Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Le Floc'h (Archipel des Glénan)

Dossier IA29010133 réalisé en 2014

Fiche

Destinations cabane
Dénominations cabane
Aire d'étude et canton Bretagne Sud - Fouesnant
Adresse Commune : Fouesnant
Lieu-dit : Ile de Penfret, Archipel des Glénan
Cadastre : Parcelles 12 du plan cadastral

La maison Le Floc'h aurait été construite au début du XXe siècle. La famille Le Floc'h et leurs amis venaient y séjourner.

En 1949, les membres du Centre de formation internationale, futur centre nautique des Glénans, sont invités à quitter l’Ile du Loch sur laquelle ils campaient et s’initiaient à la navigation depuis 1947.

Philippe Viannay s’intéresse alors à l’île de Penfret : à l’exception des terrains de la Marine (site du Sémaphore) et des Ponts et Chaussées (site du phare et de la maison des gardiens de phare), la plus grande partie de l’île appartient à messieurs Perrussel et Cossec. Ces derniers renoncent à un projet de développement d’une station climatique sur l’archipel et autorisent l’installation des membres du club sur Penfret.

En 1950, Philippe Viannay se porte acquéreur de Penfret, et confirme sa volonté en achetant à monsieur Le Floc'h, le 18 janvier 1951, « une petite maison en parpaings avec un peu de terrain autour ».

Désignation du bien : « Un terrain d’une contenance de mille deux cents mètres carrés, situé sur la côte est de l’Ile « Penfret » donnant sur la plage de Pors-March, et cadastré en la commune de Fouesnant sous le numéro 12p de la section R, y compris la construction en brique couverte de tôles ondulées qui s’y trouve ».

La copie de l'acte de vente de la parcelle de terrain 12 p avec maison d’André Le Floc'h à Philippe Viannay, le 18 janvier 1951, est conservée aux Archives des Glénans à Paris.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle

La maison appelée aussi cabane ou baraque Le Floc'h est située près de l’éolienne et des panneaux solaires, sur la côte est de l'île de Penfret. De plan rectangulaire, la maison est constituée de deux murs : un mur postérieur, en parpaings, sur une hauteur d’un mètre environ, en planches dans sa partie supérieure et un mur latéral gauche, en planches et d'une charpente en bois, soutenant une bâche en plastique pendant la saison. La maison est sommairement aménagée avec des tables et bancs, faits de planches. Des décorations (peintures, inscription de poèmes, sculpture sur bois) témoignent de l’appropriation du lieu. Un terrain de pétanque est aménagé à l’avant.

Mesures l : m
la :
h : m

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • Philippe Viannay, Du bon usage de la France.

    Résistance, journalisme, Glénans. Paris, Ramsay, 1988.