Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, Cacé (Saint-Gilles)

Dossier IA00007871 réalisé en 1972

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées chapelle, édifice agricole, communs
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Rennes Métropole - Mordelles
Adresse Commune : Saint-Gilles
Lieu-dit : Cacé
Cadastre : 1829 Section C 2e F. 445-455

Du manoir du 15e siècle subsiste une fenêtre de la chapelle ; ancien manoir 2e moitié 16e siècle devenu logis du fermier ; manoir reconstruit 1ère moitié 17e siècle ; chapelle restaurée en 1771, daté par source ; logis partiellement reconstruit en 1962 après incendie.

(Jean-Yves Desdoigts, Pré-inventaire de Saint-Gilles, 1975)

Il est permis de penser que le manoir du 15e siècle est toujours en place et qu'il n'a pas été reconstruit au 17e siècle mais plutôt réaménagé (ajout des lucarnes en tuffeau et agrandissement de certaines ouvertures).

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 2e moitié 16e siècle
Secondaire : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1771, daté par source

"Le manoir est situé dans un parc auquel on accède par une rubine moderne (pins maritimes). L'ensemble des bâtiments forme un quadrilatère ouvert au Nord; au Sud; le logis, à l'Ouest, les communs; à l'Est, la chapelle et [...] maison du fermier.

Le logis : c'est un bâtiment très allongé, à un étage ; la partie Ouest et l'aile en retour au Sud-Ouest ont été incendiées et reconstruites, la partie Est conserve sa façade avec deux portes en arc brisé et des lucarnes en tuffeau caractéristiques du XVIIème siècle. Le mur est couronnée d'une corniche à modillons séparés par des accolades. Le salon du rez-de-chaussée conserve une belle cheminée en granite décoré de rinceaux sculptées et des lambris du XVIIIème siècle, lambris également dans une chambre de l'étage.

La chapelle : restaurée en 1771, elle conserve au chevet, une fenêtre à remplage triolobé (XVème) et un entrait à engoulants.

Le logis (actuellement du fermier) : tour d'escalier en vis, sur l'angle. Belle cheminée de pierre à l'étage."

(Jean-Yves Desdoigts, Pré-inventaire de Saint-Gilles, 1975)

Le manoir n'a pas pu être visité pendant l'inventaire topographique de 2018. Cependant, l'étude des photographies prises lors du pré-inventaire en 1972 permet de penser que le logis primitif serait le grand logis dont la façade principale est exposée au nord. La cheminée intérieure date certainement de la fin du 15e siècle ou du début du 16e siècle. De plus, les niveaux décalés du logis (visibles à l'extérieur par les ouvertures en façade) font penser aux dispositifs des manoirs de cette époque : le logis seigneurial à salle basse sous charpente (voir illustration). Cacé présente de nombreuses similitudes avec le manoir de La Porte à Saint-Gilles, un ancien logis seigneurial également du 15e siècle et dont la façade principale est orientée au nord, faisant face à aux talus, toujours en place, de la motte castrale. Il n'y a pas de motte castrale attestée par sources écrites à Cacé, cependant la forme circulaire à quelques mètres au nord du logis principal, plantée d'arbres, peut y faire penser.

La grande baie devait être la grande fenêtre d’apparat de la salle basse où se situe la grande cheminée. C'est la grande salle de réception où s'exerce le pouvoir du seigneur. Elle était sûrement surmontée d'une charpente apparente sculptée (peut-être toujours en place aujourd'hui). La porte en arc brisé de droite devait être l'entrée de la grande salle. L'ouverture au-dessus devait être un jour qui a été agrandi. La porte en arc brisé de gauche devait être l'entrée de la cuisine. La fenêtre au-dessus était certainement la fenêtre d'une des chambres seigneuriales.

L'autre logis possède un étage et une tour circulaire pour l’escalier en vis qui desservait le niveau supérieur et peut-être une chambre haute, au-dessus de l'escalier. La pièce du rez-de-chaussée est la cuisine et la petite salle. La salle à l'étage est la salle haute. C'est là que le seigneur reçoit et dort. Ce type de logis à un niveau apparaît à la fin du 15e siècle et est appelé "à la française". En effet, les princes et souverains sont les premiers à construire des logis seigneuriaux entièrement plafonnés pour gagner de la place et du confort, puisque les pièces sont moins hautes et donc plus facile à chauffer. Ce type de logis va supplanter les logis à salle basse qui était le seul type de logis seigneurial présent en Bretagne.

Murs granite pierre de taille enduit
pierre moellon enduit
Toit ardoise
Plans plan régulier
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
toit conique
croupe
noue
pignon couvert
Typologies faux mâchicoulis
États conservations restauré
Techniques sculpture
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Jean-Yves Eveillard,“Histoire de Saint-Gilles”, article paru dans le Bulletin municipal de Saint-Gilles.

Références documentaires

Bibliographie
  • Le manoir en Bretagne, 1380-1600. Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Paris : Imprimerie Nationale, 1993. (Cahiers de l'Inventaire ; 28).

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Université de Rennes 2 ; (c) Rennes Métropole (c) Rennes Métropole - Ducouret Jean-Pierre - Passini-Ouddane Andréa - Nicol Murielle