Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison noble de Kergoz (Le Vieux-Marché)

Dossier IA22017003 réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéescommuns, puits, dépendance
Dénominationsmaison, manoir
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
AdresseCommune : Vieux-Marché (Le)
Lieu-dit : Kergoz
Cadastre : D 1184

Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence et exploitation agricole, est situé à 2100 mètres au sud du bourg de Le Vieux-Marché et à 144 mètres d´altitude. L'édifice se trouve à proximité immédiate d'une source et non loin d'un petit affluent du Saint-Ethurien. Il est situé dans la campagne, à 500 mètres à l'est du manoir de Guernaham ; on y accède uniquement par l'ouest-nord-ouest. Le toponyme "Kcoz" (Kercoz) est mentionné sur le cadastre de 1835 ; l'étymologie évoque un lieu anciennement habité. Il est aujourd'hui orthographié "Kergoz".

L'édifice actuel a été construit 1671 (daté par millésime) et porte le nom de ces commanditaires : "M: H: N: / F: LEM: / F: P: A: LE MORVAN". Les "boules de noblesse" surmontant la souche de la cheminée occidentale attestent que ses propriétaires étaient exemptés d'impôts. Grâce au monogramme du Christ surmontant l'entrée : "IHS" surmonté d'une croix et à l'inscription "Maria", il est placé sous la protection de "Jésus, Sauveur des Hommes" et de Marie.

Les dépendances du 19e siècle : étable et grange / soues à cochon, figurent déjà sur le cadastre de 1835.

Cet édifice remarquable a été signalé par Henri Frotier de La Messelière qui en fait des dessins en 1929. Un relevé au sol a été réalisé en 1949 par la Conservation Régionale des Monuments historiques et la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine à Charenton-le-Pont conserve un dossier de 1952 sur cet édifice.

Inscrite au titre des Monuments Historiques en 2003, la maison noble de Kergoz a été restaurée par ses propriétaires.

Période(s)Principale : 3e quart 17e siècle
Dates1671, porte la date

Ce logis construit en pierre de taille et en moellon de granite affecte un plan en T renversé dont la façade principale est orientée vers le sud-sud-est. Le corps de logis rectangulaire est flanqué à l'arrière d'une tour couverte en pavillon accueillant un escalier rampe sur rampe et une pièce : la souillarde en rez-de-chaussée (dont l'auge est alimentée par le puits via un orifice de remplissage) et à l'étage, une garde-robe avec des latrines. Le saloir mural est surmonté de deux jours donnant hors de la cour vers le nord. A l'angle nord-ouest, on distingue l'accroche de l'ancien portail d'entrée tandis que l'angle sud-ouest est à pan coupé afin de permettre un passage facile aux charrois.

Le logis comporte des éléments stylistiques Renaissance : porte d'entrée ornée entourée de pilastres et surmontée d'un fronton curviligne, frontons des lucarnes ornés des figures des propriétaires, souches de cheminées moulurées ou encore oculi typiques de l'époque dans le Trégor. Volume, couverture à pignons et rampants découverts, mise en œuvre en pierre de taille, distribution et dispositions intérieures ne sont cependant pas courantes dans les maisons rurales et s'inspirent des manoirs.

Mursgranite pierre de taille
granite moellon
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
États conservationsrestauré, bon état

Les trois lettres "IHS" ou "JHS" dit "monogramme du Christ" sont l´acronyme de l´expression "iesus hominum salvator" qui signifie littéralement : "Jésus, Sauveur des Hommes" ou encore de la formule "iesum habemus socium" : "Nous avons Jésus pour compagnon". En breton, on peut trouver l´expression "jezuz hor salver", "Jésus, Notre Sauveur". La lettre "H" peut être surmontée d´une croix qui renforce le caractère sacré de l´inscription. Très souvent dans le Trégor, le monogramme du Christ est gravé sur une pierre du chaînage d´angle.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Protectionsinscrit MH, 2003/06/20
Précisions sur la protection

La maison et les communs situés au sud-est de la cour, en totalité, ainsi que le puits placé contre le mur ouest du pavillon postérieur (cad. D 1184) : inscription par arrêté du 20 juin 2003.

Annexes

  • Notice des Monuments Historiques extraite de la base Mérimée (PA22000016 ; 2003)

    "Demeure rurale datée de 1671, représentative d'une architecture rustique bretonne dans laquelle cohabitent des notions d'architecture classique et des archaïsmes médiévaux (fenêtres à appui mouluré, escalier...). L'édifice est constitué d'un corps de logis rectangulaire entre deux pignons agrémentés de chevronnières et de souches de cheminées, et d'un pavillon à l'arrière comprenant un escalier rampe sur rampe. De nombreuses dispositions de la vie quotidienne subsistent à l'intérieur : saloir, évier, auge, niches, vaisselier...".

  • Iconographie

    20112205442NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, F3.

    20112205443NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, F3.

    19802201318ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor.

    19802201092ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor.

    19802201094ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor.

    19802201093ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor.

    19802201319ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor.

Liens web

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Fauchille Gwénaël - Lécuillier Guillaume