Logo ={0} - Retour à l'accueil

Magasin à poudre sous roc, Pointe des Capucins (Roscanvel)

Dossier IA29002309 inclus dans Vestibule et rade de Brest : ensemble fortifié (19e siècle) réalisé en 2006
Dénominationsabri, édifice logistique, poudrière
Aire d'étude et cantonBretagne Nord
AdresseCommune : Roscanvel
Lieu-dit : Pointe des Capucins
Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1890, daté par travaux historiques, porte la date
1891, daté par travaux historiques
Auteur(s)Personnalité : Ramcke, général allemand personnage célèbre attribution par travaux historiques
Mursmaçonnerie
béton armé
Toitpierre en couverture, terre en couverture
Plansplan rectangulaire régulier
Étagessous-sol, rez-de-chaussée
Couverturesterrasse
États conservationsdésaffecté, envahi par la végétation, mauvais état
Statut de la propriétépropriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvrevestiges de guerre, à signaler

Annexes

  • GROUPE DE BATTERIES DES CAPUCINS par Philippe Truttmann, septembre 1971.

    Magasin à poudre sous roc

    Ce magasin construit vers 1890-92 est un renforcement consécutif à la crise de l'obus torpille. Il jouait le rôle de magasin de secteur pour l'ensemble du groupe des Capucins, et ravitaillait les différents magasins de batteries.

    Cet ouvrage est construit en abri-caverne selon le schéma commun à tous les organes de ce type.

    Protection 6 à 8 mètres de roc franc.

    Chambre des poudres de 18,85 mètres par 4,82 mètres à double paroi, avec vestibule à chaque extrémité.

    - Le vestibule sud est le palier inférieur de l'escalier d'accès et dessert également l'atelier de chargement (également à double paroi).

    - Du vestibule nord part un tronçon de galerie menant à un puits vertical, autrefois équipé d'un monte-charge (disparu) et débouchant - comme l'escalier - sur la route en tranchée desservant les ouvrages (route jadis équipée d'une voie ferrée étroite).

    L'escalier et le puits débouchent à l'air libre à l'abri d'émergences en béton spécial non armé encastrées dans la paroi de la tranchée de la route (1,50 mètre de béton). L'entrée de l'escalier est en outre précédée d'un mur de clôture en maçonnerie avec porte en tôle. Dans la galerie de l'escalier, restes d'un monorail de transport des munitions.

    Une galerie d'égoût évacue les eaux des locaux souterrains vers la falaise.

    Logements de lanterne habituels dans les vestibules et atelier de chargement.

    Porte d'entrée de l'escalier en plein cintre avec encadrement harpé.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume