Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Commana

Dossier IA29002405 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique
Adresse Commune : Commana

L'ENQUETE :

L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Commana a été réalisé entre novembre 2006 et janvier 2007. L´opération s´inscrit dans le cadre du recensement du patrimoine architectural du Parc Naturel Régional d´Armorique, structure à laquelle adhère la commune. Cet inventaire a pour finalité d´identifier, de localiser et de documenter les éléments appartenant ou susceptibles d´appartenir au patrimoine architectural et de présenter un état des lieux raisonné du patrimoine bâti. Les limites chronologiques sont fixées entre l´an 400 après J. C., et le milieu du 20e siècle. Ce cadre exclut le domaine de la fouille archéologique - toutefois traité ici dans un dossier de synthèse - mais n´écarte pas des formes d´architecture en élévation exceptionnelles, comme, par exemple, les mégalithes ou les oeuvres originales d´architectes contemporains. Par ailleurs, l´inventaire ne rend compte du patrimoine ethnologique ou du patrimoine naturel que dans la mesure où il informe le bâti. C´est pourquoi une approche paysagère succinte ainsi qu´une analyse des sites et de l´implantation du bâti ont été jointes au dossier collectif « maisons, fermes et hameaux ». L´inventaire a porté sur l'ensemble des édifices bâtis avant 1920. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou du thématique (dossiers collectifs), au particulier. Les édifices uniques ou au contraire représentatifs, à valeur patrimoniale intrinsèque et revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traitées dans un dossier individuel. La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond une notice. Cependant, pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (les maisons par exemple), il a été procédé à une sélection raisonnée d'unités à étudier, les caractères communs à chaque famille étant restitués dans le dossier collectif. Parmi les 417 immeubles recensés par l'INSEE en 1999, 75 sont documentés individuellement et environ 150 collectivement, c´est-à-dire mentionnés et illustrés dans un dossier collectif. 690 illustrations et plus de 32 références documentaires accompagnent les dossiers.

NOTE DE SYNTHESE :

Situé dans la partie nord du parc Naturel Régional d´Armorique, le territoire de Commana (arrondissement de Morlaix, canton de Sizun) revêt un caractère essentiellement rural ; il couvre une superficie 4000 hectares et comptait au dernier recensement 988 habitants (2417 habitants en 1911). Faisant partie de la communauté des communes du « Pays des enclos », Commana est également « Commune du patrimoine rural ». Liée à l'ancien évêché de Léon, la paroisse de Commana est attestée dès l´époque médiévale, période dominée par l´autorité féodale des seigneurs du Bois de la Roche. L´architecture religieuse atteint dès le 17e siècle, avec l´enclos paroissial, un rang majeur dans l´art régional. L´essor économique de cette ancienne commune toilière entraîne non seulement la mise en place de nombreux croix et calvaires, mais influe également sur l´architecture vernaculaire dont deux éléments, les emblématiques maisons à avancée et les buanderies - installations destinées à l´industrie rurale et domestique de la toile - méritent une mention particulière. Entre la seconde moitié du 18e siècle et le milieu de 20e siècle, les foires à bestiaux, parmi les plus importantes du département, font la renommée de Commana. Implantée au bourg, une petite fabrique de tissage fait perdurer l'activité toilère jusqu´à la fin du 19e siècle. Commana est desservie par le chemin de fer entre 1912 et 1934. La mise en oeuvre d´un granite de qualité extrait sur place dépasse largement un usage local. Active sur les parties culminantes du versant nord des monts d´Arrée depuis au moins la fin du 18e siècle et peut-être avant, l´exploitation de l´ardoise, matériau omniprésent dans l'architecture domestique et religieuse, était très importante. En 1900, une centaine de carrières, parfois de petite taille, étaient exploitées par environ 400 ouvriers. En 1946, quatre carrières étaient encore en activité alors qu´aujourd´hui, l´extraction est abandonnée. La présence d´un bâti de renommée (enclos paroissial, habitat rural, écomusée) et la qualité des paysages font de Commana un territoire patrimonial important.

Sites de proctection site inscrit

Annexes

  • 20062906864NUC : - Archives départementales du Finistère - 2 Fi 38.

    20062906863NUC : - Archives départementales du Finistère - 2 Fi 38.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 34 J, 9, fonds Le Guennec. Commana (1900-1940).

  • A.D. Finistère, 5 S 242-243. Chemin de fer départemental Rosporden-Plouescat, 1905-1932. (Tracé des voies et halte de Commana, 1913).

Bibliographie
  • ARMEN. Laurent et Henri Rolland, ardoisiers à Commana. Dans : ArMen, N° 39, 1991, p. 2-15.

  • DU CHATELLIER, Armand. Recherches statistiques sur le département du Finistère. Nantes, 1835-1837.

    vol. III, p. 16
  • LAURENT, Jeanne. Un monde rural en Bretagne au 15e siècle. La quévaise. Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris, 1972.

  • LE GOFFIC, Michel. Commana et les Monts d´Arrée. Rennes, 1981.

  • LE GUENNEC, Louis. le Finistère monumental. Morlaix et sa région. Morlaix, 1979.

    p. 229-234
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. De Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes, 1843.

    p. 195-196
  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. Douarnenez : Ar-Men - Le Chasse-Marée, 1990.

    p. 56
  • Le Patrimoine des Communes, le Finistère. Charenton-le-Pont : Flohic Editions, 1998 (Collection Le Patrimoine des Communes de France), vol. II.

    p. 121-125