Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Louannec

Dossier IA22009453 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

1- Louannec : évolution démographique (1854-1999) :

Louannec en 1854, pop. 1 740 habitants (source : Jollivet).

Louannec en 1906, pop. 1 525 habitants (source : AD 22).

Louannec en 1946, pop. 1 201 habitants (source : Insee).

Louannec en 1968, pop. 1 170 habitants (source : Insee).

Louannec en 1975, pop. 1 619 habitants (source : Insee).

Louannec en 1982, pop. 2 191 habitants (source : Insee).

Louannec en 1990, pop. 2 195 habitants (source : Insee).

Louannec en 1999, pop. 2 384 habitants (source : Insee).

2- Louannec : principaux repères (Patrick Pichouron) :

Commune littorale du département des Côtes-d'Armor, Louannec, Louaneg en breton, est située dans le Trégor occidental à proximité de la station balnéaire de Perros-Guirec.

D'une superficie totale de 1 393 hectares, le territoire communal, borné au nord par la Manche, est limitrophe des communes de Saint-Quay-Perros et de Perros-Guirec à l'ouest, de Lannion et Rospez au sud, de Kermaria-Sulard au sud-est et de Trélévern à l'est [fig. 1-3].

Paroisse du diocèse de Tréguier, dont le territoire originel pourrait avoir englobé, selon Bernard Tanguy, outre la trève de Kermaria-Sulard, les actuels territoires de Trélévern, Trézény, Rospez, Lanmérin, Buhulien, la partie est de Brélévenez et une partie de Lannion, Louannec apparaît pour la première fois dans une charte apocryphe de 1160 sous la forme Loguanoc. Si elle est citée pour la première fois comme paroisse à l'occasion de la nomination de saint Yves à la fonction de recteur en 1292, l'ancienneté de son chef-lieu semble attestée par la présence d'une stèle funéraire du haut Moyen-Age [fig. 6].

Louannec a élu sa municipalité le 1er mars 1790. A partir de 1885, elle est devenue le lieu de villégiature privilégié de l'écrivain et philosophe Ernest Renan qui, à partir de 1885 et jusqu'à sa mort en 1892, séjourna dans la propriété de Rosmapamon face à la rade de Perros-Guirec [fig. 7].

3- Louannec : le patrimoine architectural (Patrick Pichouron) :

La présente enquête a été réalisée au cours des mois d'avril-mai 2007 dans le cadre de l'opération d'inventaire préliminaire à l'étude du patrimoine des communes littorales du département des Côtes-d'Armor menée conjointement depuis février 2002 par le Conseil Général et le Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Bretagne.

Elle a permis de procéder au repérage de 165 oeuvres, parmi lesquelles 137 relèvent de l'architecture domestique et agricole et 17 de l'architecture religieuse, commémorative et funéraire.

La chronologie des oeuvres repérées est comprise entre le début du 16ème siècle et le 2ème quart du 20ème siècle, incluant une forte proportion d'édifices à vocation agricole construits au cours du 19ème siècle.

14 oeuvres, parmi lesquelles figurent le manoir du Cosquer [fig. 8]et le château de Barac'h [fig. 9], protégés au titre de la législation sur les monuments historiques, ont fait l'objet d'une proposition de sélection en fonction de critères d'ancienneté, de qualités architecturales, d'unicité ou de représentativité.

4- Louannec : le patrimoine littoral et maritime (Guy Prigent) :

Le patrimoine littoral de la commune de Louannec se caractérise aujourd'hui par la présence de deux anciens phares sur la commune : Nantouar (aujourd'hui désaffecté, propriété privée), situé sur le bord de la grève de Nantouar [fig. 10] et Kerjean (toujours en fonctionnement), situé sur le plateau. Ces feux directionnels rappellent le programme de signalisation au 3ème quart du 19ème siècle de la rade de Perros et la réalisation des premières maisons-phares. Ils représentent une architecture littorale spécifique des Côtes d'Armor. L'étang marin du Lenn et son cordon de galets, avec les vestiges de l'ancienne cale, datée du début du 20ème siècle, constituent un abri naturel, qui est devenu le port de débarquement de Louannec, avant de changer de fonction pour devenir aujourd'hui un site d'hivernage, pour les bateaux de plaisance.

Aires d'études Communes littorales des Côtes-d'Armor
Adresse Commune : Louannec

Annexes

  • Ernest Renan (Tréguier, 1823- Paris, 1892) :

    Historien des religions, philologue, académicien parrainé par Victor Hugo, ami intime de Marcelin Berthelot, professeur au Collège de France dont il fut l'administrateur jusqu'à sa mort, père spirituel de nombreux intellectuels français à l'instar d'Anatole France, Ernest Renan participa activement à l'émulation scientifique et intellectuelle européenne du 19ème siècle.

    Né à Tréguier en février 1823, il fréquenta d'abord le petit séminaire de Tréguier puis poursuivit sa formation de prêtre dans les grands séminaires parisiens. Son "amour de la vérité", son goût prononcé pour l'étude et l'analyse critique des textes anciens le conduisirent à renoncer à la prêtrise et à privilégier une carrière au service de la science et de la raison. Remettant en cause les principes fondateurs du christianisme dans sa Vie de Jésus, il s'attira les foudres du Second Empire et de la communauté catholique. Cet intellectuel infatigable, auteur d'une Histoire des origines du christianisme, d'une Histoire du Peuple d'Israël prononça également un discours resté célèbre sous le titre de Qu'est-ce qu'une nation ? .

    Son rôle sur la scène intellectuelle internationale ne l'empêcha pas pour autant de garder un contact étroit avec la Bretagne et son Trégor natal qu'il présenta dans ses Souvenirs d'enfance et de jeunesse. Ami intime de François-Marie Luzel, d'Anatole le Bras et de Narcisse Quellien, il retrouvait régulièrement à la fin de sa vie l'intelligentsia bretonne au cours des banquets celtiques qu'il présidait. C'est à Rosmapamon, face à la baie de Perros-Guirec, qu'il aimait venir se ressourcer en famille et recevoir ses nombreux amis. Il participa de la sorte à l'émergence du tourisme sur cette partie du littoral costarmoricain.

    Décédé au Collège de France en octobre 1892, il devint rapidement la caution et la conscience morale de la IIIème République. En septembre 1903, préfigurant la séparation des Eglises et de l'Etat, Tréguier fut le théâtre d'un événement qui scella le destin politique et institutionnel de la France : l'inauguration de la statue d'Ernest Renan. Sculptée par l'artiste Jean Boucher, cette statue placée à quelques mètres de la cathédrale fut inaugurée en présence de nombreuses personnalités, à l'instar d'Emile Combe, Président du Conseil, d'Anatole France, ou de Gustave de Kerguézec, maire de Tréguier et ancien président du Conseil Général des Côtes-du-Nord.

  • 20072208120NUCB : Plan par masse de cultures de l'an 13 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 4 num 1/22, Numplan 1.

    20072208121NUCB : Plan par masse de cultures de l'an 13 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 4 num 1/22, Numplan 1.

    20072208119NUCB : Tableau d'assemblage des plans cadastraux parcellaires de 1819 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 4 num 1/36, Numplan 1.

    20072208124NUCB : Croquis, 1ère moitié du 20ème siècle - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 60 J 228.

    20082205064NUCB : - Collection particulière

    20072208228NUCB : Photographie noir et blanc, 1864 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 15 Fi 34.

    20082205063NUCB : - Archives départementales des Côtes-d'Armor - Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : 2 O 134/1, bâtiments communaux (1849-1928).

Documents figurés
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/22, plans par masse de cultures de l'an 13 (1804-1805).

    Numplan 1. Documents consultables sur le site Internet <I>http://archives.cotesdarmor.fr</I>
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/36, plans cadastraux parcellaires de 1819.

    Numplan 1, tableau d'assemblage. Documents consultables sur le site Internet <I>http://archives.cotesdarmor.fr</I>
  • BEAUTEMPS-BEAUPRE, Charles-François. Le Pilote français. Paris : Imprimerie Royale, 1847.

Bibliographie
  • COUFFON, René. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1939.

    p. 237-238, 742
  • FLOHIC EDITIONS. Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. Charenton-le-Pont : Flohic éditions, 1998, 2.

    p. 810-813
  • JOLLIVET, Benjamin. Les Côtes-du-Nord, histoire et géographie de toutes les villes et communes du département. Guingamp : B. Jollivet, 1854, 4.

    p. 93-95
  • LE SAULNIER DE SAINT-JOUAN, Régis. Dictionnaire des communes du département des Côtes-d'Armor : éléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc : Conseil Général des Côtes-d´Armor, 1990.

    p. 338-339
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Rennes : Deniel, 1853, 1.

    p. 528
  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor : origine et signification. Douarnenez : Ar Men-Le Chasse Marée, 1992.

    p. 136