Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Gosné

Dossier IA35049370 réalisé en 2011

Fiche

La commune de Gosné est implantée à la frange sud de la communauté de communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier. Elle est bordée au nord et à l'est par Saint-Aubin-du-Cormier, au sud par Liffré et à l'est par Ercé-près-Liffré. D'une superficie de 1 800 hectares, elle comptait un peu plus de 1 600 habitants en 2007.

Le territoire communal s'inscrit entre des entités paysagères importantes que sont les forêts domaniales de Liffré et Rennes au sud et celle de Saint-Aubin au nord. L'étang d'Ouée marque également la partie nord de la commune, avec une longueur de près de 2 000 mètres sur une largeur variant de 135 à plus de 500 mètres. Du point de vue hydrologique, la commune est traversée par la rivière l'Illet de l'est à l'ouest dans la partie sud du territoire, mais aussi par deux ruisseaux, le ruisseau de la Saudrais au nord du village et le ruisseau de l'étang d'Ouée au nord-ouest.

Du point de vue historique, on peut penser que Gosné fut un village de défrichement implanté au coeur des forêts du nord de Rennes. La paroisse existe depuis le 11e ou le 12e siècle, l'ancienne église avait gardé des éléments romans. Du point de vue féodal, Gosné faisait partie de la châtellenie de Saint-Aubin-du-Cormier et non de la baronnie de Fougères. On comptait deux seigneuries principales, celle de Laubourclère et de Dézerseul, toutes deux implantées au sud de la commune, dont il ne reste que quelques traces du manoir de Dézerseul. Paul Banéat nous informe de l'existence de cinq autres manoirs à l'époque moderne, mais il ne reste de ces demeures que celle de Landeronde.

Au 19e siècle, la démographie a fluctué entre 886 et 1 297 habitants, avec un sommet atteint en 1866. La population a ensuite lentement décliné pour atteindre 817 habitants en 1968 et connaît depuis un regain, avec une croissance constante depuis pour atteindre les 1 622 habitants en 2007. Du point de vue urbain, cette croissance démographique s'est manifestée par un développement pavillonnaire important aux abords du bourg.

Au début du 19e siècle, le bourg s'organisait uniquement autour de l'église paroissiale et de la route d'Ercé-près-Liffré, avec une trentaine de bâtiments alignés sur la voie publique. La période 1850-1950 a également vu la construction de plusieurs maisons le long des voies de communication vers le nord, l'ouest et l'est, avec notamment les constructions des bâtiments publics tels que les écoles, la poste ou la gare.

La majorité du patrimoine bâti de la commune de Gosné est bien évidemment rural. Forte d'une soixantaine de hameaux, Gosné présente un patrimoine ancien fortement modifié, notamment après 1850. On compte également une part importante de constructions postérieures au milieu du 19e siècle.

Les matériaux de construction rencontrés sont d'origine locale, on trouve en maçonnerie le grès armoricain, le bois et la terre. Le grès est utilisé sous la forme de moellons, la pierre étant difficile à tailler, tandis que l'on trouve le granite sur les bâtiments anciens au niveau des encadrements. Le bois est usité pour certains linteaux et dans les encadrements, on en trouve aussi sous la forme de pans de bois pour certaines dépendances. La terre est utilisée, à partir de la fin du 19e siècle, sous forme de bauge.

Aires d'études Pays de Fougères
Adresse Commune : Gosné

Annexes

  • 20113506243NUCA : Cadastre - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de Gosné, Canton de Saint-Aubin-du-Cormier, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 16 décembre 1833, sous l'administration de Mr. Cahouet, Préfet, Mr Paraige, Maire, et sous la direction de Mr Lambert, Directeur des Contributions, Mr Lesné, Géomètre en chef, par Mr Cheval, Géomètre du cadastre, échelle 1/10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

    p.