Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison prébendale, 1 place du Martray (Tréguier)

Dossier IA22133356 inclus dans Place du martray (Tréguier) réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéescour
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor
AdresseCommune : Tréguier
Adresse : 1 place du Martray

Cette grande maison située à proximité immédiate de la cathédrale est une ancienne maison de chanoines dite maison prébendale, la prébende étant le bénéfice ecclésiastique attaché à la charge de chanoine. Elle est édifiée à la fin du 15e siècle ou au début du 16e siècle, à l'angle de la place du martray et de la grand rue (actuelle rue Renan). Le rez-de-chaussée est divisé en deux parties, l'une dévolue au commerce, l'autre à l'habitation comme en témoigne encore le cadastre ancien. A la fin du 16e siècle, l'escalier en vis placé dans l'angle sud-ouest, éclairé par deux jours superposés, est remplacé par un escalier rampe sur rampe construit à l'extérieur du bâtiment, dans la cour. Sur la façade ouest, deux baies du rez-de-chaussée sont agrandies au 20e siècle dont une transformée en porte.

Un logis secondaire à pan de bois est construit au fond de la cour probablement dans la seconde moitié du 17e siècle, accessible depuis la maison prébendale.

Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle, 4e quart 16e siècle

Maison d'angle de plan allongé à deux étages et deux pièces par niveau chacune dotée d'une cheminée, l'une sur pignon, l'autre sur gouttereau. Ces pièces étaient séparées à l'origine par une cloison de bois. La façade sur la place est construite en moellon de granite et de schiste tandis que le large pignon sur rue est à pan de bois. Il présente deux légers encorbellements portés par une partie des solives des plafonds que soutiennent au rez-de-chaussée des poteaux et des aisseliers. Ces derniers reposent sur un mur bahut formant l'étal de la boutique. Aux étages du pignon, les petites fenêtres sont disposées en continue, avec croix de saint André sous l'allège et au-dessus, une autre série de croix de saint André dans la partie inférieure desquelles étaient ouvertes les petites fenêtres d'origine, selon une composition horizontale influencée par l'atelier de Guingamp. Une grande fenêtre est percée tardivement dans le pan de bois entre les petites fenêtres bouchées du premier étage.

La cloison du rez-de-chaussée, aujourd'hui disparue, formait séparation entre un espace dédié au commerce et un espace privé à usage domestique. Cette partition explique l'existence des deux accès, l'un à l'ouest pour la partie privative, l'autre dans le pignon nord pour la partie commerciale à usage de boutique ou d'auberge. L'ensemble est édifié sur un niveau de sous-sol voûté en berceau brisé à usage de cave. Le comble abrite un espace de stockage sous charpente stabilisé par un système de contreventement à croix de saint André.

Mursgranite moellon
schiste moellon
bois pan de bois
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble, sous-sol
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
noue
toit en pavillon
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour en maçonnerie
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 362/1-4
Bibliographie
  • LELOUP, Daniel. La maison urbaine en Trégor aux 15e et 16e siècles. Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection "Art et Société", 1996, 226 p.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Tanguy-Schröer Judith
Judith Tanguy-Schröer , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.