Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à marée du Hénan, Moulin Mer (Névez)

Dossier IA29131006 réalisé en 2017

Fiche

  • Façade aval
    Façade aval
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • digue
    • étang
    • maison

Dossiers de synthèse

Précision dénomination moulin à marée
Parties constituantes non étudiées digue, étang, maison
Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Bretagne - Concarneau
Hydrographies L'aven
Adresse Commune : Névez
Lieu-dit : Moulin Mer

On trouve la mention du moulin du Hénan pour la première fois en 1465 lors de son affermage pour la somme de sept livres cinq soulz. Il date sans doute de la même époque de construction que le manoir du Hénan, attribué à la famille de Cornouaille et qui remonte au moins à 1426. Il est très probable que les pierres qui le constituent proviennent de la carrière située à Kerrochet, un kilomètre en aval sur la rivière.

Par la suite le moulin est mentionné dans divers documents, notamment dans un aveu au Roi datant du 15 septembre 1572 où il fait partie d'un héritage de la famille Guer qui succède à la famille de Cornouaille : « le manoir du Heznant avec les maisons, courtille, jardin, moullins à mer... ». Le moulin passe ensuite dans les mains de la famille de la Pierre avant d'être à nouveau mentionné le 4 novembre 1773 dans l'héritage de la famille Euznou de Kersalaün dans un aveu au Roi.

Lors de la Révolution, les biens de M. Evenou de Kersalaun sont vendus comme biens nationaux. Ainsi, le 15 thermidor an IV (2 août 1796), Pierre Decourbe, commissaire du Directoire exécutif résidant à Pont-Aven achète « le moulin à mer, avec la maison dite le grenier située au midi du moulin, évalué à 284 Fr de revenu et 4218 Fr de capital »

Le 30 août 1809, le moulin est vendu par la famille Decourbe à Madame de Bruillac, également propriétaire du manoir du Hénan.

Enfin le 25 février 1972 la famille Deminuid Treuille de Beaulieu vend le moulin au Conseil Général du Finistère, et c'est la commune de Nevez qui se voit chargée de sa gestion. Suite à cette acquisition la toiture et la charpente sont rénovées dans les années 1980. En 1998 commence une série de travaux conséquents sous la direction de l'architecte Joëlle Furic : les maçonneries du moulin et les coursiers de la digues sont restaurés en 1998, la porte mer en 2011. Parallèlement à ces travaux, le chenal est désenvasé en 2010. Un mécanisme de meunerie est également installé et en 2016 le moulin produit de la farine au cours d'une fête locale. Aujourd'hui (2017), il est prévu un projet de rénovation de la toiture et de la charpente.

Période(s) Principale : 15e siècle, 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle, 21e siècle

Le moulin du Hénan se situe entre l'embouchure de la ria de l'Aven et l'étang du Hénant. Il est placé au milieu d'une courte digue rectiligne, qu'il flanque en aval. Selon Jean-Paul Leclerc, dont la notice datant de 1973 sur le moulin du Hénan est disponible dans le fonds documentaire conservé à la DRAC Bretagne, cette digue repose sur deux rangées de longues dalles de granites formant boutisses pour prévenir de l'enfoncement dans la vase. Deux pans de pierres de tailles semblables à celles utilisées pour le moulin maintiennent un remplissage de terre et de moellons. Les coursiers et la porte mer sont franchis par des dalles de granit et ont été restaurés respectivement en 1998 et 2011. Selon le rapport de la faculté de Droit et de Sciences économiques de Brest sur les micro-centrales marémotrices sur le littoral breton (1983), l'étang se remplit à partir d'un coefficient de 70. Tout laisse à penser que le moulin et la digue sont d'origine, les parapets sont quant à eux des éléments ajoutés plus récemment.

A une cinquantaine de mètres se situe un magasin à blé qui date de la période révolutionnaire, accolé à la maison du meunier. L'aire à grain se trouvait au rez de chaussée. Sur le pignon nord, on remarque une fenêtre dont l'ébrasement du mur est réalisé en biais pour dégager une vue vers le moulin et la ria. Le bâtiment est aussi marqué par l'escalier extérieur qui constitue une disposition plutôt rare pour la région. Enfin, autre élément significatif, une fenêtre d'angle du pignon sud se dirige vers la route qui vient du manoir. Cette orientation particulière pourrait s'expliquer par un approvisionnement en grain par cette route.

Le moulin de plan rectangulaire, comporte un rez-de-chaussée accessible depuis la digue et un sous-sol qui accueillait une partie du mécanisme de meunerie. Les solives du plancher du rez-de-chaussée étaient encastrées dans la maçonneries dans des réservations qui sont encore visibles.

Le moulin est épaulé de quatre contreforts afin de prévenir de son enfoncement. Un de ces arc-boutants se trouve sur le pignon sud et est évidé pour permettre le bon écoulement du coursier, les trois autres sont présents sur la façade aval. Ils alternent avec des poternes qui permettent de diminuer la pression intérieure de l'eau sur les murs et qui permettent aussi probablement de faire passer des pièces pour entretenir les mécanismes. Les murs sont constitués de pierres de tailles de granit assez longues qui font écho au patrimoine de pierre debout de la région et à la concentration de carrières de pierre.

Comme pour le moulin du Minaouët à Tregunc, des témoignages locaux et des éléments du bâtiments laissent penser que les planchers auraient été conçu comme des planchers « flottants » au sens premier du terme, c'est à dire qu'ils pouvaient se soulever avec la marée. Si Maurice Damas, pionnier des recherches dans ce domaine, donne crédit à cette hypothèse, J-L. Boithias et A. de La Verne, également spécialistes du sujet émettent certaines réserves. D'après eux, une « telle imprévoyance » de la part du meunier est « difficilement crédible quand on connaît la disposition d'esprit de ces « ouvriers de la mer » qu'étaient les meuniers veillant au « grain » ».

Le bâtiment est surmonté d'un toit à croupe se terminant par un coyau (changement d'angle de la toiture) et qui présente une lucarne rampante au dessus de la porte d'entrée en façade amont. La charpente comporte encore d'anciennes pièces mais a beaucoup été remaniée et la structure initiale n'est plus visible.

La façade amont compte également une corniche formée d'un cavet, dont une partie a disparu. La porte d'entrée assez basse (environ 1,60m) présente un linteau et des piédroits chanfreinés.

La façade sud et la façade aval accueillent chacune un fenestron.

Murs granite pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol
Couvrements
Couvertures croupe
Escaliers
Énergies énergie hydraulique produite sur place

Typologies moulin à marée
États conservations restauré

La Bretagne compte une forte concentration de moulins à marée, il s'agit pourtant d'un patrimoine méconnu. Le moulin du Hénan constitue donc un témoignage de cette histoire collective. Outre le fait qu'il soit indéniablement un bel édifice, sa construction en longues pierres de taille fait aussi de lui un représentant du patrimoine de la région de Névez.

Les efforts menés depuis longtemps pour sa restauration font de lui l'un des moulins à marée du Finistère les mieux conservés.

Statut de la propriété propriété publique, Propriété du Conseil Général du Finistère, géré par la commune de Névez.
Sites de protection site inscrit
Précisions sur la protection

Le moulin à marée du Hénan n’est pas protégé au titre des Monuments Historiques mais les parcelles n° 114 à 122, section C, dont il fait partie ont été inscrites au titre des Sites des Rives de l’Aven le 23 février 1953.

Annexes

  • Annexe 1 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Plan de toiture
  • Annexe 2 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Plan de rez-de-chaussée

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_02

  • Annexe 3 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Plan de sous-sol

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_03

  • Annexe 4 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Façade Ouest, la porte doit être modifiée conformément à ce dessin

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_04

  • Annexe 5 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Façade Est

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_05

  • Annexe 6 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Façade Nord

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_06

  • Annexe 7 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Façade Sud

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_07

  • Annexe 8 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Coupe longitudinale

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_08

  • Annexe 9 : Plans APD Joëlle Furic (2014), Coupe transversale

    http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA29131006_09

Références documentaires

Bibliographie
  • BOITHIAS, J.-L., VERNHE, A. De la. Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs. Nonette : éditions Créer, 1989.

  • DAUMAS, Maurice, L'archéologie industrielle en France, Paris : Ed. Robert Laffont, Coll. Les hommes et l'histoire, 1980, 486p

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) GRIEF EA7465 - ENSAB - Nadolski Claire
Claire Nadolski

Chargée d'étude (GRIEF EA7465 - ENSAB)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.