Logo ={0} - Retour à l'accueil

Pors Hir : Pors an heol (Plougrescant)

Dossier IA22012059 réalisé en 2008

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • digue
    • rampe d'accès
    • maison
AppellationsAl Keg , Pors aen heol
Parties constituantes non étudiéesdigue, rampe d'accès, maison
Dénominationsport
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor
AdresseCommune : Plougrescant
Lieu-dit : Pors Hir
Cadastre : Domaine Public Maritime

Pors Hir, encore appelé 'Pors an heol', le 'Port du Soleil' est avec Pors Scaff et le Castel, le port des marins pêcheurs et des plaisanciers de Plougrescant.

La toponymie maritime associée à ce port est très riche. Elle a été inventoriée dans les années 1960 par le chercheur universitaire de Brest, Alain Le Berre, associé à Abel Omnès.

Les informateurs de cette enquête étaient les marins pêcheurs Hyacinthe Lanthoën, Yves Gauter, René Le Calvez et Louis Rannou. Françoise-Marie Le Gonidec et Maï Cloarec ('Maï Kastell Meur') s'étaient jointes à cette recherche. Yves Le Coadou a été notre informateur privilégié pour cette nouvelle enquête. 'Al Keg' est la petite grève située à l'Ouest de Pors Hir. La pointe Nord-Ouest, le long de la digue actuelle, est appelée 'Karreg an heol'. Elle constitue la rive Ouest du passage du 'Priol'. 'Karreg Kreis Pors-Hir' est le rocher du milieu du port, face à la digue écroulée. 'Karreg Bleno' est une roche recouverte à marée haute, à l'entrée Est du port, qu'on laisse à tribord lorsqu'on arrive. Les rochers au Sud-Est de Pors Hir, vers la rivière de Tréguier sont : 'La Vieille' et 'Roc'h istr'. On peut aussi citer le 'rocher des nains'.

Les ouvrages portuaires de Pors Hir : la cale et le mur-digue ont été construits vers 1975-80. Le mur-digue a été reconstruit en 2007, suite aux violentes tempêtes. La seconde petite cale en béton a été construite à la fin du 20ème siècle.

Les habitations du site portuaire sont datées entre le 4e quart du 19e siècle et le 1er quart du 20e siècle, les façades et les couvertures de ces maisons ont été modifié à l'époque contemporaine.

De récentes découvertes archéologiques ont révélé la présence d'un four à sel à l'ouest de la micro falaise (vestiges).

De nouveaux aménagements ont été réalisés sur le site en 2014 : mobilier portuaire d'inspiration citadine (poteaux en métal et bancs en granit poli), aménagements paysagés, ganivelles et nouveaux cheminement piéton et voiture.

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle

Ce petit site portuaire comprend des éléments naturels (grève, thors, chaos granitiques) des éléments bâtis d'ouvrages maritimes (rampe d’accès, mur digue, cale) et un habitat domestique groupé de maisons traditionnelles enserrées entre ces rochers.

La rampe d’accès de Pors Hir est construite en béton, avec un vaigrage en ciment. Elle mesure 130 mètres de longueur, avec une déclivité de 20% sur les derniers 30 mètres et 4 mètres de largeur. Les murs de parement sont construits en moellons de granite. Le mur digue, situé perpendiculairement à la cale, suit le linéaire côtier le long de la route communale sur une centaine de mètres en direction de la micro-falaise et de la petite cale en béton. La falaise limoneuse est très érodée. On remarque les vestiges d'un mur de défense et le recul de la falaise par rapport à ce mur à cause de l'érosion marine (+ de 20 mètres).

Depuis la deuxième décade des années 2000, la falaise a reculé de plusieurs dizaines de mètres le sentier douanier a été déplacé.

Le site paysagé portuaire a été lourdement modifié en raison des aménagements et des équipements nouveaux, trottoir, parking, accès.

Mursgranite
béton
moellon
États conservationsbon état
Techniquesmaçonnerie

La réalisation des aménagements devrait respecter l'esprit des lieux.

Statut de la propriétépropriété de la commune, le site inclut du bâti privé
Intérêt de l'œuvresite archéologique
Sites de protectionsite, loi littoral
Précisions sur la protection

site inscrit

Annexes

  • Toponymie nautique de la côte de Plougrescant, 1969

    Alain Le Berre, attaché de recherche CNRS

    Enquête de Abel Omnès, diplômé d'études celtiques, sur la côte située entre la pointe du Château et le sillon du Talber, 1969, avec comme informateur privilégié Louis Rannou, patron-pêcheur de Beg ar Velin.

    Informateurs complémentaires : François-Marie Le Gonidec, marin-pêcheur au Roudour en Plougrescant, Yves Gauter et René Calvez, marins-pêcheurs à Plougrescant, Mai Cloarec, dit Mai Kastell-Meur.

    Les aspects géographiques, linguistiques, scientifiques et historiques de cette enquête ont bénéficié des conseils du Chanoine François Falc'hun et de Yann An Du (Yves Le Dû), professeurs de Celtique (UER des Lettres et Sciences sociales, Brest), de André Guilcher, professeur de Géographie et d'Océanographie (UER des Lettres et Sciences sociales, Brest), de Albert Lucas, directeur de l'UER des Sciences et de la Matière de la Mer, Brest, des professeurs Michel Glémarec et de Jean-Yves Monnat (UER Brest), de Louis Chauris, géologue, chargé de recherche au CNRS, de Jean-Pierre Pinot, professeur de Géographie (UER, Brest).

    La portion de côte située entre le plateau de la Méloine et Plougrescant fait partie de l'ancien évêché de Tréguier qui a été supprimé par le concordat de 1801, et dont le siège aurait été primitivement 'ar Geoded, le Coz Gueaudet, d'après la 'Vie des Saints de la Bretagne-Armorique' d'Albert Le Grand.

    Cette région est hérissée de multiples roches dangereuses :

    'Etre an Tréoger ha Kastell an Taro'

    Eman bepred an Anko' (bepred-palez)

    'Entre les Triagoz et le Château du Taureau

    La Mort est toujours présente'.

    Cependant, comme le signale la carte marine de 1837, levée par Beautemps-Beaupré, on y trouve 'l'excellent abri de l'anse de Perros et le refuge de Port-Blanc, précieux en cas de mauvais temps'.

    De la pointe du Château à l'Île Loaven

    Interprétation linguistique, à partir du nom porté sur la carte, de la dénomination locale et de la traduction française :

    - 'Roc'h Castel Meur', 'Ar C'hastell Meur' : 'Le Grand Château', grands rochers ressemblant aux ruines d'un château

    - Trois rochers ne couvrant jamais au sud-ouest de 'Roc'h Losquet', 'Ar C'hastell Meur Bihan' : 'le Petit Kastell Meur'

    - 'Ar C'hastell' : 'le Château' ('Château de Goule de Chien')

    - 'Beg Ar C'Hastell' : la Pointe du Château

    - 'Bosou Toull ar C'hastell : 'bosses de la Passe du Château' ('chenal de la Vache')

    - 'Ar Bos Bihan' : 'la Petite Bosse'

    - 'Ar Bos Gwenn' : 'la Bosse Blanche'

    - 'An Aradez' (sans nom sur la carte marine, cotée 1, 90 m) : 'l'Abbesse'

    - 'Ar Gazeg Vihan' : 'La Petite Jument'

    - 'Ar Men Du Bihan' : 'la Petite Pierre Noire'

    - 'Ar Gazeg Vras' : 'la Grande Jument' (Grandes Juments)

    - 'Ar Men Du Braz' : 'la Grande Pierre Noire'

    - 'Ar Men Garv' (sans nom sur la carte, cotée 1, 10 m) : 'la Pierre Traîtresse'

    - 'Ar Men Bras' : 'la Grande Pierre'

    - Deux têtes de roches à la partie ouest du plateau de la 'Grande Pierre' : 'An Ozac'hig Hag Wreg' : 'le Petit-Mari et sa Femme'

    - Roches à la partie sud du plateau de la Grande Pierre : 'Ar Boullouennou' : 'les roches (en forme de) boules'

    - 'Men Lem', 'Ar Men Lemm' : 'la Pierre Pointue'

    - 'Basse Men Lem', 'Bazenn Men Lemm' : 'Basse de Men-Lemm'

    - 'Ar C'hein Treut' (sans nom sur la carte, cotée 9, 70 m) : 'le Haut-Fond maigre'

    - 'Ar Garreg Vrein' (sans nom sur la carte, cotée 10 m) : 'la Roche Pourrie'

    - 'Men Kalc'hig Bihan' (sans nom sur la carte, cotée 1, 50 m) : 'Petite Pierre de Kalc'hig'

    - 'Men Kalc'hig Bras' (sans nom sur la carte, cotée 2 m) : 'Grande Pierre de Kalc'hig'

    - 'Roc'h Graou-Ouelen', 'Ar C'hraou Velen' : 'la Chaussée Jaune' (chaussée de galets jaunâtres)

    - 'Roc'h Losquet', 'Ar Garreg Losket' : 'le Rocher Brûlé'

    - 'Siminal ar C'houmonenn Su' : 'la Cheminée du plateau goémonneux du Sud' (ce plateau est au sud de la Grande Pierre, qui est elle-même recouverte de goémon).

    - 'Ar Men Glas' : 'la Pierre Verte'

    - Rocher ne couvrant jamais au nord de la pointe du Château, 'Karreg Sant Goneri' : 'le Rocher de saint Gonéry' (d'après la légende, c'est sur ce rocher qu'aurait débarqué saint Gonéry, patron de Plougrescant, en arrivant de Grande-Bretagne).

    - 'Port des Enfants' : 'Porz Bugale' : 'Port aux Enfants'

    - 'Ar Roch' Rous' : 'la Roche Rousse'

    - 'An Néo' : 'l'auge' (ar Ganeo), rocher le long de terre, à l'ouest de la Pierre du chenal.

    - 'Men ar Ganol' : 'Pierre du Chenal'

    - 'Roc'h Pleno' : 'Roche du Pleno'

    - 'Roc'h Serc'ha' : 'Roche la Neige'. La dénomination française est peut-être dérivée de l'Erc'h contenu dans la dénomination bretonne.

    - 'Men Cambe', 'Men Kamm' : 'Pierre de Travers'

    - 'Roc'h Caro', 'Roc'h ar C'havr' : 'Rocher de la Chèvre'.

Références documentaires

Bibliographie
  • LEBERRE, Alain, OMNES, Abel. Toponymie nautique de la côte nord de Bretagne entre le plateau de la Méloine et les Héaux de Bréhat. Paris : Imprimerie nationale, 1973.

  • LEVASSEUR, Olivier. Les usages de la mer dans le Trégor au 18e siècle. Rennes, thèse de 3ème cycle, (CRHISCO UPRES A-CNRS 6040), Centre de Recherches historiques sur les Sociétés et Cultures de l'Ouest, UHB, Rennes 2, juillet 2000.

Documents audio
  • LE COADOU, Yves. Témoignage oral sur la toponymie nautique de la côte de Plougrescant. Plougrescant : 29 juillet et 22 août 2008.

    Témoignage oral