Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison à pan de bois, 14 rue Colvestre (Tréguier)

Dossier IA22132858 inclus dans Rue Colvestre (Tréguier) réalisé en 2017
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonTréguier - Tréguier
AdresseCommune : Tréguier
Adresse : 14 rue
Colvestre
Cadastre : A 241

Cette maison située au numéro 14 de la rue Colvestre est vraisemblablement datable de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle. Selon les états de section du cadastre, cette demeure (parcelle n° 241) et son jardin (parcelle n° 242) appartiennent en 1835 à "Kermingant, la veuve" demeurant à Guingamp. Le bâti a été très modifié au 20e siècle : suppression de l’escalier en vis, modification de la distribution, percements...

Côté cour subsiste également un bâtiment ancien (cheminée et poutre en place) entièrement remanié à l’extérieur. L’âtre de la cheminée porte le millésime "1715". Ce bâtiment était loué comme logement jusqu’en 2009 comme le prouve une affiche sur le mur.

En raison de leur intérêt patrimonial, les façades et les toitures de cette maison ont été inscrites au titre des Monuments historiques par arrêté du 10 mars 1964 (les maisons situées aux numéros 12 et 20 de la rue Colvestre ont été protégées à la même date). Le pan de bois était alors entièrement masqué par un enduit. Le dossier de protection précise : "Faire dégarnir le n° 16 [en fait, c’est le n° 14] de sa devanture ajourée. Faire supprimer les volets et rendre visible le tour des ouvertures". A cette date, la maison appartient à Jean-Marie Blaize né en 1896, époux de Claire, Marie, Françoise Pastol et demeurant au 3 rue de la Chalotais à Tréguier. Certaines pièces de bois ont été remplacées : le pan de bois du dernier niveau et les lucarnes "capucine" semblent ainsi plus récents (années 1965-1970 ?).

Période(s)Principale : 4e quart 16e siècle, 1er quart 17e siècle, 1er quart 18e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1715, porte la date

Maison à pan de bois à deux étages et égout sur rue, sur rez-de-chaussée à pilier de pierre. Sa parcelle étroite s’étirant vers le nord comprend une petite cour et un jardin enclos.

Le plan de cette maison – à deux pièces par niveau - montre la volonté de disposer d’une importante surface habitable. Sa façade en pan de bois en encorbellement repose au rez-de-chaussée sur quatre piliers de pierre. Le mur coupe-feu ouest suit l'encorbellement des étages. Si l’escalier en vis à malheureusement disparu, il subsiste deux cheminées en granite au rez-de-chaussée.

Mursgranite moellon
schiste moellon
bois pan de bois
Toitardoise
États conservationsétat moyen, désaffecté
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Protectionsinscrit MH, 1964/03/10