Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite "Hôtel de Tournemine", 11 rue Colvestre (Tréguier)

Dossier IA22132869 réalisé en 2017
Destinationslogement, boutique
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Tréguier
Adresse : 11 rue
Colvestre
Cadastre : AC 14

Cette demeure située au numéro 11 de la rue Colvestre est connue localement comme "l'Hôtel de Tournemine". C’est à cet emplacement qu’aurait débuté le procès de canonisation de Yves Hélory de Kermartin alias Saint-Yves le 23 juin 1330.

Cette maison communiquait à l’origine avec la maison voisine dite "Maison des Trois Avocats" située au 13 rue Colvestre identifiée comme un ancien manoir urbain construit à la fin du 15e siècle.

Si le portail gothique est datable des années 1500, la façade sur rue et les dispositions intérieures de cette maison (portes en arc plein cintre et escalier rampe sur rampe notamment) sont datables par analogie du premier quart du 17e siècle. Cette reconstruction pourrait être consécutive d’une destruction survenue lors d’un épisode des guerres de la Ligue en Bretagne (1588-1598).

En raison de leur intérêt patrimonial, les façades et toiture de cette maison ont été inscrites au titre des Monuments historiques par arrêté du 17 décembre 1926.

Période(s)Principale : 4e quart 15e siècle, 1er quart 16e siècle
Secondaire : 4e quart 16e siècle, 1er quart 17e siècle, 19e siècle , (?)

Cette maison sur cave, à un étage carré et un étage de comble présente une façade principale en moellon de granite. La porte principale est un remploi d’une porte monumentale surmontée d'une archivolte à accolade gothique flamboyant. Côté rue, au rez-de-chaussée et au premier étage, quatre fenêtres rectangulaires conservent des traces de grille défensive. Deux autres fenêtres semblent avoir également été modifiées.

La maison a conservé ses dispositions anciennes : plusieurs cheminées à manteau droit et corniche en pierre (deux au rez-de-chaussée et deux au premier étage), entourages de portes en arc plein cintre en granite (simple ou double comme au premier étage), huisseries de porte en bois, planchers sur poutres et solives, charpente… Fixé à une poutre dans l’axe de l’entrée, un crochet en bronze servait sans doute à la manutention de marchandises pondéreuses stockées à la cave.

Les différents niveaux sont desservis par un remarquable escalier rampe sur rampe à marche monolithe en granite comprenant des repos et paliers. L’escalier est surmonté d’une pièce haute en pan de bois (recouvert d'un essentage d’ardoise) et couverte en pavillon. Cette pièce haute - orientée vers le sud et jouissant d'un beau panorama sur la ville - est également dotée d’une cheminée.

Mursgranite moellon sans chaîne en pierre de taille
bois pan de bois essentage d'ardoise
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Protectionsinscrit MH, 1926/12/17
Précisions sur la protection

Élévation et toiture, inscription par arrêté du 17 décembre 1926.