Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à papier, puis à farine, Kermeur (Tonquédec)

Dossier IA22132184 réalisé en 2014
AppellationsMilin Paper
Dénominationsmoulin à papier, moulin à farine
Aire d'étude et cantonBretagne
HydrographiesLéguer
AdresseCommune : Tonquédec
Lieu-dit : Milin Paper Kermeur
Cadastre : 1835 B2 873, 874, 897, 898, 899

Dès 1648, les registres paroissiaux mentionnent de nombreux patronymes de familles papetières à Tonquédec : les Gaunay, Rouxel, Josse, Guédon, Guénon...

Dans le dénombrement de biens du seigneur de Tonquédec, en 1682, il est indiqué que pour le bois de Kermeur et le moulin à papier de Tonquédec, celui-ci perçoit une rente de 60 livres et d'une rame de papier.

Il est difficile de savoir si le moulin de Kermeur existait et s'il fabriquait du papier à cette date, ou s'il s'agissait du moulin situé en contrebas du château de Tonquédec.

Yann-Ber Kemener donne 1750 comme date connue de départ d'activité de ce moulin à papier.

De 1753 à 1761,, le moulin à papier est exploité par Joseph Olivier Faudet et sa femme Jeanne Ruault. Ils versent n fermage de 246 livres aux enfants de Jacques Peton et Marguerite Guédon, propriétaires.

Le moulin de Kermeur figure dans l'enquête sur les papeteries de 1772. Il possède à cette époque une roue, une cuve et cinq piles à maillets. Il produit 2200 rames de papier d'écriture et d'emballage, qui transitent par le port de Morlaix vers la Hollande et le Portugal.

En 1816, 10 ouvriers travaillent à la fabrication de papier d'une valeur brute de 7200 F.

EN 1828; il ne reste plus que 2 ouvriers qui produisent 1200 rames de papier gris commun à 4F la rame, à partir de 13 tonnes de chiffons achetés 100 F. la tonne.

Selon le cadastre de 1835, la propriétaire du moulin, Marie-Yvonne Le Roi veuve Derrien, perçoit un revenu cadastral de 70F sur le moulin. Son fils, Pierre Marie Derrien, y est meunier.

Période(s)Principale : 2e quart 17e siècle , (?)
Principale : 3e quart 18e siècle , daté par source

Ce moulin à papier, puis à farine, est devenu une minoterie qui a fonctionné jusqu'en 2006. Les lieux ont été très remaniés par cette activité. La chronologie de construction est difficilement lisible.

Le bief du moulin est toujours en eau. Son seuil est également bien visible depuis le pont de Kerguiniou qui enjambe le Léguer. La roue a disparu dans les années 1950. La turbine a fonctionné jusqu'en 2006. Deux pierres de meules sont toujours présentes sur le site qui est un lieu de résidence.

Murspierre moellon
béton parpaing de béton
crépi
Toitardoise, tôle ondulée
Couvrements
Couvertures
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
États conservationsremanié
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Série5 Mi : registres paroissiaux et d'état-civil microfilmés : Tonquédec 5 Mi 589 1-3, 5 Mi 5901-5, 5Mi 591 1-3 (1512-1792) ; 5 Mi EC 1655 1-3, 5 Mi EC 1656 1-2 (1793-1858)

    Archives départementales des Côtes-d'Armor
Bibliographie
  • BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Contribution à l'histoire de la papeterie en France. [8], les Papeteries de la région de Morlaix depuis le XVIe siècle jusqu'au commencement du XIXe siècle. Editions de l'Industrie Papetière. Grenoble, 1941. 61p.; 23cm.

  • CHASSAIN, Maurice. Moulins de Bretagne. Keltia Graphics. Spézet, 1993.

  • KEMENER, Yann-Ber. Moulins à papier de Bretagne. Skol Vreizh. Morlaix, 1989. 84p. ISBN 2.903313-22-9

  • CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du Queffleuth. Saint-Thonan, 2015. 364 p. ISBN 978-2-9552574-0-1