Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, la Fresnais-Bossard (Saint-Gilles)

Dossier IA00007872 réalisé en 1986

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées communs, étable
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Rennes Métropole
Adresse Commune : Saint-Gilles
Lieu-dit : la Fresnais Bossard
Cadastre : ?

Manoir de la 1ère moitié du 17e siècle, chapelle sécularisée servant de bâtiment agricole.

(Jean-Yves Desdoigts, Pré-inventaire de Saint-Gilles, 1975.)

Le Manoir de la Fresnais-Bossard ; au sud-ouest de la commune date du XVIIe siècle. Il était pourvu d'une enceinte et d’un vivier en eau, encore visibles sur le cadastre de 1829. Selon Jean-Yves Eveillard, le bâtisseur serait Jean Bossard, anobli en 1641, qui pris en guise d'armoiries "d’argent à trois croissants de sable surmontés d’un fresne en chef", ce qui indique le lien avec la Fresnais (par le biais du frêne). Ces armoiries figuraient sur la clef de voute du porche.

Le logis principal a été restauré et transformé récemment.

Période(s) Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 21e siècle

Il s’agit d’un ensemble de bâtiment organisé en U autour d’une cour rectangulaire, qui s’ouvre au sud. La plupart de ces bâtiments sont présents sur le cadastre de 1929.

L'habitation principale, au nord de la cour, a récemment été entièrement restaurée.

L’entrée se fait par l’ouest grâce à un arc en plein cintre surmonté d’un blason. Cet arc était autrefois fermé par un portail en bois dont les gonds sont encore visibles. Ce portail est encadré par deux corps de bâtiment qui se terminent en forme de tours. Le corps de bâtiment au sud du portail a longtemps été décrit à tort comme une chapelle du fait de sa forme absidiale.

En fait cette partie présente un étage accessible par un escalier à vis en bois, qui conserve l'emplacement d'une grande cheminée aujourd'hui disparue. Ces indices permettent d'y voir sans doute une ancienne retenue. Le phénomène des retenues, typique du bassin rennais, est apparu dès le XVIème siècle lorsque des bourgeois de Rennes achètent des terres qu'ils louent à un fermier et se réservent une partie du logis comme villégiature.

Le bâtiment en face de l’arche, à l’est de la cour, est réservé à l’étable et à la porcherie. Deux gerbières permettaient l’accès au grenier.

Tous les bâtiments sont couverts d'ardoises.

Une partie du mur d’enceinte en terre d'origine est encore visible.

Murs schiste
poudingue
bauge
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
croupe
noue
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Jean-Yves Eveillard,“Histoire de Saint-Gilles”, article paru dans le Bulletin municipal de Saint-Gilles.
  • Jean-Yves Desdoigts, Pré-inventaire de Saint-Gilles, 1975

Références documentaires

Bibliographie
  • BUREL Laurence, Le patrimoine de Saint-Gilles en 2002 : identité et avenir d’une commune rurale d’Ille-et-Vilaine, Mémoire de Maitrise d’Histoire sous la direction d’Alain Croix, Rennes, Université de Haute-Bretagne, 2002.

    Bibliothèque universitaire. Université Rennes 2
  • Bardel, Philippe et Maillard, Jean-Luc, Architecture de terre en Ille-et-Vilaine, Rennes, éditions Apogée- Écomusée du Pays de Rennes, 2002