Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à marée du Plessis, puis minoterie, 8 rue de Pen Mané (Lanester)

Dossier IA56007229 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination moulin à marée
Parties constituantes non étudiées digue, étang
Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Bretagne - Lanester
Adresse Commune : Lanester
Adresse : 8 rue de Pen Mané

Aujourd'hui la minoterie du Plessis a complètement disparu et un bâtiment de logements collectifs à été construit sur son emplacement. Seul son soubassement et des traces de remaniements dans la digue témoignent de son passé marémoteur.

Avant d'être la minoterie dont il reste quelques images, il existait à cet emplacement un moulin de type artisanal. On lui prête des origines remontant au XIVe siècle, mais pour cette étude, la plus ancienne trace avérée date de 1782 et se trouve dans un aveu au Roi déposé par maître Joseph Le Fur, procureur du Seigneur de Kervilio du moulin à mer du Plessis Riou. Cet aveu a notamment été relevé dans l'inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 par l'archiviste M. Rosenzweig.

Le moulin du Plessis dans sa dimension « artisanale» est visible sur la carte de Cassini réalisé entre 1750 et 1815 et un dessin aquarellé conservé aux archives du service de la défense de Lorient daté de 1830 permet de se figurer comment était le bâtiment.

En 1912, un rapport des Ponts et Chaussées concernant les travaux à effectuer sur la digue, rapporte que le moulin appartient à M. Dupuis qui l'a acquis de M. Guilloteaux et qui était antérieurement la propriété « d'un sieur Jehanno » en 1829. Il est également écrit que « Les ouvrages d'art actuels de la digue, vannage, moteur, vannage des eaux d'entrée dans l'étang ont été construits en 1854 et 1867 lorsqu'on a remplacé les roues de l'ancien moulin par des turbines » (AD Morbihan. 4S 769).

En 1933 la minoterie du Plessis est détruite partiellement par un incendie. Sa reconstruction est l'occasion de l'équiper d'un moteur électrique. Le bâtiment sera à nouveau endommagé durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans les années 1960 le bâtiment sera reconstruit pour créer une usine de confection puis à nouveau remanié pour accueillir des logements en 1968.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle, 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle , (?) , (détruit)

Le cadastre de 1818 nous informe que le moulin se situait au milieu de la digue, comme la minoterie qui lui a succédé. Sur le dessin de 1830 on remarque une bâtisse qui semble être située juste derrière. Il s'agit probablement de la maison du meunier, d'autant plus que le moulin n'a pas de cheminée, mais son implantation est assez inhabituelle, celle-ci se trouvant généralement à côté dans le prolongement du moulin ou carrément à l'écart.

Le dessin de 1830 nous informe que le moulin originel possédait deux roues extérieures verticales. Organisé selon un plan rectangulaire se rapprochant du carré, il ne semble pas avoir d'éperon pour empêcher l'enfoncement dans la vase mais présente seulement un fruit sur son mur aval.

Le moulin est surmonté d'un toit à croupe en ardoise et comporte une lucarne, ce qui rappelle effectivement les vieux moulins d'abbaye comme le Moulin de Mol Kerjan à Trébabu, le Moulin du Lindin, le Moulin de Pen Castel. Sa façade aval et sa façade ouest comptent chacune un petit fenestron.

Les anciennes photographies de la minoterie du Plessis permettent d'observer que la façade aval s'organisait symétriquement autour d'une partie centrale surmontée d'un fronton. Cette partie comptait trois travées et les parties sur les côtés en comptaient quatre. Avant de s'équiper d'un moteur la minoterie comptait deux roues latérales à large aubage.

Aujourd'hui le soubassement du moulin en pierre de taille est encore présent. On distingue la section de la partie centrale, légèrement avancée, et les coursiers des roues se devinent encore : le coursier Ouest est muré tandis que le coursier Est est encore libre.

Élévations extérieures élévation ordonnancée
Énergies énergie hydraulique produite sur place roue hydraulique verticale
énergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
Typologies moulin à marée
États conservations vestiges

La Bretagne compte une forte concentration de moulins à marée, il s'agit pourtant d'un patrimoine méconnu. Les restes de la minoterie du Plessis constituent donc un témoignage de cette histoire collective.

S'il ne reste plus grand chose du moulin, le fait que des logements aient été construits sur sa base peut susciter davantage un intérêt pour son histoire. En effet il ne s'agit pas de ruines difficilement localisables mais au contraire un lieu de passage pour la commune de Lanester, il pourrait donc y avoir une pédagogie mise en place à propos de l'histoire de ce lieu. Par ailleurs sa fin d'activité assez récente peut encourager des recherches plus approfondies sur son histoire.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Morbihan. 4S 769 Réparation des ouvrages de la chaussée du moulin du Plessis, 1917

    Archives départementales du Morbihan : 4S 769
  • AD Morbihan B2668 Registre des dépôts 1775

    Archives départementales du Morbihan : B2668
  • AD Morbihan, Archives civiles série B, 1877

    Archives départementales du Morbihan
Bibliographie
  • BOITHIAS, J.-L., VERNHE, A. De la. Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs. Nonette : éditions Créer, 1989.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) GRIEF EA7465 - ENSAB - Nadolski Claire
Claire Nadolski

Chargée d'étude (GRIEF EA7465 - ENSAB)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.