Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 7 rue de la Fontaine (Vannes)

Dossier IA56006827 inclus dans Faubourg Saint-Patern (Vannes) réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéescour, boutique
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonVannes
AdresseCommune : Vannes
Adresse : 7 rue de la
Fontaine
Cadastre : 1807 I1 239 ; 1844 K3 505 ; 1980 BO 78

Maison ancienne signalée dans les archives de la réformation en 1677 comme appartenant à Perrine Morice, veuve de Jean Perodo boulanger qui possède également le 5 de la même rue. La maison est datée par son adaptation à la parcelle, sa charpente sans mouluration particulière fin 15e-début 16e. Ce qui en ferait une des plus anciennes de la rue. Elle a fait l'objet d'une restauration qui lui a redonnée ses menues croisées.

Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Auteur(s)Personnalité : Morice Perrine propriétaire attribution par source

Petite maison mitoyenne bâtie en alignement de rue à plan double en profondeur sur une parcelle étroite. Maison de plan massé à pignon sur rue, construite pour la partie sur rue en pan de bois sur un soubassement en pierre sans murs latéraux. La façade s'avance sur un fort encorbellement de granit et de galandage pour le dernier niveau supporté d'un seul côté par un aisselier en bois. Croix de Saint-André en allège. La distribution des étages se fait par un escalier postérieur latéral.

Mursgranite
enduit
essentage d'ardoise
moellon
pan de bois
pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
noue
pignon couvert
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour en charpente
Typologiesen alignement de rue, plan double en profondeur, pan de bois, à pignon sur rue, encorbellement, menues croisées, croix de Saint-André

Cette maison simple et modeste fait partie d'un groupe de maisons de la deuxième moitié du 15e siècle-début 16e siècle où l'on observe aussi des maisons avec un décor abondant et une mouluration importante. De plus, grâce à un travail de restauration, la maison a retrouvé ses fenêtres sur presque toute la largeur de la façade.

Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionsecteur sauvegardé

Annexes

  • Déclaration et dénombrement, 1677

    A. D. Loire-Atlantique. B 2341 : 24 février 1677 : Déclaration et dénombrement de Perrine Morice veuve feu Jean Perodo boulanger, Pierre Perodo son fils, Marc Bondet son gendre mari et procureur de droit de Jeanne Perodo sa femme d´une maison couverte d´ardoises ouvrant par le devant vers orient sur la rue de Saint Symphorien size vis-à-vis le grand portail et principale entrée de l´église paroissiale de Saint Patern de la ville, la dite rue entre deux, avec sa cour et emplacement de jardin au derrière de celle-ci après déclaré qui donne jusqu´à la rivière qui descend du moulin de l´évêque au pont de la Garenne contenant de face la dite maison sur la dite rue Saint Symphorien 18 pieds et de profondeur au travers de la même maison jusques à la dite cour 28 pieds, la dite cour a huit pieds de long et quatre pieds de travers au bas de laquelle il y a un chemin pour le service seul de la dite maison qui conduit de la dite cour à la dite rivière large de 12 pieds et long de 132 pieds cerné de murs et au bout une porte ouvrant sur la même rivière, joignant la dite maison du bout vers midy à autre logis dépendant de la succession de Jacques Jounot peintre, de l´autre bout vers minuit à la maison cy-après déclarée en l´article suivant et par le derrière vers occident elle donne dans sa cour, icelle et chemin au bout ou emplacement de jardin joignant du côté vers minuit à autre jardin derrière l´hôtellerie du Croissant qui est dans la même rue Saint Symphorien, de l´autre côté vers midy à plusieurs petites cours dépendantes des logis de la rue Saint Nicolas et du bout vers l´occident à la susdite rivière laquelle maison, cour et autres dépendances ont esté acquises par la dite Perrine Morice à Jean Perodo son mari par contrat du dernier de Juillet 1660 rapporté par Me Charles Le Quenderff N.R., entre eux et Me Jean du Tanneur et Françoise de Pluvien vendeurs des dites choses leur échu de lestoc de Françoise Pedronnic mère de la dite de Pluvien au bas duquel contrat sont les actes de possession, insinuation et appropriement avant lequel contrat la dite Françoise Pedronnic avoit joui des dites choses par succession de ses père et mère plus de 30 ans paisiblement. Autre maison couverte d´ardoises joignant la précédente pareillement ouvrant par le devant vers orient sur la rue Saint Symphorien vis-à-vis le bas du cimetière de l´église paroissiale de Saint Patern et le grand portail et principale entrée d´icelle contenant de face sur la dite rue 14 pieds de profondeur au travers depuis la dite rue jusqu´au derrière de la dite maison 50 pieds, joignant du bout vers minuit à la susdite hôtellerie du Croissant, de l´autre bout vers midy à la maison débornée au précédent article et par le derrière vers occident aux cours et jardins du dit Croissant et de la susdite maison adjacente, laquelle maison a été acquise judiciellement en la cour et siège présidial de Vannes par contrat du 12 de Février 1656 par les dits Jean Perodo et Perrine Morice sa femme sur Perrine Le Chapelain lors veuve de Me Drouin au bas duquel contrat sont les actes d´insinuation, possession et apropriement avant laquelle vente la dite Le Chapelain avoit joui des dites choses par succession de ses père et mère pendant plus de 40 ans.

  • Sources iconographiques

    20075605799NUCA : Bibliothèque de Rennes-Métropole

    19985600422XB : Archives départementales du Morbihan, 1 FI 88/1.

    19975601177X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi.

    20015604403NUCB : Archives départementales du Morbihan, 3P 593.

    19985600193XA : Archives municipales de Vannes

    20035604070NUCB : Archives départementales du Morbihan, 5M 230.

    20065603969NUCB : Archives municipales de Vannes, 1D2 1920-1926.

    20045606413NUCB : Fonds privé

    20045606412NUCB : Fonds privé

    20045606410NUCB : Fonds privé

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Loire-Atlantique. B 2341 : 24 février 1677 : Déclaration et dénombrement de Perrine Morice veuve feu Jean Perodo boulanger, Pierre Perodo son fils, Marc Bondet son gendre mari et procureur de droit de Jeanne Perodo sa femme d´une maison couverte d´ardoises ouvrant par le devant vers orient sur la rue de Saint Symphorien size vis-à-vis le grand portail et principale entrée de l´église paroissiale de Saint Patern de la ville.

    Archives départementales de Loire-Atlantique : B 2341
  • A. D Morbihan. 17 C 5342 : 30 mai 1711 : Le 28 mai 1711, vente passée entre Guillaume Couedic et Jeanne Bondet sa femme demeurant rue de la Tannerie de cette ville faubourg et paroisse de Saint Patern d´une part et Dlle Perrine Galerne femme du Sr Vincent Perodo demeurant à Lorient d´autre part d´une moitié de maison située en la rue de la Fontaine de Saint Patern pour et en faveur de la somme de 225 £, passé chez Marquet N.R. à Vannes.

    Archives départementales du Morbihan : 17 C 5342
  • A. D. Morbihan. 17 C 5342 : février 1714 : Le 25 février 1714, vente passée entre Dlle Louise Jeanne Perrodo en privé nom, laquelle a vendu aux dits Brunet et femme deux maisons se joignant situées rue de la Fontaine vis-à-vis des pompes paroisse Saint Patern de cette ville de Vannes pour et en faveur de la somme de 1100 £.

    Archives départementales du Morbihan : 17 C 5342
Périodiques
  • DEGEZ, Albert. Le colombage vannetais. Essai de classification et de datation des maisons en pan de bois à Vannes. Vannes, Impr. Galles. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1980, tome 107.

    p. 43