Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison à pan de bois, 20 rue Colvestre (Tréguier)

Dossier IA22132860 inclus dans Rue Colvestre (Tréguier) réalisé en 2017
Destinationslogement, boutique
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Tréguier
Adresse : 20 rue Colvestre

La maison sise au numéro 20 de la rue Colvestre a vraisemblablement été construite dans la seconde moitié du 16e siècle comme le montre l’analyse stylistique de son pan de bois. Côté jardin, un linteau de fenêtre porte le millésime 1729. Une boutique a été aménagé au rez-de-chaussée. La porte actuelle semble datable du 17e siècle.

Son histoire est liée à la maison voisine dite "Maison dite du duc Jean V" situé au numéro 22. En effet, selon les états de section du cadastre, les maisons - actuellement numéro 20 et numéro 22 – le jardin et la demeure (parcelle n° 250 et 251 du cadastre) forment un unique ensemble immobilier et appartiennent au même à Firmin Cadiau demeurant à Tréguier en 1835.

Émile Le Taillandier (avocat, juge suppléant puis maire de Lannion de 1876 à 1888) est propriétaire de la maison en 1877 ainsi que de la maison voisine située au numéro 22.

En raison de leur intérêt patrimonial, les façades et toitures de cette maison ont été inscrites au titre des Monuments historiques par arrêté du 10 mars 1964 (les maisons situées aux numéros 12 et 14 de la rue Colvestre ont également été protégées à la même date). A cette époque, la maison appartient à Jeanne Bougon, veuve de Allain Le Mée, née en 1901 et demeurant à Saint-Brieuc.

En 1966, un enduit à faux appareil couvrait le pan de bois comme le montre les photographies de Martine Garczynska et Thierry Prat pour les Monuments historiques.

En 2019, les maisons situées aux numéro 20 et 22 appartient à un seul et unique propriétaire.

Période(s)Principale : 2e moitié 16e siècle
Secondaire : 2e quart 18e siècle, 19e siècle, 4e quart 20e siècle
Dates1729, porte la date

Maison à deux étages à façade sur rue partiellement en pan de bois. Son décor à balustres est légèrement en encorbellement : cinq poteaux en bois sont sculptées en forme de colonnettes de forme renflée sur deux niveaux. Ces colonnettes sont sommées d'un chapiteau corinthien.

Côté jardin, la façade arrière est entièrement enduite. Sur un linteau de fenêtre, on peut lire "IHS [monogramme du Christ] 1729 Mr [abréviation de monseigneur ?]".

A l’intérieur, certaines boiseries sont encore en place.

Mursgranite moellon
schiste
grès
bois pan de bois
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à longs pans croupe
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Protectionsinscrit MH, 1964/03/10