Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir urbain dit "maison prébendale du But", 4 rue Kercoz (Tréguier)

Dossier IA22133242 réalisé en 2017

Sise rue Kerco(z), également appelée "grande venelle", cette vieille demeure de la seconde moitié du 15e siècle aux allures de manoir est construite entre cour et jardin. Son nom actuel fait référence au chanoine Bertrand de Testard du But, ancien vicaire général qui l’habitait à la Révolution. Ce dernier prêta serment à la Constitution civile du clergé le 30 août 1792 alors qu’il venait d’être arrêté. Cette maison et son terrain d’une contenance de 7 ares 60 sont saisis comme biens nationaux de première origine. Elle est estimée à 3990 livres en 1791 : à cette occasion, un procès-verbal est dressé et permet de découvrir l’apparence de la demeure à cette époque (voir l'annexe intitulée "Maison prébendale de l’abbé du But, rue Kersco, procès-verbal d’estimation des biens nationaux de première origine par Joseph-Marie Cadillan"). La maison est louée par la Nation à la famille du Porzou dont l’un de ses membres est sénéchal. Elle est adjugée 5220 livres le 10 juillet 1796 selon Adolphe Guillou.

Sur le plan général du couvent des Augustines alors "monastère Sainte-Madeleine et hôpital-hospice de Tréguier" établis par l'abbé Le Vaillant en 1954, l’édifice figure comme l’"Hôtel du But" ou "Béthanie". A l’ouest est signalé, le manoir de Kergomar (aujourd'hui détruit).

De 1775 à 1780, Emmanuel-Joseph Sieyès dit l’abbé Siéyès (1748-1836), chanoine de Tréguier, essayiste et homme politique habita la maison se trouvant "au levant" de la prébende. S’agit-il du 1 bis rue de Kercoz ?

Plusieurs maisons appartenant au clergé sont mentionnées dans cette rue ou à proximité immédiate :

- le "petit archidiaconé" dit "manoir de Kergomar", également désigné comme "l’ancienne aumônerie" en 1791 (maison voisine située immédiatement à l’ouest, rue Kerco(z)),

- la "prébende sainte Catherine", "vicariat" appartenant au chapitre (rue Kersco(z). Cette demeure était louée pendant la Révolution à M. Lucas, recteur de Minihy et député aux États Généraux.

- la "scolastique" ou "prébende de Borie" (en référence au chanoine Nicolas-Anne Borie de Villars) appartenant au chapitre (rue Marie Perrot anciennement rue de la Mission),

- la "prébende de la Motte Rouge" (en référence à Toussaint-François-Gabriel de la Motte Rouge, prêtre), appartenant au chapitre (située rue Marie Perrot et donnant sur la Place de la République).

- une maison appartenant au chapitre de la cathédrale (rue Kerscoz, adresse non identifiée).

Destinations maison, immeuble à logements
Dénominations manoir, demeure
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Adresse : 4 rue Kercoz
Période(s) Principale : 15e siècle, 16e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

La façade principale du logis est orientée vers le nord-nord-ouest et la rue Kercoz. Construction en pierre de taille de granite (notamment autour de la porte principale) et maçonnerie de granite. Baies à chanfrein mouluré, autrefois à meneau (traverse et montant disparus). La porte d’entrée en arc brisé, surmontée par des armoiries, est flanquée par une tourelle abritant un escalier en vis en pierre. Le rez-de-chaussée comprenait à l’origine trois salles avec, à l’ouest, la cuisine avec porte en arc brisée indépendante, cheminée et "potager à différents services" dans l’embrasure de la grande fenêtre. Selon une habitante, la charpente ancienne est en place.

Murs granite pierre de taille
moellon
maçonnerie
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis avec jour, en maçonnerie
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée, L'accès à ce manoir pour étude n'a pas été autorisé par son propriétaire.

Annexes

  • Maison prébendale de l’abbé du But, rue Kersco, procès-verbal d’estimation des biens nationaux de première origine par Joseph-Marie Cadillan, expert commis par délibération du directoire du district de la ville de Lannion, 26 janvier 1791 (Archives départementales des Côtes-d’Armor, 1 Q 1, article 33, Tréguier)

    "Pour entrée, une porte cochère construite de deux jambages de taille et couronnée d’une corniche de même, garnie de deux battants en menuiserie ; ladite porte donnant sur une avant-cour qui a de plat cinq cordes sur vingt-quatrième, cernée au nord par les murs en dépendant, au levant en partie par une petite maison, au couchant par le mur mitoyen du sous-diaconé [petit archidiaconé], et au midi par le principal édifice ; dans la dite cour un puits construit en maçonnerie et gorge de taille, recouvert d’un chaperon et courniquet [quenelle ?] en charpente.

    Au levant de ladite cour, une petite maison construite en maçonnerie… […]

    Au couchant de la cour un appentis et petite maisonnette construite en montant de charpente… […]

    La maison principale construite en maçonnerie ayant de long dans chacune de ses deux longères quatre-vingt pieds, laize à quatre pignons entiers dix-huit pieds hauteur réduite vingt-deux pieds ; une porte voûtée de taille servante pour hentisse de la cuisine qui est éclairée par deux fenêtres carrées de taille, et d’un jour de même ;

    Les dites fenêtres garnies de petit bois et vitrages, dans l’embrasure de la grande fenêtre, un potager à différents services, au pignon du couchant une cheminée complète de taille ; pour hentisse du vestibule, une porte carrée de taille donnant sur une cage d’escalier saillant sur la façade au nord en forme de tourelle ; l’escalier construit en pierre de grains et éclairé de deux jours de grosses tailles clôturées de vitrage en plomb ; donnant sur le vestibule deux ouvertures de tailles, l’une en la longère au nord et l’autre en celle au midi, au-dessus de cette dernière un jour clôturé de vitrage en plomb.

    Le salon séparé dudit vestibule par une cloison de charpente et lattis, éclairé de deux fenêtres carrés de taille garnies de châssis en petit bois et vitrages ; dans le dit salon une cheminée chargée en maçonnerie et formant une voûte propre à recevoir un poêle ; à chaque côté de la dite cheminée une armoire d’attache au mur, lattre [l’âtre] audit salon plancher en sapin.

    Pour entrer dans la salle une baie de porte garnie de deux battants en menuiserie, et pour éclairer trois fenêtres carrées de tailles pareilles aux précédentes ; une cheminée à tablette boisée sur toute sa hauteur ; lattre [l’âtre], plancher en sapin, le contour boisé à hauteur d’appui et le double plafonné en planches de sapin lesquelles dites boiseries sont peintes en gris.

    Au-dessus de la cuisine, une chambre éclairée par deux fenêtres carrées de tailles garnies de châssis en menuiserie et de vitrages en plomb ; pour hentisse de la dite chambre une baie de porte donnant sur un petit tambour ; en ladite chambre une cheminée à tablette boisée sur toute sa hauteur ; une alcôve, une décharge et une garde-robe, plus un petit cabinet éclairé par une fenêtre carré de taille garnie d’un châssis dormant à petit bois et vitrages ; dans le dit cabinet une armoire en buffet accolé au mur, lattre [l’âtre], desdits plancher en sapin.

    Adjacent à ladite chambre et seulement.

    […]

    Ladite prébende et dépendances estimés en l’état et sans aucune distraction de charge attendu qu’il ne nous a été donné aucune connaissance et trouvé valoir la somme de trois mille neuf cent quatre-vingt-dix livres, 3990 livres.

    Et devoir produire de revenu annuel celle de cent quatre-vingt-dix-neuf dix sols. 199 livres 10 sols.

    Fait, conclu et arrêté tant sur les lieux qu’en notre demeure que nous faisons à Tréguier chez le sieur La Biche, ainé rue Neuve ; et avons vaqué à la présente commission les 21, 22, 24, 25 et 26 dudit mois de janvier sous nos seings les dits jour, mois et an que devant.

    [Signé] (Joseph-Marie) Cadillan, expert".

    Transcription : Guillaume Lécuillier, 2018.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Biens confisqués sous la Révolution et liquidation par vente des biens du Clergé (biens de première origine) et des émigrés (biens de deuxième origine). Dossiers individuels des prêtres et des émigrés.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1 Q 1/33 Tréguier