Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Bolazec

Dossier IA29003965 réalisé en 2009

Fiche

Œuvres contenues

L'ENQUETE

L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Bolazec a été réalisé en 2009. Il intègre des données d´un « pré-inventaire de l´architecture et des sites » réalisé par le service de l'Inventaire en 1974.

L´opération s´inscrit dans le cadre du recensement du patrimoine architectural du Parc Naturel Régional d´Armorique, structure à laquelle adhère la commune.

Cet inventaire a pour finalité d´identifier, de localiser et de documenter les éléments appartenant au patrimoine architectural et de présenter un état des lieux raisonné du patrimoine bâti. Les limites chronologiques sont fixées entre l´an 400 après J. C., et le milieu du 20e siècle. Ce cadre exclut le domaine de la fouille archéologique - toutefois traité ici dans un dossier de synthèse - mais n´écarte pas des formes d´architecture en élévation exceptionnelles, comme, par exemple, les mégalithes ou les oeuvres originales d´architectes contemporains. Par ailleurs, l´inventaire ne rend compte du patrimoine ethnologique ou du patrimoine naturel que dans la mesure où il informe le bâti. C´est pourquoi une approche paysagère succinte ainsi qu´une analyse des sites et de l´implantation du bâti ont été jointes au dossier collectif « maisons, fermes et hameaux ».

Les dossiers qui suivent sont classés du général ou du thématique (dossiers collectifs), au particulier (dossiers individuels). Les édifices uniques ou au contraire représentatifs, à valeur patrimoniale intrinsèque et revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traités dans un dossier individuel. La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond une notice. Cependant, pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (les maisons, croix ou moulins par exemple), il a été procédé à une sélection raisonnée d'unités à étudier, les caractères communs à chaque famille étant restitués dans le dossier collectif.

Parmi l´ensemble des éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 28 sont documentés individuellement, et environ 90 collectivement, c´est-à-dire mentionnés et illustrés dans un dossier collectif.

271 illustrations et 21 références documentaires accompagnent les dossiers.

Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique
Adresse Commune : Bolazec

Ancienne trêve de Scrignac, Bolazec est élevé au statut de paroisse lors du Concordat de 1801. Sa superficie ne dépasse pas 1747 hectares, bornée à l'est et à l'ouest par les rivières de l'Aulne et du Rudalveget. Située près de la source de l'Aulne, Bolazec est la commune la plus à l'est du Parc Naturel Régional d'Armorique, en limite du département des Côtes d'Armor (arrondissement de Châteaulin, canton de Huelgoat). Elle fait partie avec Berrien, Huelgoat, Locmaria-Berrien et Scrignac de la "communauté de communes des Monts d'Arrée". La plus ancienne trace d'occupation humaine retrouvée à ce jour concerne un tumulus de l'âge du bronze situé à l'est de Lesnevez. L'époque gallo-romaine a également laissé des éléments patrimoniaux : à Bezidel un habitat a été mis au jour lors de fouilles archéologiques (beuz vient de buis, arbuste importé par les romains en Gaule pour agrémenter leurs villas). L'ancienne voie romaine dite des quatre chemins (de Carhaix à Plestin-les-Grèves) traversait le territoire de Bolazec à partir de Ty Guen, au nord. Elle passait à quelques centaines de mètres de Bezidel puis la voie faisait une courbe pour éviter un terrain marécageux avant le bourg de Bolazec. Après ce dernier, la voie descendait au moulin de Hilvern, unique passage sur l'Aulne. Ty Guen reste aujourd'hui un carrefour important de la route de Guerlesquin à Huelgoat avec la route reliant Morlaix à Carhaix. Deux sites de mottes castrales du 11e ou 12e siècle ont été retrouvés au Helles, où il reste des vestiges intéressants, et près de Petit Bolazec. Ce dernier pourrait être l'ancienne résidence noble de la famille Botglazec qui a donné son nom à la commune (de "bot" résidence associé au nom de la famille), à moins que celle-ci n'ait possédé un manoir au bourg. Les Botglazec sont mentionnés en 1448 à Scrignac et voient leur dernière branche fondue dans celle des Coatmen vers 1580. Les autres lieux nobles cités aux 15e et 16e siècles concernent, outre des manoirs, des métairies nobles dépendant de quelques seigneurs locaux (Clevede, de Boiseon, Guynement, du Dresnay, du Parc). Ils concernent le Hellegoat Braz, Kersilé, Lesnevez, La Salle, Pors Bihan mais seuls quelques maigres vestiges subsistent aujourd'hui au Hellegoat Braz et à Kersilé. Cette présence aristocratique est peut-être à mettre au compte de la situation géographique de Bolazec, point de passage entre la côte nord (Morlaix) et la ville de Carhaix au sud, seule véritable voie de communication des Monts d'Arrée avec la voie romaine Carhaix-Brest. Cependant, la présence de landes et de marécages et la pauvreté des sols n'ont pas permis une implantation durable des manoirs. Les hameaux au statut noble sont souvent devenus de simples fermes avant la fin de l'Ancien Régime. Sous l'Ancien Régime et dans la première moitié du 19e siècle la commune est pauvre : le grain cultivé ne suffisait pas à la consommation, il fallait en importer. Jacques Cambry dans son "Voyage dans le Finistère en 1795" parle de quelques portions de terres fertiles, de l'aspect misérable qu'offre le bourg de Bolazec. En 1845, les terres labourables couvrent 645 hectares pour 827 de landes et d'incultes, le reste étant couvert de prés et de pâtures, de bois, de vergers et de jardins. Avec les progrès de l'agriculture, le recensement montre une augmentation de la population quasi constante jusqu'en 1911 avec 941 habitants contre 382 en 1800. Après la Première Guerre mondiale la population commence à diminuer en raison de l'exode rural et des mutations de l'agriculture pour atteindre 198 habitants en 1999. Aujourd'hui, malgré cet exode rural, l'activité agricole reste importante à Bolazec avec environ quatorze fermes en activité sur la commune. La modestie du patrimoine bâti est directement liée à la situation économique de Bolazec, territoire peu prospère marqué jusqu'à la fin du 19e siècle par la pauvreté de son sous-sol. Quelques édifices et édicules intéressants émergent cependant de l'ensemble : l'église paroissiale avec son clocher-porche et sa tour d'escalier du 17e siècle, le presbytère daté 1829, le calvaire et la croix des 15e et 16e siècles, l'ancienne école communale de 1879. L'architecture rurale traditionnelle a laissé quelques rares réalisations de qualité qui remontent à la fin du 16e siècle et au 17e siècle. Elle connaît une période de reconstruction à partir du troisième quart du 19e siècle, corroborée par un contexte démographique et économique devenu plus favorable.

Sites de proctection parc naturel régional

Annexes

  • 20092908727NUC : Carte de Cassini - Archives départementales du Finistère

    20092908877NUCB : Plan cadastral - Archives départementales du Finistère - 3P 15.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. Série 20 91. Construction d'une école mixte 1875 - 1884.

  • Archives départementales du Finistère. Série 20 92. Déplacement d'une croix dans le bourg 1890.

  • Archives départementales du Finistère. Série 20 93. Déplacement d'une croix dans le bourg 1890.

  • Archives départementales du Finistère. Série 34 J 2 Fonds Le Guennec.

Documents figurés
  • Archives départementales du Finistère. Série 3P 082 10. Tableau d´assemblage et cadastre parcellaire de 1835. Mercier, préfet, Boureulle, directeur des cantons, Taconnet, géomètre en chef.

  • Ministère de la Culture. Base MEMOIRE. Catalogue d'images fixes (http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire).

Bibliographie
  • BARON Françoise. Aspects biogéographiques de l´Arrée. Tome IV : Le pays d´Huelgoat. Université de Bretagne Occidentale. Faculté des lettres et sciences humaines de Brest. Travail d´étude et de recherche préparé sous la responsabilité de Jacques GARREAU, agrégé de l´Université. 1972.

  • CAMBRY, Jacques. Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795. Société archéologique du Finistère, 1999, Quimper.

  • CASTEL, Yves-Pascal. Atlas des croix et calvaires du Finistère. Société archéologique du Finistère, 1980, Quimper.

    p. 29
  • COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988.

    p. 27
  • DESHAYES, Albert. Dictionnaire topographique du Finistère. Coop Breizh, 2003.

    p. 26, 27
  • KERNEVEZ, Patrick. Les fortifications médiévales du Finistère. Mottes, enceintes et châteaux. Centre régional d´archéologie d´Alet, Saint-Malo, 1997.

    p. 46
  • LAURENT, Jeanne. Un monde rural en Bretagne au XVe siècle. La quévaise. Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris, Imprimerie Nationale, 1972.

  • Ouvrage collectif. Le Patrimoine des Communes, le Finistère. Charenton-le-Pont : Flohic Editions, 1998 (Collection Le Patrimoine des Communes de France), vol. I.

    p. 562, 563
  • Ouvrage collectif. Le bocage des Monts d'Arrée. Paysage de bocage. Gestion des espaces naturels, agricoles et forestiers. Fédération des Parcs naturels régionaux / Parc naturel régional d'Armorique / Ministère de l'agriculture et de la pêche, Paris, 2000.

  • PENVEN, Michel. Bolazec. Association "Sur les traces de François Joncour", 1990.

  • PEYRON, Paul, ABGRALL, Jean-Marie. Berrien. Notices des paroisses du diocèse de Quimper et de Léon. Dans : Bulletin de la commission diocésaine d´architecture et d´archéologie, vol. I, 1904.

    p. 230-233
  • PLONEIS, J. M. Une autre lecture de l'histoire du monde rural. Le canton de Huelgoat, au coeur des monts d'Arrée. Bulletin de la société archéologique du Finistère, T. CXIII, 1984.

    p. 135-156
  • SANQUER, René. Les mottes féodales du Finistère. Bulletin de la société archéologique du Finistère, T. CV, 1977.

    p. 99-115
  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. Douarnenez : Ar-Men - Le Chasse-Marée, 1990.

    p. 41, 42