Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir de Kernabat (Tréguier)

Dossier IA22133296 réalisé en 2017
Destinationsferme, maison
Dénominationsmanoir, dépendance
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Tréguier
Lieu-dit : Kernabat
Cadastre : 2015 AE 150

Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole est situé entre la ville de Tréguier (850 mètres) et le bourg de Minihy-Tréguier (600 mètres). Une partie des archives de la seigneurie de Kernabat est conservée aux Archives départementales des Côtes-d’Armor sous la cote 2 G 250.

La réformation de la paroisse de Ploulantréguier de septembre 1437 mentionne : "Jehan Lohogat, métayer à Jehan David en son manoir de Kernabat" (selon Patrick Pichouron dans "Manoirs et propriétaires aux 15e et 16e siècles dans le régaire de Tréguier et la seigneurie de Botloy-Lezardre (Dans les limites actuelles des cantons de Lézardrieux et Tréguier), 1994, p. 17.).

Un dénommé "Geffroy Le Lagadec, sieur de Kernabat" disposant de 200 livres de revenu a comparu en archer porteur d’une brigandine à la montre de Tréguier ("Ploelantreguier") de 1481. En 1503, il comparait avec deux archers "bien montés et armés de brigandines".. La seigneurie a ensuite appartenu aux familles du Cosquer (François du Cozkaer en 1677) et Morinière.

Le toponyme "K[er]nabat", est mentionné sur le cadastre de 1834 de Tréguier. En breton, Kernabat signifie le "lieu habité par l’abbé". L’institut géographique national (IGN) a également retenu "Kernabat".

Si le logis manorial est très vraisemblablement datable de la fin du 15e siècle ou du début du 16e siècle, il a été modifié en profondeur dans la première moitié du 19e siècle (1811).

Le Chevalier de Fréminville dans "Antiquité de la Bretagne. Côte-du-Nord" (1837) évoque le manoir en ces termes : "La maison principale construite dans le style gothique du quatorzième siècle [sic] est accompagnée d'une tourelle hexagone renfermant l'escalier qui est une fort belle vis en pierre de taille ; la cour de figure carrée est environnée d'une forte muraille flanquée à chaque angle de tours rondes, mais qui sont aujourd'hui à demi ruinées. Le nom de Kernabbat [sic] (manoir de l'abbé) que porte ce manoir, indique que c'était un fief de la possession des évêques de Tréguier, qui y levaient un droit de péage sur tous les bateaux ou barques qui remontaient et descendaient la rivière."

Le portail (non vu) a fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques en 1931.

Le manoir de Kernabat a fait l’objet d’une couverture photographique en 1973 et 1974 dans le cadre du pré-inventaire de la commune de Minihy-Tréguier (alors qu’il se situait sur le territoire administratif de la commune de Tréguier). A cette époque, le manoir était exploité en ferme comme le montrent les photographies.

Ce site est aujourd'hui clos.

Période(s)Principale : 2e moitié 15e siècle, 1er quart 16e siècle
Secondaire : 17e siècle, 19e siècle

Le manoir Kernabat était desservi depuis le "chemin de Kernabat aux Ursulines" par une courte allée. La cour du manoir - autrefois fortifiée - conserve son portail au décor gothique composé d'une porte charretière et d'une porte piétonne. Dans son état actuel, le logis principal comprend deux étages et un étage de comble. Sa façade principale, comprenant une haute tour est orientée vers le nord-est. La tour de plan hexagonal est d’origine : on y accède depuis la cour par une porte moulurée à linteau droit surmontée d’une accolade. Cette tour abrite un remarquable escalier en vis en pierre éclairé par au moins six baies, dont certaines avaient gardé en 1973 les fixations pour des grilles défensives. Il est très probable que le sommet de la tour abritait une pièce haute (accessible par une vis d’escalier secondaire dont on semble voir un élément architectonique sur la photographie de 1974). Une large porte en arc plein cintre est également visible sur les photographies.

Sa façade arrière, orientée vers le sud-ouest, a été entièrement recomposée. De ce côté, le linteau de la fenêtre centrale du deuxième étage porte le millésime "1811" (?). La partie sud-est du logis comporte des fenêtres à piédroits et linteau en cavet qui trahissent un remontage ancien. La porte moulurée en arc brisé est de facture ancienne.

Mursschiste moellon
granite
pierre de taille
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Escaliersescalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis avec jour en maçonnerie
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Protectionsinscrit MH, 1931/04/17
Précisions sur la protection

L'édifice est un ancien manoir converti en ferme, possédant un modèle de portail, avec porte charretière et porte bâtarde, assez fréquent en Bretagne. Ce portail présente des moulurations et des accolades aux rampants garnis de crochets.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Seigneurie de Kernabat - titres : aveux. Paroisse du Minihy-Tréguier, familles Du Cosquer et Morinière.

    Séquentiel : 233.

    Cote : 2 G 250. Dates : 1611-1778.

    Nombre éléments : 3 pièces.

    Métrage conservé : 0,01.

    Ancienne cote 1 : G art. 229.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 2 G 250
Documents figurés
  • Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 362/1-4
Bibliographie
  • PICHOURON, Patrick ; KERHERVE, Jean (Dir.), "Manoirs et propriétaires aux 15e et 16e siècles dans le régaire de Tréguier et la seigneurie de Botloy-Lézardré (Dans les limites actuelles des cantons de Lézardrieux et de Tréguier)". Mémoire de maîtrise, Université de Bretagne occidentale, Faculté Victor Segalen, Brest, 1994, 170 p.

    p. 17. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel) : ARC dom

Liens web