Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, Vezin (Orgères)

Dossier IA35047508 inclus dans Étable à chevaux, Vezin (Orgères) réalisé en 2008

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiées grange, cellier, four, écurie
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Bruz
Adresse Commune : Orgères
Lieu-dit : Vezin
Ce bâtiment appartenait aux Marion en 1686 et aux Raccapé, sieurs de la Caliorne, à la fin du 17e et au début du 18e siècle. Le manoir primitif de Vezin correspond à cette partie du bâtiment ; le bâtiment situé au sud-est de la cour abritait l'ancienne écurie et sa construction est contemporaine de celle du manoir. Au contraire, la demeure située au nord a été construite au cours de la seconde moitié du 19e siècle et a vraisemblablement complété l'ancien manoir. Cette partie était probablement plus confortable que le bâtiment ancien. La construction du logis de cet ancien manoir peut remonter à la charnière des 16 et 17e siècles. La forme des baies ainsi que la présence d'une tour d'escalier carrée abritant une vis en bois témoignent, entre autres, de cette époque de construction. De plus, des meurtrières se trouvent dans l'échauguette ainsi que dans la tour d'escalier ; il s'agit de meurtrières destinées à des armes telles que l'arquebuse. La présence de ces meurtrières sur la tour d'escalier nous donne peut être une indication sur l'époque de construction du manoir. En effet, ce genre d'équipements était fréquent sur les bâtiments construits à la charnière des 16e et 17e siècles, époque de conflits liés aux guerres de Religion, entre catholiques et protestants. Par ailleurs, Jules Louail, dans son ouvrage de la fin du 19e siècle sur la commune d'Orgères, mentionne un seigneur de Vezin dans les années 1570, connu pour sa haine des protestants. C'est peut-être à ce seigneur que nous devons la construction du manoir. A l'origine, le rez-de-chaussée était composé de deux pièces à feu (au sud) et d'un cellier (au nord). Une porte, située en façade est et donnant sur la cour postérieure actuelle, desservait la pièce principale, située au sud. Par ailleurs, l'escalier en vis en bois, situé dans la tour d'escalier de la façade est, desservait l'étage. Une porte extérieure existe sur cette tour, ce qui permettait d'accéder à l'étage, sans avoir à traverser les pièces du rez-de-chaussée ; les deux niveaux disposaient donc d'une distribution indépendante. La tour d'escalier est divisé en deux parties, la partie sud abrite une vis en bois avec un noyau d'un seul tenant du rez-de-chaussée au comble ; la partie nord abritait un évier au rez-de-chaussée, des latrines au premier étage (la fosse donne d'ailleurs près de l'évier du rez-de-chaussée) et une petite chambre au second étage. Au premier étage, le palier de l'escalier donne sur deux portes, qui desservaient originellement les deux chambres de l'étage ; une cheminée existait en effet sur chaque pignon du bâtiment. Toutefois, l'étage a été transformé, vraisemblablement au moment de la construction de la demeure située au nord, avec laquelle la chambre du nord communiquait par une porte aujourd'hui murée. Des cloisons en bois ont été ajoutées à l'étage afin de créer un nombre de pièces supérieur (4) à celui d'origine (2). De plus, un couloir a également été crée, le long de la façade est, afin de desservir ces pièces. Le bâtiment a donc subi des transformations au cours de la seconde moitié du 19e siècle, probablement à l'époque de construction du nouveau bâtiment au nord. Ainsi, la toiture, dont la pente devait être beaucoup plus forte à l'origine, a été remaniée, la charpente témoigne d'ailleurs de cette transformation. Le pignon sud a été remonté car, d'après la tradition orale, il s'était écroulé. Par ailleurs, il semble que la façade d'origine ait été la façade est (présence d'une porte murée sur cette façade) et non la façade ouest comme aujourd'hui. Cette inversion de façade pourrait dater de la seconde moitié du 19e siècle, à l'époque de construction de la nouvelle demeure, située au nord. Ainsi, cette nouvelle construction impliquait une nouvelle distribution des lieux car, l'ancien manoir était devenu une ferme. L'accès à l'ancien manoir par la façade ouest permettait donc aux propriétaires du lieu et aux fermiers de disposer de deux entrées indépendantes, respectivement à l'est et à l'ouest. Avant que ce bâtiment ne soit séparé de la demeure située au nord, ils ne formaient qu'une seule et même propriété appartenant à l'évêché. C'est l'évêché qui a vendu la propriété en deux lots différents. A la fin du 19e siècle, les fermiers du lieu étaient les Lemonnier.
Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle

La maçonnerie de ce bâtiment est composée de moellon de schiste pourpre ; le toit à longs pans est quant à lui couvert d'ardoise. Les encadrements des baies de la façade ouest sont réalisés en pierre de schiste pourpre et en pierre calcaire. Les fenêtres du rez-de-chaussée ont conservé leurs grilles. A l'est, en façade postérieure, se situe une tour de plan quadrangulaire contenant l'escalier en vis en bois, qui dessert l'étage. Par ailleurs, une échauguette se trouve à l'angle nord-ouest de la construction. Elle communique avec la chambre de l'étage, située au nord de la construction. Son toit en poivrière est surmonté d'un épi de faîtage. Au nord de ce bâtiment, se trouve une demeure dont la construction est plus récente, ainsi qu'un parc. A l'ouest du manoir, la cour est fermée par une dépendance construite en terre et couverte d'un toit à croupes en ardoise ainsi que par une autre dépendance construite en moellon de schiste au nord-ouest.

Murs schiste
terre
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
pignon couvert
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour
Typologies ancienne cour fermée, tour d'escalier antérieure, bouches à feu

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
HYPOE éclaté
MURS1 schiste ; moellon ; terre
SCLE1 16e siècle ; 17e siècle
IAUT unicum
ICHR unicum
IESP typicum région ou pays
ICONTX intégré
SEL sélection possible
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables escalier, échauguette, escalier, portail

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 530 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • LOUAIL, Jules. Esquisse sur le pays d'Orgères. 1892.