Logo ={0} - Retour à l'accueil

Pêcheries sur la commune de Bréhat

Dossier IA22015714 réalisé en 2008

Fiche

Aires d'étudesCommunes littorales des Côtes-d'Armor
Dénominationsréservoir
AdresseCommune : Bréhat (île de)
Cadastre : Domaine Public Maritime

La toponymie locale permet de situer sur la carte certaines pêcheries : 'Beg ar Gored' désigne deux lieux distincts : 'la Pointe de la Pêcherie', à l'entrée de la Corderie, près de la cale Schmit et celle située au Nord-Est de l'île Béniguet, 'Roc'h ar Gored'. 'Toull ar Gored', sur la côte Est, face au Gardennou, révèle un muret. Les moines, installés dans les îles de l'archipel, avaient le privilège de gérer ces pêcheries, très nombreuses, depuis au moins le 5ème siècle, jusqu'à leur interdiction au 17ème puis au 18ème siècle. L'enquête de terrain a permis de repérer de nombreuses pêcheries, confirmées par les recherches de Marie-Yvane Daire et Loïc Langouët (C.e.R.A.A.) : Roc'h Verrien, dans l'anse de 'Ot ar Ouis', à l'Est de Bréhat (Île Nord), 'Beg ar Gored', au Sud-Ouest de la Corderie (illustration n° 10), Crec'h Allano, devant l'Île Séhéres, au Gardenno', la digue du Birlot (étang du Birlot), les deux barrages à l'Ouest et au Nord-Ouest de l'Île Béniguet, sept pêcheries autour de l'Île Lavret (Beg Ernot), trois pêcheries au Sud de Lavredic, une autre pêcherie au milieu de l'anse de la Corderie et la pêcherie de l'Île Verte. Une seule pêcherie a été étudiée : le pêcherie monastique de l'Île Verte (illustration n° 11). La datation des pêcheries de l'Île Lavret est comprise entre Le 5ème et le 7ème siècle et la pêcherie de l'île Verte du 15ème siècle (présence ces moines).

Période(s)Principale : 5e siècle
Principale : 6e siècle
Principale : 7e siècle
Principale : 12e siècle
Principale : 15e siècle

Les pêcheries repérées forment des barrages semi-continus entre deux rochers, barrent ou bordent et limitent une anse naturelle, une cuvette, pour pièger le poisson. Leur longueur et leur largeur sont différentes selon la topographie et la géomorphologie des lieux. Ces barrages de pierre, non maçonnés, peuvent mesurer entre 30 et 340 mètres de longueur et sont équipées d'un pertuis. Leur hauteur est également variable, mais ne dépasse pas 1, 50 mètre de hauteur.

Murspierre
Décompte des œuvres repérées 18
étudiée 1

Annexes

  • 20092211347NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211346NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211345NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211344NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211343NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211342NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211341NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211340NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

    20092211339NUCB : Centre Régional d'Archéologie d'Alet

Références documentaires

Bibliographie
  • DAIRE, Marie-Yvane ; LANGOUËT, Loïc. Les anciens pièges à poissons des côtes de Bretagne. Saint-Malo : Centre Régional d'Archéologie d'Alet (C.e. R.A.A. ; A.MA.R.A.I.), 2010.

    pp. 39-43
  • LEVASSEUR, Olivier. Les pêcheries sur les côtes septentrionales de Bretagne d'après les procès-verbaux d'inspection de François Le Masson du parc. In Les pêcheries de Bretagne ; archéologie des pêcheries d'estran, sous la direction de Daire, Maryvanne et Langouët, Loïc, Saint-Malo : Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 2008.

  • PRIGENT, Guy. Histoire et ethnologie des pêcheries entre Trieux et Arguenon, In pêcheries de Bretagne, archéologie et histoire des pêcheries d'estran, sous la direction de Marie-Yvane Daire et de Loic Langouët, Saint-Malo : Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 2008.