Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir De Kergaire (Erdeven)

Dossier IA56001316 inclus dans Écart dit village de Kergaire (Erdeven) réalisé en 1976

Fiche

  • Vue générale en 1979
    Vue générale en 1979
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • enclos
    • cour
    • portail
    • colombier
    • ferme
    • grange
    • cellier
Parties constituantes non étudiées enclos, cour, portail, colombier, ferme, grange, cellier
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Belz
Adresse Commune : Erdeven
Lieu-dit : Kergaire
Cadastre : 2001 ZE 20, 69-71

Manoir d'origine du 15e siècle. Aucune documentation trouvée lors de l'enquête. La partie ouest est reprise au 18e siècle puis au 19e siècle. Dates portées 1790 sur la porte de la grange cellier (ZE 20) et 1798 sur la porte charretière dépendance de la ferme (métairie noble) fermant l'enclos au sud-est. Réaménagement des planchers et ouvertures en 2000-2004. Le colombier représenté sur le plan cadastral de 1811 n'existe plus en 1845. Porche d'entrée démoli vers 1970.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : limite 20e siècle 21e siècle
Dates 1790, porte la date
1798, porte la date

Edifice occupant l'espace au nord d'une cour avec façade principale au sud. De plan rectangulaire allongé, le logis présente un refend montant sur toute la hauteur. A chaque niveau il divise l'espace en deux pièces de surface inégale communiquant ensemble par une porte percée côté sud du refend. L'élévation est à un étage carré et comble en léger surcroît. La toiture est à longs pans à pignons découverts. La position de l'escalier n'est pas reconnue et pose le problème de la distribution d'origine. Au rez-de-chaussée la salle, éclairée au sud par une fenêtre à coussièges, est chauffée par une grande cheminée aménagée dans le pignon est. Sa hotte est soutenue par des consoles à chanfreins en quart de rond, reposant sur des piédroits à larges chanfreins dont la partie supérieure est sculptée d'un prisme à bagues. La porte à droite de la cheminée est un percement réalisé à la hâte ; il communiquait avec une construction (en appentis ?), adossée au pignon et visible sur le cadastre de 1811. Dans le mur nord existe un petit placard mural. Les poutres (en partie déplacées) reposent sur des sablières soutenues par des consoles de pierre. La cuisine à l'ouest possédait une cheminée (bouchée) en partie encastrée dans le mur de refend avec placard mural à tablette, également encastré. Toutes les ouvertures ont été remaniées au début du 19e siècle. A l'étage la chambre (principale) se trouve au-dessus de la salle. Elle est éclairée au sud par une large fenêtre à coussièges et au nord par une autre plus étroite qui conserve sa traverse. La cheminée est à fins piedroits de section anguleuse. De chaque côté de la hotte, des consoles sculptées servant d'étagères sont partiellement conservées. La seconde pièce (chambre ?) est chauffée par une cheminée encastrée dans le pignon ouest. Toutes les ouvertures ont été remaniées au début du 19e siècle. Les combles à surcroît ne sont pas chauffés. Ils sont éclairés par une unique petite fenêtre en pignon est, qui conserve un volet intérieur ancien. La charpente à entraits retroussés est plus ancienne dans sa partie orientale. Les pannes en partie basse ont été surélevées, modifiant la pente du toit qui devait présenter un léger coyau. Les fenêtres d'origine de la façade sud (d'après photographies de 1979) et celle subsistant en façade nord étaient protégées par des grilles de défense, disparues. L'appentis postérieur de la fin du 19e siècle, conserve ses ouvertures et sa cheminée d'origine, à l'exception du portail est, aménagé vers 1900. Il subsiste au nord et à l'ouest de la parcelle ZE 69, une partie du mur d'enclos d'un ancien jardin. La ferme qui fermait la cour à l'est, est transformée en étable dans les années 1950. Sa façade principale était en partie orientée à l'est. Il en subsiste les vestiges d'un escalier extérieur et, en alignement, le mur d'une loge à charrette dont le linteau porte la date 1798. Dans le mur ouest de la ferme subsiste une porte à linteau cintré surbaissé orné d'un tore, qui ouvre sur la cour du manoir. La grange-cellier, au sud-est (ZE 20) est remaniée côté ouest. Le cellier-grange qui dépendait de la ferme est situé au sud, à proximité et à l'extérieur des vestiges du portail du manoir. Porte et porte haute se superposent en pignon nord. Elles sont à linteau cintré orné d'un mince chanfrein avec date portée de 1790. Mur ouest éventré en 2004, dans le cadre d'un projet d'extension.

Murs granite
moellon
Toit ardoise, ciment amiante en couverture
Plans plan allongé
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Typologies logis de plan rectangulaire à deux pièces par niveau, étage carré sous grenier
États conservations état moyen

Remanié après inventaire 1975-1976. Restaurations récentes du logis ont fait disparaître les planchers anciens et modifié la taille et la forme des ouvertures.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20045603154NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 45.

    20045603178NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 369.

    20045603179NUC : , 88/8-1979.

    20045603180NUC : , 88/10-1979.

    20045603181NUC : , 57/21-1975.