Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune d'Epiniac

Dossier IA35001853 réalisé en 1997

Fiche

Œuvres contenues

La commune d'Epiniac de forme oblongue orientée nord-sud s'étend en limite sud-est du canton de Dol-de-Bretagne sur une superficie de 2377 hectares ; l'habitat, uniformément dispersé sur le territoire, est principalement isolé ou réuni en 91 petits écarts.

Le ruisseau de la Corbonnais à l'ouest et celui de Landal à l'est, niché dans une très belle vallée encaissée, sont les principaux affluents du Guyoult qui au nord marque la limite septentrionale de la commune.

Le sol de la commune est partagé au nord par des limons et des schistes en partie micacés et au sud par des granites.

L'exploitation de certaines prairies, au nord près de la Vieux-Ville ou même au sud près de la Bouillère, dans des zones humides, laisse encore apparaître un mode de labourage des terres en "billon", sous forme d'étroites lignes de terre surélévées limitées de chaque côté par des sillons où circulent les eaux de ruissellement.

Au 18e siècle, selon le géographe Ogée, "les terres de ce territoire sont fertiles en grains, lin, chanvre et fruits". Le 19e siècle voit décliner les "industries" liées aux toiles pour un développement notable de l'exploitation des vergers qui disparaissent en grande partie au 20e siècle.

Trois anciens domaines marquent la composition du territoire historique : au nord l'ancienne abbaye cistercienne de la Vieux-Ville, à l'ouest l'ancien "château" des évêques de Dol, les Ormes, à l'est enfin, faisant face à la forteresse de Landal, le manoir de la Higourdais.

Parmi les sept manoirs signalés par P. Banéat dans "Le Département 'Ille-et-Vilaine" aux lieux-dits la Motte, le Rocher aux Boeufs, la Ville-Hervé, le Pontsault, la Corbonnais, la Higourdais et les Ormes, seuls les trois derniers conservent des structures anciennes. Les Ormes, ancien manoir des évêques de Dol, présente un pavillon Renaissance remarquable ; le logis de La Higourdais est détruit depuis le début du siècle ; la Corbonnais est à l'état de vestiges, ses propriétaires au début du 18e siècle le firent reconstruire sous forme de malouinière à Vilhoët. La "maison" de la Barbière non citée par Banéat mais évoquée par Guilloton de Corson présente le parti d'un manoir à cour fermée. Enfin l'ancienne abbaye cistercienne de la Vieux-Ville, malgré la destruction du cloître et de l'église, présente encore les vestiges d'une salle du 12e siècle et des bâtiments conventuels du 16e et du 17e siècles.

Depuis la réunion des paroisses de Saint-Léornard et de Saint-Pierre en 1803, la commune possède deux églises ; la première remaniée à la fin du 18e siècle, la seconde rebâtie au début du 20e siècle.

La commune, dans la partie nord-est, est traversée depuis la fin du 19e siècle par la voie ferrée de Lison à Lamballe, qui n'entraîne pas la construction d'une halte : la gare la plus proche est construite sur la commune de La Boussac à l'est.

Le bourg est en grande partie restructuré par une nouvelle voie tranversale ouest-est depuis le milieu du 19e siècle ; les principales constructions structurantes dans le bourg sont les écoles, rues de la Motte et de Normandie, la mairie-école et surtout l'église reconstruite au début du siècle par Arthur Regnault dans un style néo-gothique.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Epiniac

Annexes

  • Dates relevées sur des ouvrages non recensés :

    La Ville Jean : 1638 (parcelle 556) ; Cadran : 1861 et 1884 (parcelle 1109) ; Morandais : 1806 (parcelle 76) ; Ponsault : 1831 (parcelle 256).

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien, section E2 de Saint-Léonard, 1812, 1/2500e. (A.D. Ille-et-Vilaine. 3 P 5333).

  • Plan cadastral napoléonien, section F1 de Ponsault, 1812, 1/2500e. (A.D. Ille-et-Vilaine. 3 P 5333).

  • Plan cadastral napoléonien, section A1 du bourg, 1812, 1/2500e. (A.D. Ille-et-Vilaine. 3 P 5333).

  • Carte de la France, feuille 128, Saint Malo Avranches. Plan, par César-François Cassini de Thury, levée vers 1783, échelle de 1 ligne pour 100 toises (environ : 1/86 400).

  • Carte géologique détaillée de la France : Dinan. 3e édition, 1964, échelle 1/80 000.

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine. Histoire - Archéologie - Monuments. Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929.

    t. 1, p. 545-549, 2 fig.
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    t. 1, p. 261, 264
  • FROTIER DE LA MESSELIÈRE, Henri. Le Guide de l'Ille-et-Vilaine. nlle édition [1907]. Plouagat : s.e., 1994.

    p. 88, 4 fig.
Périodiques
  • PIRAULT, L. Architectures paysannes de Fégréac ; de la terre, du bois, du roseau et de la pierre. Armen, 1997, n° 89.

    p. 46-53