Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir du Cosquer (Langoat)

Dossier IA22132082 réalisé en 2013
Destinations ferme
Dénominations manoir, dépendance, étable, grange
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Langoat
Lieu-dit : Le Cosquer, Adresse : ,
Cadastre :

Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole, est situé à 1500 mètres au sud-sud-ouest du bourg de Langoat. Établi à une trentaine de mètres au dessus du niveau de la mer, il se trouve à proximité immédiate d'un cours d'eau.

Le toponyme "Le Cosquer" est mentionné sur le cadastre de 1836. En breton, "Kozh" signifie "vieux, ancien", littéralement, on désigne ici le "vieux village", en l'occurrence un lieu noble ancien.

L'édifice originel est vraisemblablement datable du 16e siècle comme le suggère la présence de la tour d'escalier en façade postérieure. Marguerite Huon, veuve de Thomas Couallan a acheté en 1734 l'ancienne métairie noble du Cosquer – également appelé "Convenant Lamar", à Julien Cormier, seigneur Deslongrais, avocat, successeur du seigneur Cosquer Kerioual.

Le manoir, devenu ferme, a été reconstruit en 1773 par Claude Le Caër, entrepreneur (le même qui a reconstruit l'église de Langoat de 1767 à 1771) comme l'indique le millésime sur le linteau de fenêtre. Ce logis a été habité par Jean Le Grand et Jacquette Couallan, parents de Jean-Marie et Pierre Le Grand. C'est l'union de deux grandes familles de paysans aisés. Jean Le Grand devient maire de Langoat en 1804.

L'analyse architecturale (logis à trois travées et baies surnuméraires), la mise en œuvre et l'analyse stylistique (linteaux en arc segmentaire et arcs de décharge en pierre debout ; linteau de porte en plate-bande) permettent de dater le logis ouest des années 1780-1810 ; il a vraisemblablement été construit pour Jean-Marie Le Grand.

Le pavillon est, construit pour Pierre Le Grand (1792-1839), recteur de l'Académie de Rennes, figure sur le cadastre de 1836 ; il aurait été construit en 1834. Un monument a été érigé en sa mémoire en 1845 dans le cimetière de Langoat et ses restes y ont été transférés.

Période(s) Principale : 16e siècle , (?)
Secondaire : 3e quart 18e siècle, 4e quart 18e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle
Dates 1773, porte la date
Auteur(s) Auteur : Le Caër Claude , entrepreneur, (?), attribution par travaux historiques

Bâtiments - logis, étables, grange et remise - organisés autour d'une cour ouverte vers le sud.

Logis manorial orienté vers le sud-sud-est agrandi et partiellement reconstruit (façade de type ternaire à baies surnuméraires au sud) flanquée au sud d'un pavillon. Façade postérieure flanquée d'une tour coiffée en poivrière abritant un escalier en vis. Construction en moellon de granite et de schiste à l'exception de l'entourage des ouvertures qui a été réalisé en pierre de taille. Charpente ancienne en place ; deux entraits sont ornés d'une accolade de style gothique. Tour d'escalier vraisemblablement en partie arasée.

Murs granite moellon
schiste moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation ordonnancée sans travées, élévation ordonnancée
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations bon état, remanié
Statut de la propriété propriété privée
Protections

Références documentaires

Périodiques
  • NICOLAS, Gilbert. "Pierre le Grand : recteur de l'Académie de Rennes". Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. Tome 97, numéro 2, 1990. pp. 165-186.

  • Centre généalogique des Côtes-d'Armor. MEVELLEC, Annick. "Une grande figure du département. Pierre Le Grand (1792-1839)". Généalogie 22, Bulletin de liaison, n° 78, avril 2008.