Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir urbain, 10 rue Colvestre (Tréguier)

Dossier IA22133199 réalisé en 2017

Ce grand manoir urbain ou "hôtel particulier", partiellement visible depuis le domaine public, est situé au 10 rue Colvestre. Identifiée sous le numéro 236 du cadastre de 1834, cette parcelle comprenait : "maison, bâtiment et cour" avec au nord un jardin clos (parcelle 234) contenant un autre bâtiment (parcelle 235).

Côté rue s’élève une grille et un portail de ferronnerie ornés d’un monogramme : "CA" ou "GA" qui pourraient être datés du Second empire. L’ensemble a été déposé en 2018 pour être restauré.

Construit en retrait de la rue entre cour et jardin, le logis, orienté vers le sud-est, était masqué de la rue par une maison à boutique construite sur la parcelle 238 du cadastre de 1834 dont il ne subsiste aujourd’hui que les traces d’une cheminée engagée dans le pignon du numéro 12.

Cet "hôtel" est composé de deux corps de logis construits à des périodes différentes. Il se compose d’un grand corps de logis flanqué d’un corps plus petit, chacun des corps étant desservis par une tour d'escalier.

L'élévation sur cour à pignon avec tour polygonale hors-œuvre accolée est soigneusement construite en pierre de pierre de taille et en moellon équarri ou irrégulier de granite et tufeau et éclairée en travée régulière d'une fenêtre pour chacun des trois niveaux (y compris celui de l’étage de comble). La porte en arc plein cintre est encadrée de pilastres surmontant un larmier. La tour polygonale, surmontée d’une corniche moulurée et coiffée d’une couverture en poivrière est éclairée par quatre petites baies. Le linteau de la fenêtre située au deuxième étage présente des armoiries (illisibles). L’analyse architecturale de ce corps de logis (volume, mise en œuvre, mouluration des ouvertures - doucine avec arrêt de la moulure -, appuis saillant et traverses - disparus - des fenêtres) permet de le dater des années 1550-1560.

Le corps de logis principal a été agrandi vers le nord-est par un second logis, vraisemblablement composé d’un "bloc de chambre", desservi par une seconde tour d’escalier de plan circulaire. L’angle est du bâtiment présente un petit pan coupé orné d’une tête humaine permettant aux charrois de tourner au ras du bâtiment. Cette construction associant maçonnerie de moellon très hétérogène de schiste et de granite - encore enduite sur la tour - et pan de bois, est datable de la seconde moitié du 16e siècle voire du début du 17e siècle.

Trois armoiries sont visibles sur des linteaux de fenêtres ou de porte.

L’une d’entre elles représente un arbre en haut duquel se trouve un oiseau : il s’agit sans nul doute de la famille de Kergnec'h (également, de Keraergnech, de Kerguenec'h, Kergrec'h en Plougrescant), seigneur de Kericuff qui blasonne : "d’argent au pin de sinople, chargé d’une pie au naturel" (blason identifié grâce à l’Armorial d’Hozier). Cette famille figure parmi la noblesse la plus influente de la ville de Tréguier au début du 17e siècle.

Destinations maison, logement
Dénominations manoir, logis, demeure
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Adresse : 10 rue Colvestre
Période(s) Principale : milieu 16e siècle
Secondaire : 2e moitié 16e siècle, 1ère moitié 17e siècle, 19e siècle, 20e siècle
Murs granite moellon
schiste moellon
grès moellon
bois pan de bois
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
croupe
toit conique
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis avec jour, en maçonnerie
escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis avec jour
États conservations mauvais état, désaffecté, envahi par la végétation

L'état d'abandon de ce manoir situé en cœur de ville et à deux pas de la cathédrale Saint-Tugdual interpelle habitants, comme visiteurs de Tréguier.

Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables logis, manoir
Sites de protection abords d'un monument historique