Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison d'armateur ou de négociant actuellement "crêperie La Krampouzerie", 7 Place du Général de Gaulle (Tréguier)

Dossier IA22132866 inclus dans Ports de Tréguier : vieux port, port de commerce et port de plaisance réalisé en 2017

Les deux maisons situées de part et d’autre de la "Grande rue" (aujourd’hui rue Renan) et sur le quai du Jaudy sont sans doute les plus connues et les plus photographiées de la ville. Elles sont nommées localement "porte de Tréguier" alors même que la ville était dépourvue de fortification. Datables du début du 17e siècle, leurs constructions – parfaitement homogènes - semblent consécutives des nombreuses destructions survenues pendant les Guerres de la Ligue.

Le parti pris dans la distribution révèle la cohabitation entre activités commerciales ou artisanales en rez-de-chaussée (et la cave à usage d’entrepôt), accessible par une porte dédiée (côté rue Renan ex "Grande rue" et côté Jaudy), et des logements aux étages accessibles de manière totalement autonome par une autre porte et un escalier en vis (ainsi qu’une originale galerie distributive en encorbellement). Leur construction associe maçonnerie de pierre de taille pour le rez-de-chaussée et la tour et, pan de bois pour les étages (le pan de bois de la maison située au nord a été remplacé par une maçonnerie de moellon).

La tour d’escalier de la maison située au sud de la rue est datée de 1610 comme le montre un millésime sur le linteau de fenêtre du deuxième étage. Portes en arc plein cintre en granite ou en bois et cheminée Renaissance ont pu également être observées. Au nord, vers la rue Renan subsistent des étals en granite. L’examen de la façade principale - tournée vers le Jaudy - révèle la présence d’un écu lisse qui suggère que le propriétaire, noble, usait de son "droit de dormition" afin de pouvoir commercer. Une ancienne carte postale (image immatriculée IVR53_20182205836NUCA) montre une imposante statue surmontée d’un croissant de lune couronnant le sommet de la maison.

Cette demeure - menacée par un alignement de façade à la fin du 19e siècle - appartenait aux demoiselles Auziat en 1906. Elle a abrité pendant un temps "le Café du Port" dont madame Le Gallou est propriétaire en 1946.

Les photographies du début du 20e siècle du port de Tréguier révèlent la présence d'un alignement de trois maisons à tour d’escalier couverte en pavillon sur les quais du Jaudy. A la manière des manoirs ruraux, ces tours étaient surmontées dès l’origine d’une pièce haute servant au maître de la maison.

En raison de son intérêt patrimonial, l’ensemble urbain du bas de la rue Renan fait l’objet d’une protection comme site en 1943 mais des deux maisons formant cet ensemble, seule la maison sud (7 Place du Général de Gaulle) a fait l’objet d’un classement au titre des Monuments historiques en 1948. Cette maison a fait l’objet d’une restauration dans les années 1950 par Raymond Cornon et Jean Sonnier, architectes en chef des Monuments historiques.

En 2014, cet édifice a fait l’objet d’une étude architecturale dans le cadre des ateliers de l'école de Chaillot montrant son intérêt historique, documentaire et esthétique, mais aussi, son mauvais état sanitaire.

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Lieu-dit : Quai du Jaudy
Adresse : 7 Place du Général de Gaulle
Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle , porte la date
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1610, porte la date

Construction en maçonnerie de moellon de granite et de schiste et, pan de bois en essence de chêne, couverture en grosse ardoise. Tour couverte en pavillon abritant un escalier en vis en bois desservant les deux étages, l'étage de comble et un second escalier desservant une pièce haute dotée à l'origine d'une cheminée. Au premier et au deuxième étage, sur le palier, une double porte (arc plein cintre en granite au premier étage, en bois au deuxième étage) permet de desservir indépendamment les deux logis (côté Jaudy et côté rue Renan ex "Grande rue") via une galerie en encorbellement sur deux niveaux.

Au rez-de-chaussée, le pignon ouest abrite une cheminée aux piédroits moulurées. Si le mur gouttereau sud accueille un grand vaisselier mural en arc plein cintre avec tablettes et évier au rez-de-chaussée, il accueille au premier et au deuxième étage des portes donnant sur une colonne de latrines. Quelques menuiseries et éléments de serrureries sont datables du 17e siècle.

Murs bois pan de bois
torchis
granite pierre de taille
maçonnerie
moellon
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés, étage de comble, sous-sol
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
noue
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis avec jour, en charpente
États conservations état moyen, mauvais état, inégal suivant les parties

En raison de son intérêt patrimonial, l’ensemble urbain du bas de la rue Renan fait l’objet d’une protection comme site le 19 avril 1943 mais des deux maisons formant la "porte de la ville", seule la maison sud (7 Place du Général de Gaulle) a fait l’objet d’un classement au titre des Monuments historiques en 1948.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables maison, pan de bois, tour, escalier
Sites de protection site inscrit
Protections classé MH, 1948/02/02
Précisions sur la protection

Maison à pans de bois : classement par arrêté du 2 février 1948.