Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Bohal

Dossier IA56006515 réalisé en 2004

Une enquête d’inventaire

Le territoire

L'approche topographique, en considérant avant tout l'œuvre dans son territoire, fait de l'Inventaire un interlocuteur privilégié des organismes et des responsables locaux chargés de la gestion du patrimoine et de l'aménagement de ce territoire. Partout, la richesse et les particularismes du patrimoine constituent des leviers de développement. Les travaux de l'Inventaire permettent d'accompagner une démarche de reconnaissance culturelle tant dans des secteurs ruraux qu'urbains, et aussi de fournir un outil d'aide à la décision en livrant des arguments essentiels à la compréhension historique et esthétique du territoire.

La restitution des données

La restitution des données découle de la méthode d'analyse. À chaque élément étudié correspond une notice. Chacun de ces éléments fait généralement partie, sur un territoire donné, d'une famille d'édifices (maisons et fermes, manoirs et châteaux, églises et chapelles...) ou d'édicules (croix, fontaines et lavoirs, ponts…) ; leurs paramètres descriptifs sont rassemblés dans un dossier collectif, au niveau communal. Au niveau cantonal, un second dossier cantonal restitue les caractères communs de la famille sous forme d’observations générales.

Certains de ces éléments particulièrement bien conservés, représentatifs d'une famille ou au contraire uniques, sont sélectionnés et font, l'objet d'une notice plus approfondie.

Les dossiers sont classés du général ou du collectif au particulier, par lieu-dit ; les objets mobiliers sont reliés à leur édifice contenant par une notice intermédiaire intitulée « Le patrimoine mobilier de l'église… ».

L'enquête sur le patrimoine de la commune de Bohal

Elle s’est déroulée en deux campagnes distinctes :

1) La première enquête s’est échelonnée sur le terrain entre 1983 et 1984 dans un cadre d’études d’inventaire topographique.

Elle a porté sur l'ensemble des éléments bâtis jusqu'en 1950 et sur les objets contenus dans l’église. Elle a abouti, en 1986, à des dossiers « papier ». Les œuvres remarquables ou représentatives du patrimoine, localisées aussi précisément que possible, ont fait alors l’objet d’une notice documentée, accompagnée de photographies et éventuellement de relevés architecturaux.

2) La seconde enquête s’est déroulée en 2010 dans le cadre d’études des communes riveraines du canal de Nantes à Brest.

Après avoir inventorié le réseau du canal (écluses, sites d’écluses, ponts…), il a été décidé d’élargir le champ de recherche sur ce patrimoine sur une bande de 5 km de largeur totale, de chaque côté du canal, pour mettre en valeur, dans un but touristique, le patrimoine culturel en Bretagne intérieure. Tous les dossiers concernant les communes riveraines ont alors été rassemblés : import des notices électroniques, géoréférencement des œuvres, intégration des illustrations, des notes de lecture et de terrain, mise aux normes d’une bibliographie courante, création des liens entre les notices. Une sélection des œuvres intéressantes du point de vue touristique a été réalisée ainsi que des retours sur le terrain, ne concernant que ces œuvres.

La publication des dossiers permet donc de rassembler des enquêtes issues de cadres d’études différents. Elle est aussi l’occasion de les enrichir : des photographies prises en 1969, et numérisées, en ont rejoint d’autres, prises entre 2010 et 2015, ainsi que quelques œuvres qui n’avaient pas été retenues.

Présentation de la commune de Bohal

D'après la tradition, Bohal trouverait l'origine de son nom dans le breton Bwyel ou Bwall - la cognée -, une grande hache de bûcheron (au manche ici dirigé vers le sud-ouest), dont la commune a vaguement la forme.

Géographie

La commune de Bohal, que bordent au nord, Sérent et Saint-Marcel, et au sud, Pleucadeuc, Molac et Saint-Guyomard, est traversée par la rivière de la Claie et quelques ruisseaux comme le ruisseau de Rocaran. Trois moulins à eau étaient mentionnés à la fin du 18e siècle : Rocaran, la Claie et la Béraudaie ; ce dernier (fig. 1 à 4), qui dépendait sans doute autrefois du manoir du même nom, fut transformé en minoterie ; il subit différentes modernisations notamment en 1942 et fonctionnera jusqu´en 1972, date à laquelle il est désaffecté ; il abrite aujourd'hui des chambres d´hôtes.

Le sous-sol de la commune se partage entre le schiste micacé et le granite, au sud ; les Archives départementales du Morbihan conservent la trace de l'exploitation d'un gisement de minerai de fer qui affleurait dans le nord de la commune, entre L'Abbaye et Béhélec à Saint-Marcel, et qui permit de faire fonctionner un haut-fourneau à Rocaran entre 1840 et 1860.

Histoire

Peu de traces des périodes anciennes nous sont parvenues : une allée couverte, non loin du pont sur la Claie près de Trébiguet, était déjà mentionnée comme ruinée à la fin du 19e siècle. Bohal, dans l'ancien doyenné de Porhoët, faisait partie de la paroisse primitive de Sérent faisait partie de la paroisse primitive de Sérent ; elle aurait été donnée, en 1060, à l´abbaye bénédictine de Marmoutier près de Tours ; ce don est peut-être à l´origine du nom du lieu-dit l´Abbaye, au nord de la commune ; Bohal est mentionné comme paroisse dans des textes de 1387 et 1422 ; enfin, son étendue étant jugée trop petite, la paroisse fut, avant la fin du 15e siècle, associée à Saint-Marcel dont elle partageait le recteur.

Sous l´ancien Régime, Bohal dépendait de la seigneurie de Malestroit et de la sénéchaussée de Ploërmel.

L´enquête faite en 1425 ne rapporte aucun noble, manoir ni métairie noble sur l´actuel territoire de Bohal. À partir de la réformation de 1427 (recensement des nobles de la commune), apparaît régulièrement le nom de Desprez, soit au titre de la terre, soit au titre des personnes, lors des montres (convocations de l'arrière ban à la revue militaire) auxquelles se présentent successivement Pierre Desprès, représenté par son fils Jehan en 1464 et Jehan Desprès, représenté par son frère François en 1477 et 1481. La réformation de 1514 est plus précise : « La maison, manoir et métairie de la Ville Desprez à Jehan Desprez s[ieu]r dud[it] lieu, et auparavant à Pierre Desprez son feu père, entièrement noble avec ses appartenances. » La même année est mentionné « le manoir, maison et métairie de la Beraudaye avec ses appartenances à Ollivier Jouchet, et auparavant à Gilles Jouchet son feu père, anciennement noble. » En plus de ces deux manoirs, la réformation de 1536 fait état de la Graye « à cause d´Hélaine Desprez », femme de Thébaud Desprez.

Actuellement, on retrouve bien, au nord de la commune, les noms modernisés de la Béraudaie, la Métairie de la Grait et de la Ville des Prés, mais seul ce dernier écart conserve des vestiges de construction du 16e siècle (fig. 8).

En 1790, Bohal est érigé en commune ; d´abord dans le canton de Pleucadeuc jusqu´en 1801, la commune passe dans le canton de Questembert jusqu´en 1952, date à laquelle elle est rattachée au canton de Malestroit.

On connaissait deux chapelles à Bohal : Saint-Jean-Baptiste, dépendant du manoir de l´Abbaye, semble avoir disparu ; la chapelle Saint-Charles, à Trébiguet, est, elle, le seul souvenir du manoir du Portal qui a brûlé en 1892.

(M. -D. Menant)

Aires d'études Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
Adresse Commune : Bohal

Références documentaires

Documents figurés
  • Bohal. Cadastre napoléonien, section A2 de Trébiguet. Levée par M. Filâtre, géomètre du cadastre, 1823, échelle 1:2500 e.

    Archives départementales du Morbihan : 3P 60/3
  • Bohal. Cadastre napoléonien, section B1 du bourg. Levée par M. Filâtre, géomètre du cadastre, 1823, échelle 1:2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3p 60/4
Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. de Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853.

    t. 1, p. 92 ; t. 2, p. 831 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CAYOT-DELANDRE, François-Marie. Le Morbihan, son Histoire & ses Monuments. Vannes : A. Caudéran, édit. 1847, réimp. Auray : éd. du Bastion, 1990.

    p. 242 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du Département du Morbihan. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    col. 197 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Dictionnaire topographique du Département du Morbihan comprenant les noms de lieu anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1870.

    p. XII, XXV, 17 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LE MENÉ, Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes, 1891-1894. Reéd. Coop Breizh, 1994.

    t. 1, p. 87-88 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LAIGUE, René, comte de. La noblesse bretonne aux XVe et XVIe siècles. Réformations et montres. Evêché de Vannes. Vannes, 1902, rééd. Versailles : Mémoires & Documents, 2001.

    t. 1, p. 101-104 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GILLES, Paul. La Mémoire de BOHAL. Plumélec, 1993.

    passim Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60).

    p. 4, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web