Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Presbytère, 7 rue de Rennes (Cintré)

Dossier IA35132120 réalisé en 2017

Fiche

Construit au sud du bourg et non loin de l'église paroissiale, Le presbytère de Cintré a la particularité d'être implanté dans un grand parc paysager et d'être accompagné de plusieurs dépendances.

Parties constituantes non étudiées grange, lavoir, dépendance
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Rennes Métropole
Adresse Commune : Cintré
Adresse : 7 rue Rennes (de)

Le presbytère de Cintré est signalé lors de la levée du plan cadastral napoléonien de 1829 qui le représente entouré d'une douve et pourvu d'un vivier et d'un fournil (disparus). L'utilisation de la technique de l'adobe (briques façonnées en terre crue) pour l'édification des murs du presbytère et de la grange permet de dater ces deux bâtiment du 17e siècle. Le presbytère de Cintré aurait été remanié au 19e siècle et durant la seconde moitié du 20e siècle.

Période(s) Principale : 17e siècle
Secondaire : 19e siècle, 2e moitié 20e siècle

Le Presbytère de Cintré est situé dans un vaste parc paysager clôturé de murs. On y accédait autrefois par une longue allée.

Le bâtiment principal est accompagné de plusieurs dépendances : une grange construite selon la technique de l'adobe, une dépendance en pan de bois, un lavoir, une serre et une croix avec une niche à vierge.

Le presbytère est composé d'un rez-de-chaussée, d'un étage carré et d'un étage de comble. Les murs sont maçonnés en terre sur un solin en moellons de schiste et sont enduits au ciment. La façade antérieure est ordonnancée en trois travées régulières. A l'arrière du bâtiment est accolée une tourelle carrée en pan de bois percée d'un oculus. Le bâtiment principal est couvert d'un toit à croupes avec coyau percé de trois lucarnes jacobines et de deux souches de cheminée. La grange en bauge et ferme de tête en pan de bois présente une excroissance dans son mur sud qui a pu servir à abriter un pressoir

A l’intérieur du presbytère, les poutres de section importante et les solives sont toujours visibles, attestent de l'ancienneté de la construction, de même que la cheminée du mur est et la deuxième partie de l'escalier, entre le premier étage et le comble.

Murs schiste enduit
terre enduit
ciment
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage en surcroît
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée, élévation à travées
Couvertures croupe
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant
Énergies
Typologies plan en T renversé, adobe
États conservations bon état, remanié
Statut de la propriété propriété d'un établissement public intercommunal
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : 3 P 5311
  • Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : 3 P 5702 722

Liens web