Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison dite de la Commanderie, 2 rue de la Commanderie (Vildé-Guingalan)

Dossier IA22133331 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Ce bâtiment, appelé communément "Commanderie" par les vildéens, est situé à l'entrée occidentale du bourg, soit en face du lavoir et de l'ancien pont à péage et à proximité du presbytère. Le bâtiment principal et la dépendance située à droite de la parcelle sont présents sur le cadastre de 1835. Le pilier droit du portail d'accès porte l'inscription "Jean et Thérèse Renau(x)". Le pilier gauche est gravé de la date de 1831.

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude - Plélan-le-Petit
Adresse Commune : Vildé-Guingalan
Adresse : 2 rue de la Commanderie
Cadastre :

La commune de Vildé-Guingalan est citée dans une charte du Duc de Bretagne datant de 1182. Celle-ci énumère les bien templiers de la commune. Elle faisait état de la présence d’une commanderie, ainsi que d’une chapelle. Malheureusement, cette charte s'est avérée être un faux, rédigé plus tardivement. L'hypothèse la plus probable serait que cette charte ait été écrite par l'Ordre des Hospitaliers qui, pour asseoir sa position dans le contexte de la dévolution des biens du Temple, aurait fabriqué ce document au début du XIVe siècle. Elle rendrait alors compte du patrimoine de l'Ordre des Hospitaliers. Il n’est donc pas possible de déduire de cette charte un établissement Templiers à Vildé-Guingalan.

Il est important de noter que le terme "commanderie" est un terme hospitalier. Il ne correspond pas forcément à un bâtiment, mais il peut désigner une terre ou une petite ferme qui dépend de la juridiction d'une commanderie, dans le cas présent, de la commanderie de La Guerche et Lanouée. Ce qui signifie que le lieu-dit de la commanderie de Vildé-Guingalan semble désigner plutôt une ancienne possession foncière des hospitaliers qu'un ancien bâtiment Templier, dont la trace matérielle et archivistique n'existe pas, ou plus.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle , porte la date
Principale : 2e moitié 19e siècle

L’édifice actuel ne correspond plus à ce que pouvaient être les éventuels édifices antérieurs. La maison dite de la Commanderie est en réalité constituée d’un ensemble de bâtiments datant majoritairement du XIXe siècle, situés sur une parcelle qui semble avoir appartenu au foncier de l’Ordre des Hospitaliers. Le logis principal comporte trois travées décentrées en façade principale, surmontées d'une lucarne capucine, composée d'un linteau à arc segmentaire sculpté en chapeau de gendarme. Ces ouvertures ne sont pas d’origine, elles ont été remaniées au XIXe. Ces nouveaux percements alignés et axés de part et d'autre de la porte d’entrée de façon à équilibrer la façade, sont représentatifs de l'architecture en Vallée de la Rance au XIXe siècle, ainsi que de l'habitat présent sur la commune de Vildé-Guingalan.

Le bâtiment principal se prolonge au nord-ouest par une construction qui ne figure pas sur le cadastre de 1835. Une ancienne grange est accolée à droite du bâtiment principal. Deux autres dépendances se trouvent également sur la parcelle : à l'est, un bâtiment de taille importante qui se compose d'un ancien logis, aux ouvertures à arc segmentaire, ainsi que d'une étable, dont la porte est surmontée d'une gerbière. Ce bâtiment semble plus ancien que l'habitation principale, par ses murs pignons qui possèdent des rampants découverts et agrémentés de crossettes simples. Il a été réhabilité en habitation et correspond aujourd'hui au n°2 de la rue de la Commanderie. L’existence de ce logis mixte, abandonné pour un logis indépendant plus confortable, témoigne du développement des pensées hygiénistes qui prônent la séparation des pièces de vie et des pièces réservées à l’activité agricole. À l'ouest de la parcelle du n°3, nous trouvons une dépendance remaniée, qui comporte une remise sur piliers et d'anciennes soues à cochons.

Cet édifice est un marqueur dans le paysage du bourg de Vildé-Guingalan. Au-delà de son appartenance à l'histoire communale, la "Commanderie" témoigne d’une nouvelle organisation de l’espace et de l'évolution des façades.

Murs granite pierre de taille
granite moellon
Toit ardoise
Typologies maison
États conservations bon état

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P388 001
Bibliographie
  • GAUTTIER Jean, REVERT Jean-François, La Rance maritime, coll. Habitat et Paysages d'Ille-et-Vilaine, Ed. Apogée, Rennes, 1994, 79 p.

  • Philippe Josserand, « Les Templiers en Bretagne au Moyen Âge : mythes et réalités », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-4 | 2012, 7-33.

  • CAVAN Christine, Vildé-Guingalan au Fil du Temps, 2016, 56 p. [PDF en ligne]

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Université de Rennes 2 - Théo Rousseau - Bourgault Marine