécificités et les points communs aux deux corpus d’établissements.

Le corpus de l'opération est composé de :

- 116 lycées publics ;

- Dix lycées agricoles publics ;

- Quatre lycées maritimes publics ;

- 109 lycées catholiques sous contrat (toutes catégories confondues).

- Un lycée Diwan (la création d'un deuxième est envisagée).

- D’anciens lycées dont les bâtiments accueillent des collèges (par exemple : Collège La Tour d’Auvergne à Quimper) ou établissements secondaires du privé, qui n’eurent jamais le « titre » de lycée mais furent des établissements d'enseignement secondaire préparant au baccalauréat.

Chacun de ces établissements fait l’objet d’un dossier d’étude « initial ». Certains d'entre eux font l'objet d'études approfondies. Ces dossiers, construit dans le logiciel Gertrude, sont mis en ligne sur le site : patrimoine.bzh. L’application Kartenn/patrimoine, qui permet un accès aux données régionales via la géolocalisation renvoie vers les dossiers d’études.

Repérage du patrimoine mobilier, des œuvres du 1% artistique, d'éventuels lieux de mémoire

Lors des actions d'inventaire in situ seront repérées et signalés les éventuelles collections d’objets (enseignement des sciences physiques et naturelles et des arts notamment), de planches pédagogiques et livres anciens ainsi que les œuvres du 1% artistique et les éventuels lieux de mémoire.

Bibliographie sommaire

A noter, en particulier :

• Branchereau, J-P., Croix A., Guyvarch’h D, Panfili D. (Dir.), Dictionnaire des lycées publics de Bretagne, Rennes, PUR, 2012, 665 p.

• Celton, Y., Gicquel S., Le Moigne F., Tranvouez Y., Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne, Rennes, PUR, 2018, 655 p.

L’existence de :

• Monographies (ex : Lycée Jean Macé de Rennes, maîtrise d’Histoire de l’Art)

• Maîtrise d’histoire de l’Art sur le 1% (Joyault E., La décoration au titre du 1% en Bretagne, mémoire de maîtrise d’histoire de l’Art, Rennes 2, 3 tomes dactyl.)

Des publications généralistes sur la thématique, parmi lesquelles :

• Charmasson, Thérèse et Le Goff, Armelle (Dir.), Mémoires de lycées. Archives et patrimoine, Direction des Archives de France, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 2003, 199 p.

• Banat-Berger, Françoise et all, Un art d’Etat ? Commande aux artistes plasticiens 1945-1965, Rennes, PUR, 2017, 257 p.

• Prost, Antoine, « Jalons pour une histoire de la construction des lycées et collèges de 1960 à 1985 », in Caspard P., LUC J-N., Savoie P. (Dir.), Lycées, Lycéens, lycéennes, deux siècles d’histoire, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 2005, pp. 459-478.

• Le Cœur, Marc, « Un cas d’école : les lycées », Livraison d’histoire de l’architecture, n° 21, 2011, pp. 89-100.

Des ouvrages d’histoire de l’architecture parmi lesquels :

• Bonnet P ; et Le Couedic D., Architectures en Bretagne au XXe siècle, Quimper, Palantines, 2012, 395 p.

• Andrieux J-Y., L’architecture de la République, Paris, CNDP, 2009, 301 p. plus index et table des matières.