Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à marée : Milin Vor, voie n° 3 Traou Bihan, la Pointe Coatmer (Lézardrieux)

Dossier IA22014302 réalisé en 2009

Fiche

Appellations Milin Vor
Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
Adresse Commune : Lézardrieux
Lieu-dit : (Près de) Pointe Coatmer
Adresse : voie n° 3 Traou Bihan
Cadastre : 1827 B 791-506-507 ; 1983 B1 212 ; B 494 ; B 499

Le Moulin à marée 'Milin Vor', encore appelé 'Moulin à Mer', sur le cadastre napoléonien, est daté du 1er quart du 19ème siècle, mais pourrait être plus ancien. Sur le cadastre de 1827, la maison du meunier est en B 2ème feuille 791, en amont de l'étang, le moulin en B 506 et la chaussée en B 507. Sur le cadastre de 1983, la chaussée du moulin est cadastrée en B 499 et l'étang en B 494. Le moulin lui même est cadastré en B 212. Il semble que le logement du meunier ait déplacé plus tard, à proximité de la chaussée. L'élévation Nord du logis du meunier est daté de 1862. La partie enfermant le mécanisme du moulin ainsi que la grande digue sont antérieurs à cette date. Le moulin a encore fonctionné quelques années après la seconde guerre mondiale, avant d'être abandonné. Le bâtiment (ancien logis, continu à la chaussée) a continué à se dégrader depuis l'état des lieux et l'inventaire de 1977. Le système moteur, la vanne, la roue motrice et tous les mécanismes de transmission et de mouture ont disparu. Il existait à l'angle de l'élévation Est, sur le contrefort, une statue, représentant la Vierge à l'Enfant, datée du 17ème siècle. Cette statue en mauvais état, haute de 80 cm, avec la tête de la Vierge, décapée par un coup de foudre, a aujourd'hui disparu.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle

Le Moulin Mer ('Milin Vor') est situé sur la rive gauche du Trieux. La digue barre un petit rentrant latéral orienté obliquement Sud-Ouest-Nord-Ouest par rapport à l'axe de la rivière. L'étang est au fond d'une petite vallée, découpée dans un paysage par ailleurs peu accentué. Il est délimité au Sud par une pointe rocheuse, dénommée sur l'ancien cadastre 'le bec du moulin à mer', où a été édifié un fanal (Coatmer aval). La vasière s'étend sur 400 mètres entre la digue et le lit du Trieux. Elle sert aujourd'hui de mouillage pour des chalands ostréicoles. L'étang est de grande superficie, environ 2000 m2 ; il a servi dans les années 1970-80 de bassin d'élevage piscicole. Il était toujours à flot. L'eau s'écoulait cependant par l'ancienne porte d'admission, alors que l'eau du ruisseau, qui débouchait dans l'étang, a été canalisée. Elle est toujours évacuée par une buse en ciment qui traverse un terre-plein de moellons accolé au Nord du soubassement du moulin. A l'extrémité Ouest de l'étang, un barrage de pierres a été construit, destiné vraisemblablement à diminuer le longueur de l'étang et à éviter l'envasement. En amont, se trouve, à la place d'un ancien bassin de rouissage, une zone marécageuse. Le versant Sud est couvert d'un bois de feuillus, qui laissent place à des pins au sommet et en aval de l'étang. Le moulin est aujourd'hui à l'état de vestiges, à l'extrémité Nord de la digue. Il était relié à la berge par l'ancien logis qui lui était accoté. Lors de l'inventaire de 1977, le moulin n'avait que sa charpente et sa toiture détruites, les murs étaient encore debout. Le moulin avait un plan sensiblement carré. Il était encadré de l'ancien logis, formé de deux corps de bâtiments accolés, l'un au Nord et l'autre à l'Ouest. Aujourd'hui, le moulin a été rasé et il ne reste que le soubassement. Il subsiste sur l'élévation Sud la poterne qui servait au passage de l'arbre de la roue et un contrefort en pierres de taille, ouvert à sa base pour l'écoulement de l'eau du coursier latéral. La maçonnerie est en appareil régulier, en moellons équarris de granite pour les fondations, la partie inférieure de l'élévation Sud et les digues. Elle est en appareil irrégulier en moellons de schiste et de granite pour les autres élévations. La charpente et la toiture sont détruites. De forme rectiligne, la chaussée est dans un état moyen. Elle a été récemment surélevée sur sa première partie aval et amont, au Nord, et la maçonnerie supérieure rejointoyée. Elle mesure 110 mètres de longueur et 11 mètres de largeur, avec une hauteur décroissante vers les deux extrémités (face aval). Elle est construite en moellons de granite, sans mortier sauf pour la partie Nord. Le système d'admission et de retenue est situé parallèlement au coursier, le long de l'élévation Sud du moulin. Une grande porte en bois (porte à mer à volet), à ouverture verticale, est encore en place sur la face aval. La digue représente le dernier ouvrage, qui témoigne de la présence d'un ancien moulin à marée.

Murs granite
schiste
moellon
pierre de taille
Énergies énergie hydraulique
États conservations vestiges, inégal suivant les parties, mauvais état
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Historique et descriptif du Moulin mer

    AD 22 1 Q, 2ème origine, carton 74, liasse n° 6.

    Le Moulin Mer a été vendu comme bien national le 16 messidor an IV. Les procès verbaux d'expertise et de vente décrivent ainsi les biens affectés au moulin :

    Deux moulins, champs et prairies en dépendant, appelés moulin à mer et à eau situés en la commune de Lézardrieux sur le bord de mer. Le premier construit en maçonnerie et en forme de pavillon ayant la longueur en chaque façade extérieurement prise de 21 pieds et demi sur 16 de hauteur, renforcé vers la grève au coin du levant au midy d'un arc boutant en taille, le dit moulin superficié de quatre pans de couverture en ardoises. L'étang à mer au couchant du moulin avec sa chaussée ayant en longueur 14 cordes et de largeur une corde et quart, une porte à mer et un canal de décharge sur le dit moulin.

    La maison servant d'habitation au meunier ayant 42 pieds de longueur sur 13 et demi de largeur et 10 de hauteur couverte en chaume, une étable, une fontaine, un four, cour et autres bâtiments en dépendant, un verger, des pièces de terre formant 14 journaux et demi.

    Le moulin à mer et celui du Prostern, qui appartenaient à Jean Charles Marie Fleuriot de Langle, ont été vendus à Pierre Le Quellec.

  • Extrait d'après les recherches de Nicole Chouteau : Dépendant du château de Coatmen, le moulin mer fut reconstruit en 1862. Il avait été acquis comme le château par le seigneur de Kermarquer. Un document daté de 1774, décrit la 'rade de Coatmen' et son port, 'situé au bas de la rivière du Trieux, entre la pointe de Lézardrieux et celle de Bodic. Il y a là une lieue et demie de long. Il y a du côté de l'Ouest un enfoncement qui forme un bassin considérable dont le fond est de vase et qui est fermé actuellement par la chaussée du moulin de Coatmen. Les côtes de l'Est de ce port sont nommées le Vieux Chastel.

  • 20092206000NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/35, Numplan 4.

    20092206583NUCB : Collection particulière

    20092206046NUCB : Mairie de Lézardrieux

    20092206060NUCA : Collection particulière

    20092206048NUCB : Collection particulière

    20092206047NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD 22. 1 Q, 2ème origine, carton 74, Lézardrieux, liasse n° 6. Moulin mer et moulin à eau de Lézardrieux.

Documents figurés
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/35, plans cadastraux parcellaires de 1827.

Bibliographie
  • BOITHIAS, J.L. ; LA VERNHE (DE), A. Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral. Nonette : Editions Créer, 1980.

  • CHOUTEAU, Nicole. Les places fortes du Trieux : de Bréhat à Pontrieux. Société d'Emulation des Côtes-du-Nord Saint-Brieuc, 1978, n°107.

    p.