Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir ou sieurie, les Alleux (Taden)

Dossier IA22133305 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Dans un quartier périphérique de Dinan, nouvellement urbanisé, les Alleux forment une enclave ancienne. Elles sont ceinturées au nord par une voie rapide la N 176 et de part et d’autre par une zone d’activités industrielles. Son intérêt réside en son toponyme d’où provient une famille illustre de Dinan les Marot des Alleux et par le maintien d’une forme architecturale très ancienne qui n’a pas échappé à Henri Frotier de la Messelière lors de son passage en 1931. Le logis du 15e siècle, reconnaissable à sa grande porte gothique accostée d’une ancienne fenêtre (depuis transformée en porte), possédait, à l’origine, une grande salle sous charpente qui a été plafonnée dès le début du 16e siècle.

Parties constituantes non étudiées ferme
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Taden
Lieu-dit : Alleux (les)

Une famille dinannaise illustre

Dans la liste des feudataires des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, aucun noble n’est cité aux Alleux. Cependant, comme l’indique le droit féodal, cette terre est exempte de devoirs féodaux. Ce lieu est vraisemblablement le berceau d’une célèbre famille dinannaise Marot des Alleux. Les Marot sont une famille de notables à Dinan dès la fin du 15e siècle. En 1598, Raoul Marot des Alleux, conseiller du roi et sénéchal de Dinan, aidera les troupes du roi Henri IV à rentrer dans la ville, siège de la Ligue. Il sera récompensé et anobli par le roi Henri IV. Fortune assurée, il rachète en 1617 le château de la Garaye, puis en 1618 celui de la Grand’Cour à Taden.

Un logis ancien « à salle basse sous charpente »

Le logis des Alleux, bien que très transformé, demeure significatif d’une typologie particulière de manoirs nommés à salle basse sous charpente, c’est-à-dire que la grande pièce n’était sans doute pas initialement plafonnée mais surmontée d’une charpente apparente lambrissée. Ce modèle souvent daté du 14e ou du 15e siècle, a été identifié en Bretagne lors de la publication de l’Inventaire, en 1993, sur les manoirs bretons. Aux Alleux, que reste-t-il de cette grande salle ? une idée du volume, des proportions et une grande cheminée en pierre de taille de granite. Le volume a été plafonné, vraisemblablement dès le début du 16e siècle, époque de la tour d’escalier arrière. Les parties adjacentes ont été reprises au 19e siècle et aux périodes ultérieures.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

Le cadastre de 1844 donne une idée de l’environnement du bâti à cette période (voir annexe 1) . Logis orienté au sud avec tourelle d’escalier demi-hors-œuvre au nord. Gros œuvre en moellons et porte et fenêtre en pierre de taille de granite. Les décors sculptés ont été arasés, et le blason au-dessus de la porte n’est plus lisible.

Murs granulite moellon
granite pierre de taille
Toit ardoise
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis
Typologies salle basse sous charpente

Annexes

  • Etat de la section D, 1844, les Alleux

    Propriété appartient aux enfants Georges Féron

    D186 : entrée du gros bois, D 187 : le vivier, D188 : le gros bois, D189 : !a La prée, D190 : la prée, D191 : la prée, D192 : la rabine d’Abas, D193, le Placis, D 194 : le fort au chien, D195 : le clos du four, D196 : le clos de devant, D197 : le clos de devant, D 198, 199, 200: le clos de la porte,D201 : rabine d’Ahaut, D202 : le jardin de derrière, D203 : le jardin de devant, D 204 : les Alleux (maison, bâtiment, cour), D205 : le clos du noyer, D207 : rabine de la Touche Chevret, D 208 : rabine de la Touche Chevret.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. des Côtes d'Armor, cadastres anciens de 1809 et 1843, série 3 P 339.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : série 3 P 339.
Bibliographie
  • COLLECTIF. Le manoir en Bretagne : 1380-1600. Paris, Monum, Cahiers de l´Inventaire, Imprimerie nationale Editions, Inventaire général, 1993, 348 p.