Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, la Vieuville (Le Châtellier)

Dossier IA35048907 réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
Adresse Commune : Châtellier (Le)
Lieu-dit : la Vieuville
Cadastre : 1833

L´ancien manoir de la Vieuvillle est situé au sud-ouest du château actuel. Il est composé d´un logis-porte à l´est et d´un autre corps de logis partiellement détruit à l´ouest. Le logis-porte est accolé d´une tour circulaire couverte d´un toit à l´impériale ; cette dernière abritait un escalier en vis. Cet escalier a disparu depuis de nombreuses années puisque dans un document d'archives de 1825, il est fait mention du fait qu'il n'existait déjà plus. Le logis-porte correspond vraisemblablement à la partie la plus ancienne, le logis ayant été agrandi par la construction d´un autre corps de bâtiment à l´ouest au milieu du 17e siècle. En effet, cette partie est datée de 1655 ainsi qu´en atteste une date portée sur l´une des lucarnes. La comparaison du cadastre de 1833 avec le bâtiment actuel témoigne clairement de la disparition d´une partie du bâtiment, en l´occurrence, la partie ouest du logis. Les matériaux récupérés lors de cette « démolition » ont d´ailleurs servi à la construction du château voisin dans les années 1860. Ces réemplois sont particulièrement visibles sur les dépendances du château neuf. Les lucarnes de ces dépendances proviennent ainsi de l´aile ouest détruite de l´ancien manoir. Mais également à l'intérieur du château, où de nombreuses tapisseries et boiseries ainsi que des parquets proviennent de cet ancien manoir. Un document d'archives datant de 1825 permet de connaître la composition exacte ainsi que le plan du bâtiment avant sa destruction partielle (cf. annexe 1). Le bâtiment principal faisait donc 37, 60 mètres de long sur 7, 70 mètres de profondeur, excepté le pavillon ouest qui était plus profond puisqu'il faisait 9, 10 mètres de large. L'aile nord, perpendiculaire au corps de bâtiment principal, mesurait 6, 90 mètres de long, du nord au sud. Les bâtiments étaient couverts d'ardoise, de tuile et d'essente. A l'ouest de la cour, se trouvait un bâtiment de 25, 40 mètres de long sur 9, 50 mètres de large qui abritait le prêche, le cellier, l´étable... Au nord de la cour, un bâtiment de 16, 20 mètres de long sur 7 mètres de large abritait quant à lui une écurie, une étable et un fenil. Enfin, à l'est de la cour, se trouvaient un poulailler et des latrines. Quant au logis, l'aile orientée nord-sud était composée d'une partie centrale moins élevée que les deux parties latérales qui formaient des pavillons, en effet, il existait également un pavillon à l'ouest, qui faisait pendant à celui de l'est qui, contrairement au premier, a survécu à la démolition partielle du bâtiment. Dans ce corps de bâtiment, se trouvaient au rez-de-chaussée, d'est en ouest, une remise dans le pavillon est, une cuisine possédant une cheminée sur le mur ouest et un potager sous la fenêtre sud, un vestibule, un office et une seconde remise dans le pavillon ouest. L'étage de cette partie du bâtiment était composé, d'est en ouest, d'une chambre au-dessus de la remise avec une cheminée sur le mur ouest, d'une seconde chambre au-dessus de la cuisine avec cheminée sur le mur ouest, d'une salle à manger et d'une autre chambre au-dessus de la remise dans le pavillon ouest. Au second étage, il existait des greniers, excepté dans le pavillon est, qui abritait une chambre à ce niveau, desservie par l'escalier en vis en pierre logé dans la tour circulaire. Le corps de bâtiment perpendiculaire au premier, situé au nord, abritait une salle avec cheminée au nord au rez-de-chaussée et un salon au premier étage. Les pièces du rez-de-chaussée étaient dallées de granite alors que celles de l'étage possédaient un sol en terre cuite. Ce document d'archives mentionne l'existence de nombreuses boiseries et tapisseries dans les pièces de l'étage à cette époque. La Vieuville appartenait aux seigneurs du même nom au 13e siècle. En 1603, en épousant Judith de la Musse, fille du gouverneur huguenot de Vitré, César de la Vieuville introduisit le protestantisme à la Vieuville pour quelques années, jusqu´à la révocation de l´Édit de Nantes (1685). La Vieuville passe ensuite par alliance aux Michel, seigneurs de Cambernon en 1732 ; elle appartenait aux Patard de la Mellinière en 1789. Elle appartenait toujours à cette famille en 1825. Un document d'archives daté de 1825 correspond en effet au partage en deux lots des immeubles provenant de la succession de M. Yves-Pierre Patard de la Mélinières. A cette date, la fille aînée de M. Patard de la Mélinières, Sophie Charlotte Thérèse Patard de la Mélinières, épouse de M. Saturnin-Julien-Marie Lemercier des Alleux, hérite du manoir de la Vieuville, faisant partie du premier lot.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle
Dates 1665, porte la date

Le bâtiment actuel ne correspond que partiellement au manoir de la Vieuville tel qu'il existait jusqu'au début du 19e siècle. En effet, le premier cadastre de la commune, daté de 1833, ainsi qu'un document d'archives de 1825 décrivent un bâtiment beaucoup plus important que le bâtiment actuel. Le bâtiment actuel est construit en moellon de granite et couvert d'ardoise. La partie ouest est moins élevée que la partie est, couverte d'une toiture à croupes. Au sud-est, se trouve une tour circulaire couverte d'un toit à l'impériale surmonté d'un clocheton. La partie est du bâtiment possède une corniche à modillons en granite. Le grenier de la partie ouest est éclairé par des lucarnes surmontées de frontons triangulaires ; l'une d'elles porte la date de 1655. Le bâtiment actuel est composé, au rez-de-chaussée, d'ouest en est, d'un vestibule dans lequel se trouve un escalier droit en granite et d'une cuisine. La cuisine possède encore une cheminée sur le mur ouest ainsi qu'un potager sous la fenêtre donnant au sud. Les potagers ou chauffe-plats sont des systèmes qui permettaient de garder les plats chauds ; le plus souvent, ils se trouvent sous les fenêtres et sont composés d'une dalle de pierre percée de plusieurs orifices sur lesquels on posait les plats. Sous cette dalle de pierre, existent des niches dans lesquelles des braises étaient stockées. La partie est du rez-de-chaussée est occupée par un porche au sud-est duquel se trouve une tour circulaire qui abritait un escalier en vis en pierre. A l'étage, il existe plusieurs chambres dont l'une au dessus de la cuisine et l'autre au dessus du porche. La partie centrale ne possède pas de second étage, il s'agit simplement d'un grenier, contrairement à la partie Est, plus élevée, dans laquelle une chambre existe au second étage.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Archives privées

    Partage des immeubles de la Vieuville

    20, 21, 22 et 23 septembre-3, 4, 5, 6, 7 octobre et 30 novembre 1825

    Extrait des minutes déposées au greffe du tribunal de première instance séant à Fougères.

    L´an 1825, le mardi 20 septembre ;

    Nous Jean Auguste Dorange, notaire royal à la résidence de Fougères, département d´Ille-et-Vilaine ; François-Pierre Barbedette Chermelais, propriétaire, demeurant au chef lieu de la commune de Louvigné du Désert et Pierre Chevallier, cultivateur, demeurant aux hauts Montceaux, commune de Billé ;

    En vertu du jugement rendu par le tribunal civil de Fougères le 26 août dernier, dument enregistré et notifié qui juge partage en deux lots des immeubles provenant des successions réunies de Monsieur Yves-Pierre Patard de la Mélinières décédé à Fougères au commencement de l´année 1823 et de dame Sophie-Rose Delanoe de la Bastille, son épouse, décédée à Rennes le 18 mars 1822, les dits biens consistants en :

    Le château et la retenue de la Vieuville ;

    La Métairie de la Porte ;

    La Métairie de la Sionnais ;

    Le Moulin de la Vieuville ;

    La métairie du Boulay ;

    La Métairie de la Bressais ;

    La Métairie de Chaumeul ;

    La Closerie du même lieu ;

    La Closerie de la Galoderie ;

    Et le loyer de la Déshérence au bas Pérou ;

    Le tout en la commune du Châtellier, pour appartenir un de ces lots à Dame Sophie Charlotte Thérèse Patard de la Mélinière, leur fille aînée, émancipée par le mariage, autorisée de Monsieur Saturnin-Julien-Marie Lemercier des Alleux, son mari, propriétaire avec lequel elle demeure à Fougères, près le rue du marché et l´autre à Demoiselle Marie-Clothilde Patard de la Mélinière, leur autre fille mineure, ayant pour tuteur Monsieur Henri-Félix Delanoe de la Bastille, Docteur médecin, maire de la commune d´Espas, canton de Pontorson ;

    Et ordonne que les biens à partager seront vus et estimés par nous, que nous procéderons à la formation des lots, en donneront notre avis pour une licitation ;

    Ayant fait conformément au sus dit jugement serment devant Monsieur Barbedette Chermelais, Chevalier de l´ordre Royal de la légion d´honneur, de nous comporter avec impartialité et justice dans les opérations qui nous sont confiées, ainsi que le constate le procès-verbal qu´il en a dressé, le 9 septembre courant, dûment enregistré, et ayant fixé le commencement de nos opérations à ce jour 20 septembre au Château de la Vieuville, Commune du Châtellier ;

    Rapportons nous être de nos demeures respectives transporté ce jour 20 septembre au Château de la Vieuville, et y étant arrivés, environ les 8 heures du matin, nous y avons procédé de suite en présence de Monsieur Le Mercier des Alleuz, aux opérations qui nous sont confiées, de la manière et ainsi qu´il suit :

    Le Château et la retenue de la Vieuville, commune du Châtellier, la dite retenue occupée par Pierre Renard.

    Le château composé du corps de bâtiment principal, de deux pavillons dans le même alignement au midi et de plus haute élévation, et d´une tour à l´angle sud-est dans laquelle est un escalier en pierre de taille, consistant :

    Au rez-de-chaussée, premièrement, en une remise dont l´entrée est au nord sur la cour intérieure ; deuxièmement, en une cuisine dont la cheminée est dans le mur occidental. Cette cuisine est pavée en carreaux de pierre granite ; il y a dedans un mauvais potager en pierre et une longue table en bois, avec dressoir au dessus composé de trois planches. Il y a une porte ouvrant sur la cour intérieure, une autre ouvrant sur le vestibule et une fenêtre au midi garnie à l´extérieur d´une grille en fer composée de cinq montants et d´une traverse ; troisièmement, d´un vestibule dans lequel est placé le grand escalier en pierre de taille qui conduit jusqu´aux greniers. Ce vestibule a une porte sur la cour intérieure. Sous la première vollée de l´escalier est un caveau ; auhaut decette vollée existe une porte au midi ouvrant sur le perron par lequel on descend dans la cour verte ; quatrièmement, d´une office séparée de la cuisine par le vestibule ; cette office est éclairée par deux fenêtres en abat-jour, garnies d´une grille en fer composée de six montans et cinq traverses, l´autre de cinq montans seulement. Cinquièmement, d´une salle au derrière de l´office et faisant avancée au nord. Cette salle est pavée en carreaux de pierre granite. La cheminée est dans le pignon nord. Elle a trois portes, l´une donnant sur le vestibule dont on a parlé, l´autre servant à communiquer avec l´office, l´autre au nord communiquant avec le bâtiment nommé le prêche. La dite salle est éclairée par deux fenêtres l´une à l´est sur la cour intérieure, l´autre à l´ouest sur l´oseraie ; Cette dernière fenêtre est garnie de quatre barreaux en fer, il y en avait un cinquième qui n´existe plus ; sixièmement et d´une remise dont la porte d´entrée est au midi sur la cour verte. Cette remise a une porte de communication avec l´office.

    - Au premier étage, premièrement, en une chambre sur la remise du bout oriental. Cette chambre a sa cheminée dans le mur occidental est éclairée par deux fenêtres l´une au midi, l´autre au nord. Le plancher inférieur est en carreaux de briques, le supérieur est en poutres et soliveaux et une partie est tombée. Il ne reste plus que des débris de la boiserie qui existait dans une partie de cette chambre. Pour entrer dans cette chambre du corridor dont il sera ci-après parlé, il faut monter cinq marches qu´il est nécessaire de faire replacer. Il y a une porte qui communique de cette chambre à l´escalier placé dans la tour située au sud-est du pavillon. Deuxièmement, en une chambre, un cabinet et une garde robe au dessus de la cuisine. Les soliveaux du plancher inférieur ne sont point encore recouverts ; les plafonds du plancher supérieur ne sont pas finis. La cheminée de la chambre est dans le pignon occidental. Cette chambre est éclairée par une fenêtre au midi ; elle a deux portes, l´une pour communiquer avec le cabinet, l´autre pour sortir sur le corridor. Le cabinet n´a point de fenêtre, il a une porte de communication avec la garde robe. Cette garde-robe a une porte de sortie sur le corridor qui sert de passage pour se rendre du second palier de grand escalier à la chambre du bout oriental. Le dit corridor est éclairé par une fenêtre donnant sur la cour intérieure ; troisièmement, d´un sallon sur la salle du rez-de-chaussée. Ce sallon a sa cheminée dans le pignon nord et est éclairé par deux fenêtres, l´une à l´est, l´autre à l´ouest, et trois portes, l´une sur le second palier du grand escalier, l´autre au midi sur le petit sallon et la troisième à l´occident sur un cabinet du pavillon occidental. Le plancher inférieur du dit sallon est en petits carreaux de briques, le supérieur en poutres et soliveaux. Le pourtour est boisé à l´exception de trois encadrements en vieille tapisserie. Dans ce salon, se trouve un vieux buffet d´attache ; quatrièmement, d´un petit cabinet servant de passage, éclairé par une fenêtre au nord. Le plancher inférieur, ainsi que celui des deux pièces ci-après est en parquet, le supérieur en poutres et soliveaux ; cinquièmement, en une chambre éclairée au midi par une fenêtre donnant sur la cour verte. Cette chambre a sa cheminée dans le mur oriental. Le pourtour est en partie boisé et en partie tapissé avec une vieille tapisserie en paysages. Sixièmement, en un cabinet au nord de la dite chambre et à l´ouest du précédent. Ce cabinet est éclairé par une fenêtre au nord. Il est boisé dans son pourtour, à l´exception de deux encadrements en vieille tapisserie ; septièmement, en un petit sallon à manger, au midi du grand sallon. Le plancher inférieur est planchéié, le supérieur en poutres et soliveaux. Ce sallon a sa cheminée dans le mur occidental ; il est boisé dans son pourtour à l´exception de deux encadrements en papier. Il y a un petit placard au côté nord de la cheminée ; huitièmement, et en un cabinet à l´est du petit salon. Ce cabinet est éclairé par une fenêtre au midi. Le plancher inférieur, en bois, est très mauvais ; le supérieur est en poutres et soliveaux. Le pourtour est boisé, à l´exception d´un encadrement en vieille tapisserie. Le dit cabinet a une porte de communication avec le petit salon.

    - Chambre au second étage du pavillon oriental, éclairée par deux fenêtres, l´une au midi, l´autre au nord. Cette chambre a sa cheminée dans le mur occidental. Le plancher inférieur est en terre, le supérieur en poutres et soliveaux. On dessert cette chambre par l´escalier placé dans la tour. Cet escalier est détruit dans sa partie supérieure, de manière qu´on ne peut monter dans le grenier qu´au moyen d´une échelle. Le plancher inférieur de ce grenier est en partie défoncé.

    - Au haut du grand escalier est un cabinet en mansarde et planchéié et éclairé au midi par une petite fenêtre.

    - Grenier planchéié situé à l´est du grand escalier.

    - Autre grenier planchéié à l´ouest de l´escalier, régnant sur le grand et le petit salon et sur le cabinet à côté.

    - Un troisième grenier sur le pavillon occidental. Ce grenier a une cheminée et pourrait servir de chambre ; il est éclairé par trois fenêtres dont une au midi et deux au nord. Le plancher inférieur est en terre ; il n´y en a point de supérieur.

    - Le château y compris les deux pavillons a trente sept mètres soixante centimètres de longueur, sur sept mètres soixante dix centimètres de largeur, à l´exception du pavillon occidental qui a neuf mètres dix centimètres du midi au nord. La partie du château qui forme avancée au nord a six mètres quatre-vingt dix centimètres du midi au nord. Le château construit partie en moëlon, partie en pierre de taille, est couvert en ardoises, tuiles et aissantes.

    - Une rangée de bâtiments à l´ouest de la cour et faisant suite à la partie saillante du château composée, Premièrement, d´un bâtimens nommé le prêche avec grenier planchéié au dessus, lequel se dessert par un escalier placé dans la partie nord ; Deuxièmement, d´un cellier à la suite du prêche, d´une chambre audessus éclairée par deux baies de fenêtres, celle vers occident est garnie d´une grille en fer composée de huit montans et trois traverses ; grenier planchéié au dessus de la dite chambre se desservant par celui du prêche, dont il n´est séparé que par une petite élévation ; troisièmement, et d´une étable à la suite du cellier, deux petites chambres au dessus de l´étable, se desservant par celle située sur le cellier, grenier audessus dont le plancher est en terre et qui dessert aussi par le grenier du prêche. Cette rangée de bâtimens construite en pierres couvertes en tuiles et aissantes est en mauvais état, elle a vingt cinq mètres quarante centimètres de longueur, sur neuf mètres cinquante centimètres de largeur.

    - Une autre rangée de bâtiments au nord de la cour, formant retour avec la précédente ; la dite rangée composée premièrement, d´une belle écurie, doublée d´un fenil planchéié. Cette écurie est garnie, côté nord, de mangeoires dans toute sa longueur et de rateliers dans une partie seulement ; Deuxièmement, et d´une étable doublée d´un grenier planchéié audessus, lequel s´étend à l´orient sur l´étable de la ferme de la porte. Les dites écurie et étable ont seize mètres vingt centimètres de longueur, sur sept mètres de largeur.

    - En dehors du mur qui clôt à l´est la cour, sont deux toits à porcs, un poulailler et des latrines, dont les portes d´entrée sont dans la cour. Au dessus de l´un des toits à porcs est un petit grenier. Ces petits bâtiments ont quinze mètres quatre vingts centimètres de longueur, sur quatre mètres de largeur, non compris l´épaisseur du mur de la cour.

    - Petite cour au midi de ces petits bâtiments, dans une largeur de quatre mètres, jusqu´à l´enlignement de la façade méridionale du château ; étant observé que la tour sud-est forme saillie dans ladite cour qui à dix sept mètres de longueur.

    - Cour intérieure dans laquelle est un puit avec une auge en pierre de taille. On entre dans cette cour par un grand portail à l´est, ayant deux piliers en pierre de taille. Elle contient six ares quarante sept centiares.

    - Le fond de tous les bâtimens et des dites cours contient quatorze ares quatre vingt dix neuf centiares.

    - Cour verte au midi du château, fermée à l´est par une murette en pierres de taille. Cette cour dans laquelle il y a des allées bordées de tilleuls et des vestiges d´un colombier, contient vint un ares soixante quatorze centiares.

    - Le jardin de retenue, ayant sa murette au nord, des doubles haies à l´est et au midi et une haie ordinaire à l´ouest, joignant d´orient et du midi à un porte d´occident au champ du four, du nord à la cour verte et à la pièce nommée le fruitier, contient y compris la totalité du port au midi, soixante quinze ares soixante deux centiares.

    - L´oseraie au derrière du pavillon occidental du château, ayant sa haie à l´ouest sur le fruitier et sa lice au nord sur la pièce du petit bois, contient trois ares quarante trois centiares.

    - Le tout en un pourpris contenant un hectare quinze ares soixante dix huit centiares prisé cens quatre vingts francs.

    - Le jardin de la pépinière, ayant ses haies des deux bouts, joignant d´orient le jardin de derrière de la ferme de la porte, d´occident le champs du petit bois, du nord la prairie du marais, et contenant y compris le port au midi qui le divise du pourpris, dix ares dix neuf centiares, prisé cinq francs.

    - Le mercredi vingt un septembre dit an, nous expert sus dits et soussignés, nous avons continué nos opérations en présence de Monsieur le Mercier des Alleuz, de la ainsi qu´il suit : l´Etang de la retenue borné à l´est par le marais de la Sionnais, au midi par le grand Mellier et les vallées, à l´occident par l´une des dites vallées et la chaussée qui le divise de la prairie du marais, au nord par le bois et terre de la métairie de la Chaussée, contient environ soixante dix sept ares quatre vingt centiares prisé trente francs.

    - L´avenue partant de la grande route et rendant à l´aire de la ferme de la porte, ayant cinq cent quatre vingt quatorze mètres de longueur, joignant du midi et du nord diverses pièces de terre des métairies de la porte et de la Sionnais, contient un hectare dix sept ares quatre vingt cinq centiares, prisée, considération du bois cinquante francs.

    - Total des revenus du château et de la retenue de la Vieuville, huit cent trente francs.

    - Nous avons estimé pour cent cinquante francs de bois, non compris ceux de l´avenue.

    - Le grand de cette propriété est de douze hectares vingt neuf ares quarante un centiares.

    La Métairie de la porte, commune du Châtellier, tenue par françois Lesage.

    - Une maison exposée au midi, construite en pierre, couverte en aissantes composée d´une salle dont la cheminée est dans le pignon oriental et d´un grenier dont le plancher est en terre, lequel se dessert au moyen d´une échelle. Cette maison a sept mètres soixante centimètres de façade y compris le mur occidental, sur sept mètres cinquante centimètres de profondeur.

    - Une étable à la suite de la dite maison vers occident, ayant deux portes au midi, l´une sur la cour ci-après, l´autre sur la cour intérieure du château ; grenier au dessus d´une partie de la dite étable, dont le plancher est en terre. La dite étable construite en pierres, couverte partie en gluis, partie en aissantes, a huit mètres soixante centimètres d´orient à occident mesurée dans oeuvre, sur sept mètres cinq centimètres de largeur ; compris l´épaisseur des murs.

    - Deux toits à porcs, à l´occident de la cour, entre les deux portes de l´étable, construits en pierres, couverts en aissantes de nulle valeur, ayant quatre mètres vingt centimètres de façade sur deux mètres soixante dix centimètres de profondeur.

    - Autre toit à porcs au midi des précédents et de plus haute élévation, aussi construit en pierres, couvert en aissantes usées le dit toit à quatre mètres vingt cinq centimètres du midi au nord, non compris le mur méridional, sur quatre mètres quarante centimètres d´orient en occident.

    - Une rangée de bâtimens à l´orient de la cour composé :

    - Premièrement, au bout méridionnal d´un enbas dans lequel se trouvent le pressoir avec tous ses ustensiles et un tour de pile en pierre de taille. Chambre basse au dessus de la partie où se trouve le tour de pile, laquelle chambre est planchéiée et a sa porte d´entrée au midi ; grenier planchéié tant au dessus de la dite chambre qu´au dessus du pressoir.

    - Deuxièmement, et au bout nord d´une grange et d´une étable ; étant observé que l´étable est doublée d´un fenil en mauvais morceaux de bois et branchages et que l´étable a sa porte d´entrée au nord. Dans la grange se trouve une auge en pierre de taille ; grenier au dessus de la grange et du fenil lequel grenier se dessert par un escalier placé dans le pressoir.

    - La dite rangée de bâtimens construite en pierres, couverte en aissantes hors le derrière le pressoir qui est engluis à trente mètres quatre vingt dix centimètres de longueur, sur neuf mètres vingt centimètres de largeur par le bout méridional et neuf mètres dix centimètres par le bout au nord.

    - Deport au pignon oriental de la maison jusqu´à sept mètres quatre vingts centimètres.

    Cour tant au devant de la maison du fermier qu´à l´est jusqu´à l´enlignement du parement extérieur du mur occidental de la grange, et audevant de la dite grange et du pressoir jusqu´à quinze mètres en soixante centimètres, c´est-à-dire jusqu´à l´enlignement du parement extérieur du mur oriental des petits bâtimens adossés à la cour du château. La dite cour contient six ares cinquante cinq centares.

    - Terrain vague au nord de la grange, dans lesquels se trouvent le four et une boulangerie, construite en pierres, dont la couverture en aissantes est de nulle valeur. Ledit terrain contient un are cinquante trois centiares.

    - Le petit jardin du four ayant ses haies, hors sur la cour, joignant d´orient à la pièce de la grande vallée, contenant quatre vingt dix centiares.

    - L´aire au midi de la cour du pressoir, joignant d´orient à l´avenue, du midi au friche du colombier, d´occident à la cour verte du château, contenant huit ares quatre vingt trois centiares.

    - Le tout en un pourpris contient vingt deux ares soixante trois centiares, prisé, considération faite des réparations considérables d´entretien, trente francs.

    - Le jardin de derrière ayant touts ses haies, joignant dorient au chemin de la chaussée, du midi unport, d´occident le jardin de la pépinière, du nord de la prairie du marais, contenant quarante ares sept centiares, y compris le port au midi, prisé dix huit francs.

    Total des revenus de la métairie de la porte, six cent quatre vingt un francs.

    Nous avons estimé pour deux cent dix francs de bois, sur les haies.

    - Le grand de cette métairie est de seize hectares quatre vingt dix neuf ares deux centiares.

    - La métairie de la Sionnais, commune du Châtellier, occupée par Joseph Lesage.

    - Une rangée de maisons exposée au couchant, construite en pierres hors les aiguilles des deux pignons qui sont en colombages et terrasses, couverte en aissantes et tuiles, composée au bout méridional d´une étable ; au milieu d´une salle servant à demeure, dont la cheminée est dans le pignon méridional, et au bout nord d´une décharge qui n´a d´autre porte que celle qui communique avec la salle.

    Grenier planchéié au dessus de la décharge, grenier, dont le plancher est en terre, au dessus de la salle, fenil au dessus de l´étable.

    Ladite rangée a seize mètres soixante centimètres de longueur, sur sept mètres vingt centimètres de largeur.

    - Cour jusqu´au jardin de devant et à l´aire ; terrain vague au midi de la cour et du jardin de derrrière, et dans lequel terrain, se trouve le four.

    - Une rangée de maisons exposée au midi, construite en pierres, couvertes en gluis, composé d´une grange ayant sa principale entrée sur l´aire et une porte au midi sur la cour ; de deux étables à la suite et d´un ertriate à procs. La grange et les deux étables sont doublées de fenils en morceaux de bois et la retraite à porcs d´un fenil portant sur soliveaux. Il n´y a ni murs ni cloison entre la grange et l´étable qui y joint. La dite rangée a vingt un mètres vingts centimètres de longueur, sur six mètres soixante centimètres mesurée par le bout oriental et sept mètres vingt centimètres par le bout occidental.

    - Cour au devant de la dite rangée jusqu´à l´alignement du pignon nord de la première rangée.

    - Le tout joignant d´orient le jardin de derrière, et du midi à l´avenue, d´occident au jardin de devant et à l´aire, du nord la jardin de derrière la grange, contenant quinze ares quarante sept centiares.

    - Le jardin de derrière ayant toutes ses haies, joignant d´orient la grande prairie, du midi et d´occident le terrain vague et la première rangée de maisons, du nord le jardin de derrière la grange, contenant dix sept ares vingt quatre centiares.

    - Le jardin de devant, ayant toutes ses haies, joignant d´orient à la cour et au terrain vague, du midi à l´avenue, d´occident et du nord au champ de l´aire, contenant cinq ares soixante un centiares.

    - Le tout en un pourpris contenant trente huit ares trente deux centiares prisé trente francs.

    - Le jardin de derrière la grange, ayant ses haies hors au midi, joignant du nord et d´orient à la grande prairie, du midi au pourpris, d´occident au champ de l´aire, contenant cinquante deux ares quatre vingt neuf centiares prisé vingt quatre francs.

    - Total des revenus de la métairie de la Sionnais, six cent vingt six francs.

    - Nous avons estimé pour treize cent trente cinq francs de bois sur cette métairie.

    - La métairie du Boulay, commune du Châtellier, occupée par Michel Helber.

    - Une maison neuve exposée à l´occident, construite en pierres, couvertes en gluis, composée d´une salle servant à demeure et d´un grenier planchéié audessus, lequel se dessert au moyen d´une échelle. La cheminée est dans le pignon oriental ; outres la porte de devant, il y en a une de sortie au nord et l´autre à l´est. La dite maison a neuf mètres quatre vingts centimètres de longueur sur huit mètres dix centimètres de largeur.

    - Au pignon méridionnal de cette maison, un bâtiment en appentis, servant de toit à porcs, aussi construits en pierres, couvert en gluis.

    - Aire audevant du tout, jusqu´au champ de derrière dans cette aire, se trouve le four.

    - Terrain vague au pignon nord ; autre terrain vague au derrière jusqu´au jardin.

    - Le tout contenant dix ares trente un centiares.

    - Terrain vague au midi de l´aire, contenant sept ares quatre vingt treize centiares.

    - Une rangée de bâtimens exposée à l´est, construite en pierres couverte en aissantes, gluis et tuiles, consistant en deux étables, celle du bout nord servant autrefois à demeure, doublée d´un mauvais grenier, l´autre doublée d´un fenil. La Dite rangée a dix neuf mètres de longueur, sur sept mètres quarante centimètres de largeur.

    - Une grange faisant suite vers midi à la dite rangée aussi construite en pierres couverte engluis, ayant huit mètres soixante dix centimètres de longueur, sur sept mètres vingt centimètres de largeur.

    - Cour au devant de la dite rangée et de la grange jusqu´à quatorze mètres soixante centimètres.

    - Le tout contenant six ares neuf centiares.

    - Un toit à porcs adossé au derrière de la première étable, construit en pierres couvert en aissantes.

    - Terrain vague au derrière de la grange et de la seconde étable, contenant trois ares vingt deux centiares.

    - Le jardin aux mouches, ayant ses haies vers midi et occident, joignant d´orient la première étable, du midi le terrain, au derrière de la grange, d´occident au champ de derrière, du nord au jardin ci après, contenant y compris le toit à porcs, trois ares vingt six centiares.

    - Le jardin de derrière ayant toutes ses haies, joignant du nord est et de l´est à unport, du midi la première étable, le toit à porcs et le jardin aux mouches, d´occident le champs de derrière, contenant dix neuf ares seize centiares.

    - Le jardin de derrière la maison neuve, ayant toutes ses haies, joignant d´orient et du midi le pré faribault d´occident le terrain au derrière de la maison, du ord à chemin, contenant dix ares quatre vingt huit centiares.

    - Le tout en un pourpris de soixante ares quatre vingt huit centiares, prisé quarante cinq francs.

    - Le jardin de la fontaine ayant ses haies hors au nord, joignant d´orient le champ de Saudre, du midi à chemin, d´occident un port, du nord le grand champ aux veaux, contenant trente un ares cinquante six centiares, prisé quinze francs.

    - Total des revenus de la métairie du Boulay, douze cent trente quatre francs.

    - Nous avons estimé pour onze cent vingt un francs de bois sur cette métairie.

    - La métairie de la Bressais, commune du Châtellier, occupée par Adrien Lesage.

    - Une maison exposées au midi construites en pierres et couvertes en gluis et aissantes, composée d´une salle servant à demeure dont la cheminée est dans le pignon occidental et d´une étable au bout oriental. La salle est doublée d´un grenier en terre qui se dessert au moyen d´une mauvaise échelle et l´étable est doublée d´un fenil. Ladite maison a treize mètres soixante centimètres de longueur, sur sept mètres de largeur.

    - Un autre bâtiment faisant suite à la dite maison vers occident, construit en pierres, couvert en gluis, composé d´un cellier, chambre au dessus dont le plancher est en terre et briques ; grenier en superfice dont le plancher est en partie tombé. Ce bâtimens a sept mètres trente centimètres de façade, sur sept mètres cinquante centimètres de profondeur.

    - Autre bâtiment à la suite vers occident, composé : Premièrement, d´une étable, un grenier ou petite chambre au dessus, dont le plancher est en terre, et un autre grenier en superfice, dont il ne reste plus que la moitié. Deuxièmement, et d´une grange. Ce dernier bâtiment aussi construit en pierres, couvert engluis, à treize mètres cinquante centimètres de longueur, sur sept mètres de longueur, sur sept mètres cinquante centimètres de largeur.

    - Cour au devant du tout jusqu´au champ de l´aire. Dans cette cour, se trouvent un puits et un toit à porcs construit en pierres, couverts en glus.

    - Déport ou terrain vague au pignon oriental et au derrière de la maison.

    - Le tout contient dix ares dis huit centiares.

    - Le jardin de derrière, ayant ses haies vers nord et orient, joignant les deport, bâtimens et cours du midi le champs de l´aire d´occident le champ Gasnier du nord, le champ de derrière contenant vingt un ares dix neuf centiares.

    - Un four et une boulangerie construite en pierres, couverts engluis. On a pratiqué une retraite à porcs dans cette boulangerie ; cour au devant ; déport à l´ouest, contenant ensemble deux ares cinquante un centiares et joignant du nord au champ du noc, du midi au loyer de la Bressais.

    - Le tout en un pourpris contenant trente trois ares quatre vingt huit centiares prisé trente francs.

    - Total des revenus de la Bressais six cent quatre vingt huit francs.

    - Nous avons estimé pour treize cent cinquante cinq francs de bois sur cette métairie.

    Le Moulin de la Vieuville, commune du Châtellier, occupée par Jean Louvet.

    Une maison exposée à l´orient, construite en pierres, couverte en aissante, composée d´un enbas dans lequel est la mécanique du moulin, bout nord. Cet enbas a deux portes, l´une à l´est pour le service du moulin, l´autre dans le pignon méridional. Cambre au dessus dont la porte d´entrée est à l´est ; cette chambre est éclairée à l´ouest par une petite fenêtre garnie d´un volet en bois ; la cheminée est dans le pignon méridional ; le plancher inférieur de cette chambre est en terre. Grenier au dessus de la dite chambre et de la mécanique du moulin.

    La dite maison a neuf mètres quarante centimètres de largeur.

    Petit terrain au devant jusqu´au biez ; autre terrain au midi, autre terrain au pignon nord.

    - Le tout contenant deux ares vingt huit centiares.

    - Une étable construite en pierres, couvertes engluis, ayant sa porte d´entrée à l´est, doublée d´un fenil en branchages, ayant sept mètres soixante centimètres de longueur, sur trois mètres quatre vingt dix de largeur.

    - Une retraite à porcs au derrière de la dite étable, aussi construite en pierres, couverte en paille.

    - Terrain au devant de l´étable jusqu´au ruisseau qui se rend au biez. Autre terrain au bout méridional.

    - Les dits objets contenant un are vingt cinq centiares.

    - L´aire et le terrain à l´ouest jusqu´au ruisseau qui se rend au biez, contennant un are soixante cinq centiares.

    - Le jardin de devant, ayant toutes ses haies et joignant d´orient au bois au dessous du grand champs du midi le chemin, ayant toutes ses haies et joignant d´orient au bois au dessous du grand champ, du midi le chemin du moulin et l´aire, d´occident et partie du nord, le biez du moulin, du reste nord le ruisseau qui se rend dans le dit biez, contenant y compris le terrain de clos à l´angle sud-ouest, quatorze ares soixante neuf centiares.

    - Le Biez du moulin contenant, y compris la chaussée, trois ares quatre vingt douze centiares.

    - Le jardin de la roue, ayant ses haies vers occident et nord sur la prairie de la Vieuville, joignant d´orient le biez, du midi le ruisseau qui sort du moulin, contenant six ares, quarante quatre centiares.

    - Le jardin de derrière ayant ses haies vers midi et occident joignant d´orient le moulin et les terrains en dépendans du midi et d´occident le pré ci-après, du nord le ruisseau qui sort du moulin, contenant six ares soixante onze centiares.

    - Le tout en un pourpris contenant vingt cinq ares quatre vingt quatorze centiares prisé cent vingt francs.

    - Total des revenus du moulin, deux cents onze francs.

    - Nous avons estimé pour deux cent vingt quatre francs de bois sur les dépendances du moulin.

    - Le grand de cette propriété est de trois hectares quatre vingt-quatre ares quatre vingt dix huit centiares.

    - La Closerie de la Galoderie, commune du Châtellier, occupée par Julien Larcher.

    - Une maison exposée à l´orient, construite en pierres couverte engluis, excepté une petite partie qui est aissantée, composée d´une salle servant à demeure dont la cheminée est dans le pignon méridional, et d´un grenier dont le plancher est en terre. La dite maison a six mètres quarante centimètres de façade, sur pareille profondeur. La cloison qui sépare au nord cette maison de celle des enfans Roger paraît mitoyenne.

    - Cour au devant et jusqu´à six mètres soixante centimètres loin.

    - Le tout contenant quatre vingt trois centiares.

    - Une étable au derrière d´une partie de la dite maison construite en branches couverte en gluis.

    - Le jardin au derrière ayant des haies hors au nord, joignant d´orient au jardin des enfans Roger, à leur maison et à celle-ci-dessus, du midi et d´occident à chemin, du nord un champs d´Henri Lepennetier contenant, y compris, terrain au derrière de l´étable dudit Lepennetier, quatre ares vingt centiares.

    - Le tout en un pourpris, contenant cinq ares trois centiares prisé dix francs.

    - Total des revenus de la Galoderie, deux cent vingt francs.

    Le grand de cette closerie est de cinq hectares cinquante ares quatre vingt un centiares.

    ...

    - La métairie de Chaumeul, commune du Châtellier occupée par Jean Gouin.

    - Une rangée de maisons exposée au midi, construite en pierres, couverte en tuiles, gluis et aissantes, composée : au milieu d´une salle servant à demeure, dont la cheminée est dans le pignon occidental ; grenier au dessus dont le plancher est en terre ; au bout oriental d´une étable doublée d´un fenil ; au bout occidental d´une autre étable aussi doublée d´un fenil. Ladite rangée a dix sept mètres soixante dix centimètres de longueur, sur sept mètres quarante centimètres mesurée par le pignon oriental et sept mètres mesuré par le pignon occidental.

    - Terrain vague au pignon oriental jusqu´à trois mètres ; autre terrain au pignon occidental jusqu´à quatre mètres soixante centimètres.

    - Cour au devant du tout, jusqu´à dix mètres. Dans cette cour, côté occidental, se trouve un four avec sa boulangerie, sur laquelle on a pris une retraite à porcs.

    - Letout contenant ensemble quatre ares trente centiares.

    - Le jardin de l´aire, dans lequel sont l´aire et deux hangars, ayant toutes ses haies, joignant d´orient le jardin Guérin et celui des mineurs Goudal, du midi à chemin, d´occident autre chemin, du nord des cours du village, contenant seize ares onze centiares.

    - Le tout en un pourpris, contenant trente huit ares soixante quatre centiares, prisé quarante huit francs.

    - Total des revenus de la Métairie de Chaumeul, cinq cent francs.

    Nous avons estimé pour quatorze cent quarante cinq francs de bois sur cette métairie.

    La Closerie de Chaumeul, commune du Châtellier, occupée par Jean Lermenier.

    Une maison exposée au midi construite en pierres, couverte partie en aissante, partie engluis, composée de deux salles, ayant chacune sa cheminée et son grenier en terre. Cette maison a dix mètres de longueur sur six mètres cinquante centimètres de profondeur.

    - Cour au derrière jusqu´à six mètres loin, dans laquelle se trouve une petite étable adossée à la salle du bout occidental, construite en pierres, couverte en aissante.

    - Terrain à l´occident de l´étable et de la maison, jusqu´à trois mètres.

    - Cour au devant jusqu´à quatre mètres ; étant observé qu´au nord du petit jardin Guérin, cette cour n´a qu´un mètre quarante centimètres.

    - Le tout contenant deux ares huit centiares, joignant d´orient cour et maison de Gautier Gobillerie, des autres parts le pourpris de la grande ferme.

    Le jardin ayant ses haies des deux bouts et sa pièce à l´orient, joignant d´orient le grand jardin Guérin de la grande ferme, du midi à chemin, d´occident le jardin de Gautier, du nord au petit jardin Guérin, contenant, y compris le port qui le divise de ce dernier jardin, six ares soixante quinze centiares.

    Le tout prisé quinze francs de revenu.

    Total des revenus de la Closerie de Chaumeul, quatre vingt seize francs.

    Le grand est d´un hectare quatre vingt treize ares vingt trois centiares.

    Le loyer de la Deshérence situé au Bas Pérou, commune du Châtellier, occupé par François Lemonnier.

    Une petite étable dont la porte d´entrée est au nord, construites en pierres, couvert engluis, séparée au couchant de l´étable du sieur Hippolyte Deroyer par une mauvaise cloison qui parait mitoyenne. Cette étale doublée d´un mauvais fenil en branches à trois mètres vingt centimètres de façade, sur sept mètres soixante centimètres de profondeur.

    Cour au devant jusqu´à deux mètres loin.

    Le tout contenant trente un centiares, prisé un francs.

    Total du revenu dudit loyer, vingt quatre francs.

    Nous avons estimé pour quatre vint dix francs de bois sur ce loyer.

    Nos opérations d´arpentage et d´estimation étant terminées, nous nous sommes occupés de suite de la composition des lots et nous avons adopté comme les plus convenables ceux dont la description suit :

    Premier lot

    Le château et la retenue de la Vieuville, estimé 830 francs de revenu

    La ferme de la porte, commune du Châtellier, estimée 681 francs de revenu

    La Métairie de la Sionnais, commune du Châtellier, estimée 626 francs de revenu

    Le Moulin de la Vieuville, commune du Châtellier, estimé 211 francs de revenu

    La Closerie de la Galoderie, commune du Châtellier et de Parigné, estimée 220 francs de revenu

    Total des revenus du premier lot, 2568 francs

    Nous avons estimé pour dix neuf cent dix neuf francs de bois dans ce lot.

    Deuxième lot

    La Métairie du Boulay, commune du Châtellier, estimée 1236 francs de revenu

    La Métairie de la Bressais, commune du Châtellier, estimée 688 francs de revenu

    La Métairie de Chaumeul, commune du Châtellier, estimée 500 francs de revenu

    La Closerie de Chaumeul, commune du Châtellier, estimée 96 francs

    La Deshérence du Bois de Pérou, commune du Châtellier, estimée 24 francs

    Total des revenus du second lot, 2542 francs

    Nous avons estimé pour quatre mille onze francs de bois sur ce lot....

  • 20103510714NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103503961Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande49.

    20103503962Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande49.

    20103503953Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande48.

    20103503955Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande48.

    20103503956Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande48.

    20103503967Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande50.

    20103503964Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande50.

    20103503954Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande48.

    20103503958Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande49.

    20103503963Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande50.

    20103503968Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande51.

    20103503965Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande50.

    20103503966Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande50.

    20103503957Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande49.

    20103503960Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande49.

    20103503959Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande49.

    20103503952Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande47.

Références documentaires

Documents figurés
  • Le Châtellier. Section C dite du Chatellier, en 4 feuilles, 3ème feuille. [1833], échelle 1/2500 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine
Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • DE CHARRY, Odile. LES MELLET, un cabinet d'architectes rennais de 1841 à 1926. Université de Haute Bretagne, Rennes II, U. E. R. des Arts, mémoire de maîtrise d'histoire de l'art et d'archéologie, décembre 1980.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • PETITJEAN, Marc. DESORMEAUX, Ronan. CUCARULL, Jérôme Construire en Ille-et-Vilaine. Le Coglais et sa région. Rennes, Direction de l'aménagement et de l'environnement, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).