Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la communauté de communes de Crozon

Dossier IA29005021 réalisé en 2011
Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique

Situation géographique :

Presqu'île située à l'extrémité ouest de la Bretagne, la communauté de communes de Crozon est composée de sept communes : Crozon, Camaret-sur-Mer, Roscanvel, Lanvéoc, Landévennec, Argol, Telgruc-sur-Mer. Elle s'étend sur 19 415 hectares bordés d'un linéaire côtier d'environ 130 kilomètres et comptait 16 697 habitants en 2006. Crozon est la commune la plus grande avec une superficie de 10 729 hectares. Du fait de sa situation géographique, entre la rade de Brest au nord et la baie de Douarnenez au sud, l'estuaire de l'Aulne à l'est et la mer d'Iroise à l'ouest, le territoire de la communauté de communes offre des aspects très variés. Paysages diversifiés et grandioses (dunes et plages, lagunes, îlots, grottes marines, falaises, landes, tourbières, boisements...), patrimoine géologique unique forment un ensemble géographique exceptionnel à l'échelle régionale, nationale, voire internationale.

Repères historiques : Sur le plan culturel, la presqu'île présente de multiples facettes du fait de son riche passé religieux, militaire et maritime. Les témoins matériels de ces différents domaines sont inégaux : certains sont ténus, d'autres omniprésents.

Le patrimoine archéologique Liés à la proximité du littorale, les ressources alimentaires et les gisements de galets de silex ont fourni les conditions nécessaires à l'implantation humaine, dès le Paléolithique inférieur. Malgré la rareté des témoins matériels, on peut imaginer une occupation continue des lieux jusqu'au Néolithique. En dépit des nombreuses destructions des 19e et 20e siècles, la presqu'île conserve d'importants vestiges mégalithiques dont les alignements de Lagatjar à Camaret sont les mieux conservés. D'autres ensembles complexes du Néolithique émaillaient le territoire tels ceux de Ty-ar-C'huré sur le Cap de la chèvre, de Raguenez ou de Landaoudec à Crozon dont la forme nous est connue grâce aux dessins réalisés au 19e siècle par Bachelot de la Pylaie et le Chevalier de Fréminville. La presqu'île se caractérise également par l'existence de plusieurs fortifications littorales établies à l'Age du Fer sur des îles ou des promontoires (pointes de Lostmarc'h, de Kerdra, de Dinan, de l'Ile Vierge et du Toulinguet). A l'époque gallo-romaine, la péninsule est habitée un peu partout (villa de La Boissière en Lanvéoc, nécropole de La Palue à Crozon), la voie Carhaix-Camaret passe par Châteaulin, Dinéault, Argol et Crozon. Des industries originales se mettent en place dont il subsiste quelques vestiges : four à chaux de Treuseulom sur les rives de l'Aulne maritime, cuves maçonnées destinées aux salaisons de poisson et à la fabrication de garum (jus de poisson), à proximité des plages de Pentrez, du Caon, de Morgat et dont on trouve d'autres exemples sur les rivages de la baie de Douarnenez.

L'époque médiévale

Le rayonnement de l'abbaye de Landévennec sur la presqu'île Au Moyen-Age, la majeure partie de la presqu'île appartient à l'abbaye de Landévennec. Cette fondation monastique de la fin du 5e siècle, la plus anciennement attestée en Basse-Bretagne, serait l'oeuvre de saint Gwénolé, migrant breton de l'île de Bretagne. Pôle religieux parmi les plus importants de la région, l'influence de ce monastère devenu abbaye bénédictine va être déterminante sur la presqu'île. Au milieu du 11e siècle, ses possessions s'étendent sur Landévennec, Argol et Trégarvan, la majeure partie de Telgruc et un tiers de Crozon, sans compter celles situées autour de Châteaulin, dans le pays bigoudin ou dans les évêchés de Léon, Vannes et Nantes. Objet de constructions et de reconstructions successives au cours des siècles, le site de l'abbaye est occupé du Haut Moyen-Age à la Révolution française durant laquelle il est vendu pour servir de carrière. A quelques mètres de l'ancienne abbaye dont les vestiges font l'objet d'un musée de site, une nouvelle abbaye est construite en 1955. A côté de la puissante seigneurie ecclésiastique de Landévennec, le cartulaire de l'abbaye (11e siècle) nous apprend que les trois grandes seigneuries laïques de Crozon, Rosmadec et Poulmic se partagent le reste de la presqu'île. La seigneurie de Crozon s'étend alors sur les paroisses de Crozon, Camaret, Roscanvel ; celle de Rosmadec possède des terres au sud de Telgruc ; celle de Poulmic des possessions autour de Lanvéoc. Les forteresses de ces grandes seigneuries ont disparu tandis que les manoirs d'autres familles nobles possessionnées dans leur ressort sont conservés (Quélern, Hirgars, Pentrez, Trébéron, Gouandour...).

L'époque moderne

Le rôle de Brest dans le développement de la presqu'île Affaiblie par les pillages, une mauvaise gestion et d'incessantes dissensions internes, l'abbaye de Landévennec n'occupe plus, à la fin du 16e siècle, le rôle central qui lui était dévolu. A partir de la seconde moitié du 17e siècle, la presqu'île se tourne vers Brest à laquelle elle lie son destin. Pour subvenir aux besoins de cette « ville-arsenal » en plein développement, elle lui fournit nourriture, matériaux, main-d'oeuvre et protection militaire. La défense du port de Brest et de sa rade devient, en effet, un enjeu majeur confié à Vauban qui imagine un système défensif basé, entre autre, sur la fortification des côtes et des anses qui bordent le goulet de Brest. La position stratégique de la presqu'île dans ce dispositif militaire explique sa forte densité de patrimoine fortifié, une des plus importantes de France, dont la tour de Camaret est l'élément le plus emblématique. L'étagement des fortifications au cours des siècles suivants participe de cette richesse patrimoniale.

La place de la pêche Dans ce territoire largement dominé par la lande et la mer, la pêche constitue une des grandes activités traditionnelles. A côté des petits ports de Rostellec, Pont-Scorff, Roscanvel, Lanvéoc, Landévennec, les ports de Camaret, Morgat et du Fret occupent une place de premier plan. Ils se trouvent dans la zone de pêche à la sardine attestée sur la côte sud de la Bretagne au moins depuis le 16e siècle. Cette pêche génère de nombreuses activités connexes (chantiers navales, armement des chaloupes, commerce du sel et de la rogue, conditionnement des produits, vente de l'huile et des sardines salées). Les maisons d'armateurs et de négociants camarétois des 17e et 18e, les cabanes de chantiers navales et les cimetières de bateaux témoignent, entre autre, de cette prospérité économique. Pourtant, les infrastructures portuaires sont quasi inexistantes dans la presqu'île avant le début du 19e siècle. Il faut attendre les années 1840 pour que quais, cales, jetées et môles commencent à être construits à Morgat et Camaret. Au Fret, Roscanvel, Lanvéoc, Landévennec et Argol, les installations portuaires ne sont construites que dans la seconde moitié du 19e siècle. La pêche saisonnière de la sardine oblige la plupart des marins pêcheurs à une double activité agricole et marine. Les landes occupent encore 59% de la surface de la presqu'île vers 1840. Regroupées en écarts, les fermes sont petites, composées de bâtiments bas, imbriqués les uns dans les autres pour se protéger des vents dominants. Les hameaux du Cap de la Chèvre offrent des exemples caractéristiques de ce patrimoine rural.

La crise de la sardine est à l´origine d'une plus grande diversification de la pêche au début du 20e siècle et de la reconversion de Camaret vers la pêche langoustière dont le port occupe pendant un demi siècle une place de première importance. Par ailleurs, la misère engendrée par la raréfaction de la sardine est un des facteurs de mutation du monde agricole et maritime. L'exploitation des ressources traditionnelles ne suffisant plus à nourrir la population, beaucoup de presqu'îliens émigrent à Brest.

Les efforts de désenclavement de la presqu'île A la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, des efforts sont réalisés pour rompre l'isolement de la presqu'île. Un réseau d´écoles est mis en place sur le territoire afin d'assurer la scolarisation d'un maximum d'enfants. La liaison maritime entre Brest et les ports du Fret et de Lanvéoc assure un trafic régulier de marchandises et de personnes. Elle permet, entre autre, le développement du tourisme dans la presqu'île et favorise l'apport de nouvelles sources de revenus pour ses habitants. La création de la station balnéaire de Morgat et l'installation de la colonnie d´artistes à Camaret vont dans ce sens et contribuent à la renommée des lieux. Retardés par la Première Guerre mondiale, le pont de Térenez et la ligne de chemin de fer Chateaulin-Camaret ne sont achevés qu´en 1923 et 1925. Véritable prouesse technologique pour l'époque, le pont suspendu de Térenez permet le franchissement de l'Aulne maritime en évitant le détour par Châteaulin. Longtemps reportée, la construction du chemin de fer apporte une nouvelle ouverture à la presqu'île, bientôt concurrencée par l'automobile.

La presqu'île pendant la Seconde Guerre mondiale Du fait de sa situation stratégique, la presqu'île de Crozon a particulièrement souffert de l'Occupation et de la Libération pendant la Seconde Guerre mondiale. Dès 1940, Brest devenant la principale base navale allemande sur l´Atlantique, la défense de la presqu'île est une priorité. Erigée en forteresse, elle est la cible de vastes opérations de bombardements qui font de nombreuses victimes parmi la population civile (160 civils tués) et d'importants dégâts matériels (bourgs de Telgruc et de Tal ar Groas détruits, commune de Roscanvel ruinée, ports endommagés, pont de Térénez bombardé...). La vocation militaire de la péninsule perdure avec la construction de la base aéronavale de Lanvéoc-Poulmic (installée dès 1929), l'Ecole navale inaugurée en 1965 par le Général de Gaulle et le site hautement stratégique de la base des sous-marins nucléaires de l'Ile Longue, pièce majeure du système de défense nationale.

Conclusion :

Aujourd'hui, avec le déclin ou la disparition des activités traditionnelles, le tourisme est le principal atout économique de la communauté de communes. La présence religieuse et militaire ainsi que l'activité de pêche ont contribué à façonner une forte identité territoriale à la presqu'île qui participe à son originalité et à son attraction. La richesse de son patrimoine naturel et la grandeur et la variété de ses paysages concourent également à faire de la communauté de communes de Crozon une destination privilégiée. La présence militaire est également un élément majeur du développement économique et démographique. Le territoire conserve des éléments patrimoniaux civils, religieux et militaires identifiés et dignes d'intérêts. Parmi eux se distinguent plus particulièrement : la Tour Vauban, les Tours type de la pointe des Espagnols et du Toulinguet, le fort de la Fraternité, les lignes de Quélern, le fort des Capucins, la batterie de Cornouaille, l'ancienne abbaye de Landévennec, les quartiers portuaires de Camaret et du Fret, les manoirs de Hirgars et de Gouandour, le quartier balnéaire de Morgat, l'habitat rural du Cap de la Chèvre, les anciennes gares de la ligne Châteaulin-Camaret, l'ancien four à chaux de l'Aber.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. Série 3 P. Tableau d´assemblage et cadastre parcellaire, 1830-1833.

  • Archives départementales du Finistère. Série 2 O. Travaux communaux.

  • Archives départementales du Finistère. Série 5 S 79. Chemins de fer économiques. Ligne de Carhaix-Châteaulin-Camaret.

  • Archives départementales du Finistère. Série 4 N 45.

  • Archives départementales du Finistère. Série 1 E 319. Archives seigneuriales.

  • Archives départementales du Finistère. Série 1165 W 36. Ministère de la reconstruction et de l'urbanisme. Plan d'aménagement et de reconstruction, 1946.

  • Archives de l'évêché, Quimper. Fonds Bigot (8 L).

  • Archives municipales de Crozon.

  • Archives municipales de Telgruc-sur-Mer.

  • Archives du Réseau Breton. Carhaix. (Plan, coupe et relevés, 1919-1920). Service voies et bâtiments du CFTA (Chemin de Fer et Transports Publics).

  • Cité de l'architecture et du patrimoine. Institut français d'architecture. Centre d'archives d'architecture du XXe siècle. Fonds Julien Polti (1877-1953) (http://archiwebture.citechaillot.fr).

Documents figurés
  • Archives municipales de Brest. Série 7 S. Fonds Chabal (non consulté).

  • Service départemental de l'Architecture et du Patrimoine du Finistère. Fonds Villard.

  • Archives départementales du Finistère. Série 3 Fi. Fonds photographique.

  • MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION. Base MEMOIRE. Catalogue d'images fixes. http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire).

  • Collections particulières de photographies.

  • TAYLOR, NODIER, CAILLEUX. Voyages pittoresques dans l'ancienne France. Bretagne. Paris, 1846.

Bibliographie
  • Avel Gornog , N° 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 1993-2011.

  • ABGRALL, Jean-Marie. PEYRON, Paul. Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et de Léon. Quimper, 1905, vol. 2.

  • BACHELOT DE LA PYLAYE, Jean-Marie. Etudes archéologiques et géographiques mêlées d'observations et de notices diverses.Bruxelles, 1850. Réédition : Société Archéologique du Finistère, Quimper, 1970.

  • BROUSMICHE, Jean-François. Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831. Quimper, 1978.

  • BUREL, Marcel, CADIOU, Didier, KERDREUX, Jean-Jacques. La Presqu´île de Crozon. Plomelin : Éditions Palantines, 2008.

  • CADIOU, Didier, DIZERBO Auguste, KERDREUX, J.J., LE FLOCH J.L., SIMON M. La Presqu'île de Crozon à la veille de la Révolution. Saint-Thonan, 1995.

  • CAMBRY, Jacques. Voyage en Finistère ou états des lieux de ce département en 1794 et 1795. Société archéologique du Finistère. Quimper, 1999.

    pp. 282, 285, 291, 292
  • CASTEL, Yves-Pascal. Atlas des croix et calvaires du Finistère. Société archéologique du Finistère. Quimper, 1980.

    p. 62-65
  • CHATELLIER, Paul du. Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère. Inventaire des monuments de ce département. Rennes-Quimper, 1907.

  • Collectif (Auteur). La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Bretagne. Paris : Centre des monuments nationaux : Editions du patrimoine, 2001 (Cahiers du Patrimoine).

  • Collectif (Auteur). Architecture et urbanisme. Villégiature des bords de mer, 18e siècle-20e siècle. Paris : Centre des Monuments Nationaux : Editions du patrimoine, 2010 (Cahiers du Patrimoine).

  • CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE. GLAD : Le portail des patrimoines de Bretagne. Le patrimoine maritime culturel en Bretagne (http://patrimoine.region-bretagne.fr).

  • CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE. GLAD : Le portail des patrimoines de Bretagne. Fortifications littorales de Bretagne-nord (http://patrimoine.region-bretagne.fr).

  • CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE. Service de l´Inventaire du Patrimoine Culturel (Christel Douard, Judith Tanguy-Schroër). CONSEIL GÉNÉRAL DU FINISTÈRE (Florent Maillard). Diagnostic du patrimoine de la presqu´île de Crozon. Rennes, février/avril 2010, 67 p.

  • COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • DESHAYES, Albert. Dictionnaire topographique du Finistère. Spézet, 2003.

  • Etude de protection des villages du cap de la Chèvre, commune de Crozon Finistère. Rapport de synthèse par Xavier Henry, sur la base d´une enquête de François Jagot. Délégation Régionale de l´Architecture et de l´Environnement, Service Départemental d´Architecture/Direction Départementale de l´Equipement. Paris, 1981.

  • FAUCHILLE, Gwénaël. Les édifices religieux publics dans le Finistère (1801-1805) : inventaire et diagnostic. Conseil général du Finistère, service action patrimoniale/Région Bretagne, service de l'inventaire du patrimoine culturel. Quimper, Rennes, 2008 (http://patrimoine.region-bretagne.fr).

  • JACQUOT André, LAEDERICH Alfred, ROZE Bernard. Le réseau Breton. Editions de l'Ormet, Bar-sur-Aube 1990, p. 51-59.

  • JONCHERE J., LE FAOU J. Grand site National - Presqu'île de Crozon . Quimper, 1980.

  • KERNÉVEZ, Patrick. Les fortifications médiévales du Finistère. Mottes, enceintes et châteaux. Centre régional d´archéologie d´Alet, Saint-Malo, 1997.

  • KERSPERN, Michèle. Le Mode balnéaire - Une station : Morgat - Un architecte : Gaston Chabal. Université de Bretagne-Occidentale : Mémoire de M. S. T. Institut de Géoarchitecture, 1985.

  • LA PYLAIE, Bachelot de. Etudes archéologiques et géographiques, Bruxelles, 1850. Société archéologique du Finistère, 1970, Quimper, p. 184-200.

  • LE COUEDIC, Daniel. Les architectes et l'idée bretonne, 1904-1945. D' un renouveau des arts à la renaissance d'une identité. Rennes Saint-Brieuc, Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Archives modernes d'architecture de Bretagne, 1995.

  • LECUILLIER, Guillaume Les fortifications de la rade de Brest. Défense d'une ville-arsenal. PUR, 2011.

  • LE GOFFIC, Michel. Notices d´archéologie finistérienne (année 2008). Dans : Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CXXXVI, Quimper : 2008-2009, p. 12-31.

  • Le Patrimoine des Communes, le Finistère. , Charenton-le-Pont : Flohic Editions, 1998 (Collection Le Patrimoine des Communes de France), vol. 1.

  • MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION. Base Mérimée. Architecture et Patrimoine. (http://www.culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine).

  • MORNAND, Jean. Préhistoire et protohistoire en Presqu´île de Crozon. Tome 1, Crozon, Lanvéoc : Inventaire des mégalithes. Préface de Michel Le Goffic. Ouvrage publié avec la participation de la communauté de communes de la Presqu´île de Crozon, du Conseil Général du Finistère et de l´Institut culturel de Bretagne. Association ETRE DAOU VOR, Crozon, 1998.

  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. De Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes, 1843.

  • SANQUER, René. Chronique d'archéologie antique et médiévale. Société archéologique du Finistère, 1970, Quimper.

  • SPILL, J.M. L'évolution des transports de voyageurs dans le Finistère. Dans : Norois, N° 70, 1971, pp. 255-275.

    Archives départementales du Finistère
  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. Douarnenez : Ar-Men - Le Chasse-Marée, 1990.

  • VIVIEZ, Gaëlle. Inventaire du patrimoine de la Presqu'île de Crozon, projet de candidature Pays d'art et d'Histoire. Crozon, juillet 2001. Vol.1 et 2.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Tanguy-Schröer Judith
Judith Tanguy-Schröer , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Douard Christel - Maillard Florent - L'Haridon Erwana - Le Lu Stéphanie