Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à eau dit "Moulin de l’Évêque" (Minihy-Tréguier)

Dossier IA22133408 inclus dans Les moulins à eau du Guindy (Minihy-Tréguier et Plouguiel) réalisé en 2018

Alimenté par le Guindy via un bief, le "Moulin de l’Évêque" appartenait au "seigneur évêque" de Tréguier avant la Révolution d'où son toponyme. En breton, il est appelé "Milin Lescop". Le pont-aqueduc qui le surplombe a été aménagé au début du 17e siècle afin d'alimenter en eau la ville de Tréguier depuis une source située à Plouguiel. Le "plan de la pompe de Tréguier" réalisé en 1610 par Charles Symon et conservé aux archives municipales de Tréguier fait figurer l’ouvrage d’art et le "Moulin de l’Évêque" avec sa roue.

Le cadastre de 1835 nous montre quatre bâtiments tous situés au sud du pont-aqueduc. Le moulin figurant sur le plan du 17e siècle et sur le cadastre semble avoir disparu des photographies du début du 20e siècle.

Anne Allanet, grand-mère maternelle d’Anatole Le Braz, est née le 14 mai 1782 au "Moulin de l’Évêque" de l’union de Guillaume Allanet et de Marie Allanet née Trémel. Dans la préface de L’Essai historique sur Tréguier d’Adolphe Guillou1, Anatole Le Braz écrit : "Par elle je descends d'un meunier d'évêque, et je n'en suis pas médiocrement fier. Il n'y a pas d'exemple qu'un meunier, d’où qu'il fût, ait jamais passé pour sot : que dire du mien, qui était du Minihy-Ploulantréguier, et qui moulait pour les successeurs de saint Tudual ! Il paraît que Mgr [monseigneur] Le Mintier lui faisait volontiers visite. Il arriva un beau soir, au moment où l'un des garçons meuniers s'apprêtait à rendre l'âme pour s'être trop bourré de crêpes.

- Plantez-le jusqu'au cou dans le fumier chaud, conseilla l'évêque. Demain il sera en état de recommencer.

Le prélat sauva ainsi une de ses ouailles. C'était un homme de ressource. Sa mémoire resta toujours en vénération dans ma famille."

Le pont du Guindy situé sur le chemin d’intérêt n° 33 a été détruit par une crue survenue le 9 octobre 1880. A cette époque, la vallée du Guindy abrite : "trois minoteries importantes : celle de monsieur Talibart, de madame veuve Balcou et de Pezron, la tannerie de monsieur Balcou, les usines à lin si considérables de Kerouzy et du moulin de l’Evêque, six buanderies, les vollages du Guindy composé d’environ 40 feux"2. Près du pont-aqueduc aqueduc étaient déchargés par bateau des engrais marins.

Le 12 mai 1881, le logis du moulin habité par le couple Menguy, teilleurs de lin et locataire et la maison louée par Guichet, curé de Tréguier ont été ravagés par un incendie accidentel.

Le recensement de population de 1906 mentionne deux ménages au Moulin de l’Évêque :

- Marie-Yvonne Prigent, "commerçante" âgée de 66 ans et ses six enfants, tous teilleurs de lin : Jean François (33 ans), Jean-Marie (32 ans), Anastasie (31 ans), Jeanne-Marie (28 ans), Anne Marie (21 ans), Yves (24 ans), François Kerneau, le gendre âgé de 29 ans et François Kerneau, ouvrier teilleur de 29 ans.

- Bonaventure Trégoat, cultivateur de 48 ans et son épouse Catherine Salpin âgée de 52 ans.

En 1974, le moulin à usage de teillage appartenait à Pierre Le Corre.

1Aimablement communiquée par Michel Le Henaff de Tréguier.2Journal de Tréguier, octobre 1880, Archives Départementales des Côtes d'Armor, extrait communiqué par Michel Le Henaff de Tréguier.
Destinationsmaison
Dénominationsmoulin, logis, dépendance, remise
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Minihy-Tréguier
Lieu-dit : Le Guindy
Période(s)Principale : Temps modernes
Secondaire : Epoque contemporaine, 19e siècle, 20e siècle
Mursgranite moellon
schiste moellon
maçonnerie
Toitardoise
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Les moulins à eau du Guindy selon les états de section du cadastre de Minihy-Tréguier, 1835

    Le "Moulin de Troguindy" (parcelle n° n° 24) appartient à « Picot de Bois de Feuillet à Châtelaudren » puis à Jean Peron à Tréguier.

    Le "Moulin de Keralio brûlé" (parcelle n° n° 11) appartient à "Le Disès de Pen an Run femme" mais il est exploité en convenant nommé "Convenant Keralio" par Joseph Peron désigné comme "colon".

    Le "Moulin du Pont" (parcelle n° n° 3) appartient à "Pierre Even, veuve" au Moulin du Pont.

    Selon les états de section du cadastre, "Milin ar Pont" (parcelle n° n° 75) appartient en 1835 à Yves Balcou de Tréguier.

    Selon les états de section du cadastre, le "Moulin L’évêque" appartient en 1835 à "Ryolay, veuve" à Lannion (parcelles n° 46, 47 et 49). Les parcelles sont désignées comme "pâture" (n° 48), "lande" (n° 50), "labour" (n° 51). Ces deux dernières appartiennent à Adolphe de Roquefeuil qui habite au château du Bilo. "Siyet bras" (parcelle n° 37) appartient en 1835 à Adolphe de Roquefeuil qui habite au château du Bilo. Exploitée en convenant par Charmes Derrien, "Siyet bian" appartient à "Delaboissière femme".

    (Guillaume Lécuillier, 2019).

  • Description du village du Guindy à l’occasion de la destruction du pont par les eaux le 9 octobre 1880 et d’une pétition des habitants de Tréguier, Plouguiel et Minihy-Tréguier pour le rétablissement d’un pont (Journal de Tréguier, octobre 1880, Archives Départementales des Côtes d'Armor, extrait communiqué par Michel Le Henaff de Tréguier)

    "Trois minoteries importantes, celle de M[onsieur] Talibart, de madame veuve Balcou et de Pezron, la tannerie de M[onsieur] Balcou, les usines à lin si considérables de Kerouzy et du moulin de l’Evêque, six buanderies, les villages du Guindy composé d’environ 40 feux se trouvent par suite de la rupture du pont complètement isolés de toutes communications.

    En outre, les nombreux dépôt d’engrais marins qui se faisaient près de l’aqueduc ne peuvent désormais être levés pour la culture".

    [...]

  • L'incendie du Moulin de l'Évêque à Minihy-Tréguier (Journal de Tréguier, mai 1881, Archives Départementales des Côtes d'Armor, extrait communiqué par Michel Le Henaff de Tréguier)

    "Minihy-Tréguier. Le 12 de ce mois [mai 1881], vers midi, un incendie a éclaté à l’étage de la maison habitée par les époux Menguy, Jean-Marie, teilleurs de lin, locataires du moulin de l’évêque, en la commune de Minihy-Tréguier, en leur absence.

    Ils éprouvent une perte approximative de 1800 Fr. [Francs] pour 225 kilos de lin, d’une valeur de 270 Fr., 320 Fr. en billets de banque et argent, et leur mobilier qui a été détruit moins un lit et une table.

    La maison louée par M. Guichet, curé de Tréguier a été complètement détruite. La perte s’élève à une somme approximative de 1500 Fr. et est couverte par la Compagnie d’assurance Le Phénix ainsi que le mobilier des époux Menguy.

    On croit qu’un vice de construction aurait occasionné la perte de l’immeuble et des objets qu’il contenait."