Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison des prêtres, couvent des Filles de la Croix (Tréguier)

Dossier IA22133308 inclus dans Couvent des Filles de la Croix puis des Soeurs du Christ, rue Saint-André (Tréguier) réalisé en 2017

Fiche

Cette maison du début du 18e siècle a conservé sa distribution d'origine, son second oeuvre (huisserie, cloisons, sols, isolation) ainsi que son escalier, ses cheminées et ses latrines. Elle constitue, de fait, un témoignage intéressant sur les modes de construction de l'époque mais aussi sur l'organisation et le fonctionnement des couvents sous l'Ancien Régime.

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Adresse : rue chantrerie (de la)

Cette maison est édifiée à la fin du 17e siècle ou au début du 18e siècle dans la petite cour située au sud des bâtiments conventuels des soeurs de la Croix. Elle est décrite et identifiée comme "maison des prêtres" dans une estimation de 1792 et un inventaire de 1793 (cf. annexes). Sa destination, à l'usage des prêtres desservant le couvent, explique sa situation dans une cour séparée de celle des soeurs, son bel escalier et les boiseries des chambres qui annoncent un certain "standing". A la fin du 18e siècle, la cuisine abrite quatre lits pour les domestiques, peut-être ceux des frères serviteurs.

A l'origine, le comble et la dernière volée de l'escalier étaient éclairés à l'est par trois lucarnes (au lieu de deux aujourd'hui) et par deux autres petites lucarnes à l'ouest (disparues). Les inventaires révolutionnaires nous apprennent également que la cheminée du salon était revêtue d'une boiserie et son sol couvert de carreaux de brique tandis que les sols de la cuisine et du vestibule étaient couverts de tablettes (dalles de schiste) de Locquirec.

Période(s) Principale : limite 17e siècle 18e siècle

La maison est orientée Est-Ouest, construite en moellon de schiste et granite contre le mur de clôture du couvent. Elle possède un plan allongé simple en profondeur, à étage carré et comble. La façade Est présente une élévation ordonnancée à cinq travées avec porte encadrée de pilastres, surmontée d'un entablement. Le toit a conservé son coyau très prononcé.

A l'intérieur de l'édifice, le vestibule central dallé de granite abrite un escalier rampe sur rampe en bois, orné de balustres de plan carré. De part et d'autre du vestibule, et séparés de ce dernier par des cloisons en charpente et lattis, la cuisine au sud et la salle au nord sont chacune surmontée d'une chambres avec cheminée revêtue de boiserie et lambris d'appui. Sur le troisième palier de l'escalier, des latrines sont ménagées dans l'épaisseur du mur ouest. Les combles abritent deux espaces : l'un au nord clos et séparé de l'escalier par une cloison en planches, l'autre ouvert sous charpente. La partie close, à usage de chambre, est isolée et enduite (torchis sur lattis). Dans la partie grenier proprement dite, la charpente est apparente : les fermes sont à entrait retroussé et poinçon court autrefois contrebutés par des aisseliers. Le contreventement est assuré par la faîtière et la sous-faîtière, renforcés par des potelets et des liens obliques.

Murs granite moellon
granite moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans pignon couvert

Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en charpente
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Série 1Q Biens nationaux. Biens de première origine. Arrondissement de Lannion. 1 Q 1/33 Estimation du couvent des soeurs de la Croix (extrait). Novembre 1792.

    "En la dite avant-cour un édifice construit en maçonnerie ayant ses longères levant et couchant, qui ont chaque de long quarante sept pieds et quart, laire à deux pignons entiers quinze pieds, hauteur compensée dix neuf pieds ; pour entrée en la longère au nord une porte en taille fermante à deux battants en menuiserie donnant sur le vestibule et cage d'escalier, qui est aussi pavée en tablette et éclairée par une fenêtre carrée de taille pareille aux précédentes et d'une lucarne en charpente aussi garnie de châssis et volet en menuiserie et de vitrages ; la dite cuisine close et séparée du vestibule par une cloison de charpente et lattis, lattre pavé en tablettes, au pignon midi une cheminée complète en taille, au nord dudit vestibule une salle aussi séparée de ce dernier par une cloison de charpente et lattis et éclairée par deux fenêtres pareilles aux précédentes, lattre planchers, au pignon nord une cheminée en taille.

    Au premier étage et au-dessus de ladite cuisine est une chambre close et séparée dudit vestibule par une cloison en charpente et lattis et éclairée par deux fenêtres de taille pareilles aux précédentes, lattre planchers ; au pignon du midi une cheminée en tailles : au-dessus de la salle et au nord du vestibule est une autre chambre aussi close et séparée de ce dernier par une cloison de charpente et lattis et éclairée par deux fenêtres pareilles aux précédentes, lattre planchers ; au pignon nord une cheminée en taille.

    Au-dessus dudit lieu deux greniers, celui bout au midi franc et ouvert et éclairé par deux lucarnes en charpente garnie de chassis en menuiserie et de vitrage et celui bout au nord clos et séparé de l'escalier par une cloison en planches et éclairé par deux lucarnes en charpente l'une garnie de chassis en petits bois et vitrages et l'autre d'un volet en menuiserie ; au troisième palier un cabinet d'aisance ; le comble et charpente du tout en bois de sciage sous couverture d'ardoise.

    Au midi du dernier édifice et en appentis contre le mur de clôture de ladite cour un hangard construit d'une longère en maçonnerie ayant de long trente six pieds, laire à trois pignons dont un entier et l'autre raiz dix pieds, hauteur sept pieds et quart ledit hangard distribué en trois creches : le comble et charpente en bois de sciage sous couverture d'ardoises".

  • Série 1Q Biens nationaux. Biens de première origine. Arrondissement de Lannion. 1 Q 1/146 Renable de la cy devant communauté des soeurs de la Croix (extrait). Mars 1793

    "Commenceant par la maison des prêtres sise en la cour de Rome, donnant sur le chemin qui conduit aux buttes, la dite maison ayant sa façade du côté du levant et sa longerre vers couchant.

    La porte d'entrée du vestibule à deux ventaux garnis de six pentures avec leurs gons, un loquet en la poignée, trois targettes et une autre sous serrure, les dits ventaux avec leurs garnitures en étât, à l'imposte un chassis dormant ayant des quareaux de verre, dont douze quareaux garnis de décharges de plomb, et deux autres de félés, le tout en étât.

    Le venteau de la porte donnant sur la cuisine du vestibule garni de deux pentures, une serrure et entrée, un loquet avec sa poignée, le tout en étât de même que le venteau.

    Les deux fenêtres éclairant la dite cuisine dans la même façade côté du levant, les dites fenêtres ayant leurs chassis a petit bois sous vitrages et avec volets, les dits chassis et volets garnis de leurs fiches, targettes et loquets, le tout en bon étât ; aux impostes des dites fenêtres des chassis avec leurs quareaux de verre et des petits volets, les chassis des impostes et volets garnis de deux fiches, loquets et targette en étât ; au chassis a verre deux quareaux de rompus et le surplus en étât, au carelage de la dite cuisine en tablette de loquirette (Locquirec), trois tablettes manquants et dix de rompus.

    La cheminée ayant ses jambages, corbelets, ... et manteau en pierre de taille en bon étât, l'attre de la cheminée faite avec deux mauvaises petites pierres.

    Passant dans le salon à droit du vestibule, le venteau de la porte garni de deux pentures, un loquet et poignée, une targette et une entrée sous serrure, le tout en étât ; les deux fenêtres dans la même façade éclairant le dit salon ayant leurs chassis à verre et petit bois, avec leurs volets hauts et bas, les dits chassis et volets garnis de leurs fiches, loquets et targettes en étât, au chassis vingt quareaux de verre manquants et trois de rompus.

    La cheminée en taille revêtue d'une boiserie simple à six pieds de hauteur, le tout en bon étât. Le carelage en careaux de brique à l'exception d'un rang de tablettes de loquirette (Locquirec) joignant la longerre vers couchant, le huitiême des careaux de brique de rompus, et les tablettes en étât ; les enduis et grisages tant du salon que de la cuisine dégradés en plusieurs endroits.

    L'escalier entre la cuisine et le salon est composé de quatre vôlets droit, les marches et contre marches, limons et faux limons, les balustres, chatourné avec leurs rampes et ..., les paliers, le tout en bon étât ; le carelage en pierre de loquirette, les enduits et grisages dégradés en plusieurs endroits.

    Montant au premier étage, la fenêtre éclairant la seconde et troisiême volées de l'escalier, à son chassis à verre en petit bois et ses volets en étât, le dit chassis et vôlet garnis de leurs fiches, targettes et loquets en bon étât, un careau de verre de rompu audit châssis, et le surplus en étât.

    Le venteau de la porte de la chambre au dessus de la cuisine du premier étage garnis de deux pentures dessus, une serrure et entrée, un loquet et sa poignée, le tout en étât.

    Les deux fenêtres éclairant la dite chambre, ayant leur chassis à verre à petit bois et vôlets, les dits chassis à verre avec leurs volets garnis de leurs fiches, targettes et lôquets, le tout en étât, la cheminée en taille révetüe d'une boiserie simple à environ cinq pieds de hauteur, le tout en étât. Le plancher de la dite chambre en étât, les enduis et grisages dégradés en plusieurs endroits.

    Passant à la chambre au dessus du salon, le venteau de la porte de la dite chambre est garni de deux pentures et gons, une serrure et entrée, un loquet et poignée, le tout en étât.

    Les deux fenêtres éclairant la dite chambre ont leurs chassis à verre en petit bois et leurs vôlets, les dits chassis et vôlets garnis de leurs fiches, targettes et loquets ainsi que les quareaux de verre.

    En ce qu'il est six heures relevée, nous nous sommes retiré et renvoyé la continuation a demain sous notre signe Joseph Maufray.

    A venu ce jour onze avril dix sept cent quatre vingt treize, huit heures du matin, sur les dits lieux en ayant trouvé le dit Legoff avons contradutoire avec lui coutumé.

    La cheminée ... révetüe d'une boiserie unie, environ cinq pieds de hauteur, le tout en étât,

    Le plancher de la dite chambre en bon étât.

    Les enduits et grisages dégradés en plusieurs endroits.

    Passant au grenier de la dite maison, celui à droit de l'escalier bout au midi, le dit grenier se trouve sous cloison et celui à gauche dudit grenier fermé par une cloison contenant un venteau de porte, le dit venteau garni de deux pentures et gons, la dite cloison, venteau de la porte et garnitures en étât.

    Les trois lucarnes dans le pan de la couverture en ardoise du côté du levant, deux éclairant les greniers, et la troisiême, la dernière volée de l'escalier, les dittes lucarnes ayant leur chassis à verre à petit bois et à ... et arrettes par crochets de fer pour toutes garnitures ; aux dits chassis, six careaux de verre de rompus et un manquant ; dans le pan de la dite couverture côté du couchant, deux petites lucarnes garnies de leurs volets et grillages de bois, les dits volets garnis seulement de leur pentures et gons en étât.

    Le plancher des dits greniers en étât. La couverture en ardoise avec les lucarnes en étât à l'exception de trois journées d'ouvrier estimé quatre livres dix sols".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Série 1 Q 1/33. Biens nationaux de première origine. Arrondissement de Lannion

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1 Q 1/33
  • 1 Q 146. Biens nationaux de première origine. Renable de la communauté des soeurs des soeurs de La Croix de Tréguier

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1 Q 146
Documents figurés
  • Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 362/1-4
(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Tanguy-Schröer Judith
Judith Tanguy-Schröer , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.