Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir de Coat Roué (Plouaret)

Dossier IA22017132 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiées cour, dépendance, puits
Dénominations manoir, dépendance
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
Adresse Commune : Plouaret
Lieu-dit : Coat Roué

Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole, est situé à 3900 mètres au nord du bourg de Plouaret et à 113 mètres d´altitude. Il se trouve à 300 mètres au nord-est d´une source et d´un petit affluent du ruisseau de Kerlouzouen. Le manoir est isolé dans la campagne ; on y accède uniquement par le chemin "de Poulguilquin à la croix des trois Recteurs" puis par un autre chemin courant vers l´est (Poulguilquin s´appelle aujourd'hui "Traou an Alé" et la croix des trois Recteurs était située à l´est de Kerveyen). Le toponyme est "Convenant Brian" sur le cadastre de 1835. On trouve aussi mentionné dans les archives seigneuriales le "manoir de Coatrouez" ou "Coatrouëz". Aujourd´hui le lieu-dit s´appelle : "Coat Roué".

Entre le manoir de Coat Roué et le manoir de Kerverziou, distants de 400 mètres, se dresse une motte féodale du Moyen Age (11-12e siècles), nommée "Coat Boue" sur le cadastre ancien et accompagnée de 7 bâtiments aujourd'hui disparus... Cette motte, parfaitement représentée sur le cadastre de 1835, est connue depuis le 18e siècle et appelée "Coat Roué" que l´on peut traduire par "le bois du roi", ou le "bois des Roué". En breton, "Koad" ou "ar C'hoad" signifie le bois ; "ar Roue", le roi. Il peut s´agir également d´un patronyme. Les archives de la seigneurie de Vieux-Marché (E 3075) précisent : " - dans la frairie de Coatrouez, le manoir, le moulin et la métairie nobles de Kermellec, le manoir de Coatrouez (Coatrouëz) ; - dans la frairie de Keranbescond, le manoir de Kerversiou". Le manoir de Kermelec (de Kermellec, ramage de Keranraiz) est situé à 750 mètres au sud-ouest.

Le volume, les éléments stylistiques et la mise en œuvre soignée en pierre de taille de granite permettent de dater l´édifice de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle. La façade sud du corps de logis, dessinée en 1935 par Henri Frotier de la Messelière, est restée inchangée depuis. La complexité de ce bâtiment vient d´une part du fait que le pignon ouest a été modifié, d´autre part qu´il est à double orientation. En effet si le pignon est est d´origine (pierres d´attente jusqu´au niveau de l´étage ; latrines en encorbellement à l´étage carré ; pierres de taille en chaînage d´angle ; rampants et mise en œuvre...), le pignon ouest trahit un remontage au 20e siècle (post 1935) et les souches de cheminées ont également été changées. En l´état, l´édifice dispose de trois accès : en façade antérieure, c'est-à-dire orientée au sud, une porte en plein cintre moulurée en cavet ; en façade postérieure, deux portes en plein cintre, dont l´une (la plus à l´est) est murée. Les fenêtres sont rectangulaires, à piédroits moulurés en cavet et à traverse ; les baies de l´étage disposent chacune d´un appui saillant. En façade antérieure, au rez-de-chaussée, la fenêtre centrale dispose d´un linteau orné d´une accolade qui dénote par rapport au autres ; cette baie a peut-être été modifiée.

A l´intérieur de l´édifice, deux cheminées ont pu être observées : dans la salle basse, une cheminée monumentale engagée dans le mur de refend ; à l´étage carré, dans ce qui était une chambre haute, une cheminée de taille plus modeste mais ornée et engagée dans le pignon est. Placard mural, saloir et pierre à saler sont disposé dans l´angle sud-est. On peut également noter que charpente (à égout retroussé à l´origine) et poutraison ont été changées.

La construction du puits à margelle est contemporaine de celle du manoir.

Le bâtiment situé dans la cour au sud du manoir et orienté est, est à usage d´étable (à vaches, à chevaux). Il est datable de la seconde moitié du 19e siècle et a été agrandi par le sud et doté de trois boulins. Les deux autres dépendances à usage d´étable (il s'agit d'une logis) et de remise sont datables du 19e siècle mais réutilisent des éléments anciens.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Annexes

  • Iconographie

    20122205727NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, A1.

    20122205728NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, A1.

    20122205729NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, A1.

    20122205730NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, A1.

    19802201313ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor