Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir, le Haut Ruzé (Saint-Erblon)

Dossier IA35047969 réalisé en 2007

Fiche

Destinationsmaison
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Bruz
AdresseCommune : Saint-Erblon
Lieu-dit : le Haut Ruzé
Cadastre : 1812 B2 ; 1843 B1
Malgré les apparences, ce bâtiment a connu plusieurs campagnes de construction. Bien que son apparence générale évoque plutôt le 17e siècle, il est vraisemblablement beaucoup plus ancien. En effet, il présente certaines caractéristiques architecturales propres à la fin du 15e siècle : très forte pente de toiture, fenêtres grillées, jours à ébrasements sur le mur gouttereau nord, cheminée monumentale de la salle... Cette cheminée possède une hotte pyramidale et se trouve sur le mur de refend Est. Par ailleurs, il est très clair que le bâtiment a connu des modifications par rapport à ses dispositions d'origine, car, une porte en plein cintre de l'étage est aujourd'hui inutilisable puisque, le plancher actuel se trouve à mi-hauteur de cette porte, rendant le passage impossible. Ces différents éléments permettent d'imaginer la distribution d'origine. Ainsi, ce manoir était composé d'une salle basse sous charpente en partie centrale, par ailleurs, il existait probablement une chambre à l'étage, au-dessus du cellier, dans la partie Est du bâtiment. L'accès à cette chambre se faisait par la porte rendue inutilisable à cause de la réalisation d'un plafond dans la salle basse sous charpente au 17e siècle vraisemblablement. Un escalier droit se trouvait, selon toute vraisemblance, dans l'angle sud-est de la salle et desservait cette chambre. De plus, contrairement à la cheminée située au rez-de-chaussée sur le mur de refend est, celle qui se trouve sur le mur pignon ouest date du 17e siècle. Cette cheminée a visiblement été refaite sous la cheminée d'origine, située à cet endroit, et encore visible lorsque l'on regarde la hotte de la cheminée actuelle. La cheminée d'origine datait également du 15e siècle et était située dans une seconde chambre. Cette seconde chambre était installée sur une cave, elle se trouvait donc légèrement surélevée par rapport à la salle. Toutefois, cette disposition a complètement disparu car le mur de refend qui séparait la salle de cette chambre a été supprimé. Deux petits escaliers permettaient donc l'accès, depuis la salle, à la chambre d'une part et à la cave d'autre part. La présence de cette cave à l'ouest et d'un cellier à l'est, sous la chambre, explique l'existence des deux jours aux deux extrémités du mur gouttereau nord. Ainsi, ils servaient à aérer et éclairer ces deux lieux de stockage. Un cellier en terre a été ajouté en appentis postérieur. Sa réalisation remonte probablement à la seconde moitié du 19e siècle. Lors de la réalisation du premier cadastre de la commune, en 1812, il existait, au sud-est, un alignement de deux logis perpendiculaires à ce bâtiment. Aujourd'hui, il subsiste simplement des vestiges de cet alignement.
Période(s)Principale : 2e moitié 15e siècle
Principale : 17e siècle

La maçonnerie de ce bâtiment est composée de moellon de schiste ; le toit à longs pans est couvert d'ardoise. Il présente une très forte pente ainsi qu'un coyau. De plus, les têtes de pignons sont recouvertes d'un essentage d'ardoise. A l'arrière de la construction, il existe un appentis construit en terre sur un solin composé de moellon de schiste. Les encadrements des baies de la façade sont réalisés en pierres calcaires chanfreinées ; les linteaux sont en bois. Une fenêtre de la partie est de la façade a conservé une grille. A l'intérieur, le rez-de-chaussée est composé d'une pièce sans feu à l'est ; la partie ouest est au contraire composée de deux anciennes pièces à feu. Il existe en effet une cheminée sur le mur pignon ouest et une autre cheminée sur le mur de refend est. Au premier étage, une cheminée se trouve au-dessus de celle du pignon ouest du rez-de-chaussée. Des jours à ébrasements sont percés sur le mur gouttereau nord, le premier se trouve dans la partie ouest et le second se trouve dans la partie sans feu de l'est. Les vestiges d'un important bâtiment construit en moellon de schiste se trouvent au sud-est de la construction principale.

Mursschiste
calcaire
moellon
Toitardoise
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20073510684NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20073510683NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine